Virginia Raggi poussée vers la sortie, Carlo Calenda sur le qui-vive

Par Anaïs Lucien-Belliard | Publié le 16/06/2021 à 11:30 | Mis à jour le 16/06/2021 à 11:30
Marco Calenda et Virginia Raggi

Alors qu’il y a quelques mois encore aucun candidat ne s’était véritablement révélé, Carlo Calenda, député Européen et fondateur du parti Azione semble désormais prêt à relever le défi. Pour lui, le constat est sans appel, « la gestion de la ville par Raggi a été désastreuse, aujourd’hui Rome est l’une des pires capitales du monde. »

 

Virginia Raggi, vers une victoire par défaut

Le premier mandat de l’impopulaire Virginia Raggi, première femme maire de Rome tend à sa fin, et le moins que l’on puisse dire est qu’il aura déçu les Romains. Élue en 2016 sous l’étiquette politique M5S (Movimento 5 Stelle), son parcours n’a eu de cesse que d’être éclaboussé par des scandales allant du trafic d’influence à de sombres histoires d’accointances avec la mafia. L’édile antisystème s’est également fait remarquer par son « manque de féminisme » et son refus d’apporter une aide concrète à la Casa Internazionale delle donne de Rome.

 

Virginia Raggi
Virginia Raggi, maire sortante et membre du M5S | © Notizie.it

 

Alors qu’elle n’avait pour ainsi dire, aucun opposant solide, Virginia Raggi semble, depuis quelques semaines, avoir du souci à se faire. Prise dans l’étau du procès en incompétence que lui intentent ses opposants, les candidatures de personnalités telles que l’indépendant Enrico Michetti, le très jeune Federico Lobuono, Vittorio Sgarbi, mais surtout Carlo Calenda, sont de petits cailloux dans sa chaussure. Cela sera-t-il suffisant pour la faire chuter du fauteuil municipal ? Pas sûr.

 

Enrico Michetti
Photo : Enrico Michetti, avocat et homme politique romain | © Dire Agenzia di stampa 

 

À l’exception de Michetti et Calenda, la résistance face à Raggi demeure relativement faible, note le journaliste américain Alan Friedman. Pour autant, ce dernier est loin de donner Carlo Calenda vainqueur de ces élections, et ce malgré le fait qu’il soit « plus compétent et pragmatique ».

 

Personne ne veut être maire de Rome

Malaimée par les politiciens des partis traditionnels, la Ville Éternelle est loin de créer l’engouement à l’approche des élections municipales. Rome a été gangrénée par des décennies de mauvaise gestion, et rares sont ceux qui souhaitent se jeter dans l’arène romaine.

 

Carlo Calenda est candidat à la mairie de Rome
 Photo : Carlo Calenda brigue la mairie de Rome avec le slogan « Roma sul serio » | © Freeskipper Italia

 

Engagé dans une campagne active sous le slogan « Roma sul serio », le leader d’Azione, refuse pourtant d’admettre l’idée que Rome est « une ville ingouvernable », tout en reconnaissant que le travail pour la remettre sur pied est titanesque. Promoteur d’une démocratie participative et surtout transparente, Carlo Calenda a construit son programme grâce au travail de 500 associations de citoyens qui l’ont aidé à élaborer des solutions répondant aux problématiques auxquelles font quotidiennement face les Romains.

 

DSC_0220

Anaïs Lucien-Belliard

Secrétaire de rédaction et cinéaste, Anaïs a rejoint la rédaction du Petit journal en 2020. Ancienne étudiante de la Pulse College Film School, elle a étudié l’Histoire à la Sorbonne, avant d’obtenir un master en cinéma à la Queen’s University Belfast.
0 Commentaire (s) Réagir