Mardi 21 septembre 2021

Alberto Spadolini : Arte et Spionaggio

Par Anaïs Lucien-Belliard | Publié le 29/04/2021 à 07:05 | Mis à jour le 29/04/2021 à 14:21
Alberto Spadolini, un Apollon de marbre vivant

Il mêlait avec adresse art, politique et jet set ; Alberto Spadolini (1907-1972) était pour reprendre les mots de la magnifique préface d’Erminia Pellecchia, le « James Bond italien ». Danseur, chorégraphe, scénographe, journaliste, peintre, résistant et playboy, il était tout cela à la fois. L’histoire de cet homme extraordinaire est digne d’un véritable roman et mériterait peut-être même un film.  À l’aube des cinquante ans de sa mort, revenons sur le destin stupéfiant de cet artiste aux multiples talents, épris de Joséphine Baker.

 

La mémoire résistante l’avait négligé, mais  plutôt que de se lamenter, ils ont décidé d’y remédier : Angelo Chiaretti, inspecteur honoraire des Biens Culturels, Andrée Lotey, professeure de Littérature Française à l’Université de Montréal, et Marco Travaglini, neveu et biographe du grand Alberto Spadolini, ont uni leurs forces afin de donner naissance à Arte & Spionaggio. Construite autour de 22 thématiques revisitant les grands moments de la vie et carrière de Spadolini, cette œuvre visuelle et littéraire est un hommage vibrant, intimiste et sensible à un artiste engagé.

 

 

Alberto Spadolini le voyage d’un esprit libre

Originaire d’Ancône dans les Marches, Alberto Spadolini est le fils d’un cheminot licencié après avoir refusé de faire allégeance au Parti National Fasciste. À l’âge de douze ans, il emménage à Rome où il développe une appétence précoce pour la politeia qui rencontre son rencontre son amour des arts sous toutes ses formes. En 1925, le jeune homme devient assistant-scénographe au sein de l’icônique Teatro degli Indenpenti, alors dirigé par le réalisateur et photographe Anton De Giulio Bragaglia.

 

Spadolini un danseur sans pareil
George Hoyningen-Huene, Spadolini (Condé Nast, 1933 - coll. privée)

 

Élève de Giorgio De Chirico, il se met à fréquenter les cercles intellectuels et artistiques romains investis par les Duilio Cambellotti, Alberto Moravia et autres Ivo Pannaggi. Mais très vite, le jeune artiste exprime son désir d’échapper à l’emprise grandissante du fascisme en se rendant en France. En apprenant la nouvelle, Gabriele D’Annunzio lui aurait d’ailleurs offert « une racine de mandragore possédant des pouvoirs magiques, quelques lettres de recommandation et une grosse somme d’argent ».

 

Alberto Spadolini et D'Annunzio dans les années 20
Alberto Spadolini et Gabriele D'Annunzio au début des années 20 (coll. privée)

 

Douce France, terre de liberté

Spadolino débarque en France en 1930, peu après la fermeture du Teatro degli Indenpenti. Munis des lettres de recommandation de D’Annunzio, il se présente à l’atelier du poète et dramaturge Paul Collin, qui est à l’époque l’une des plus appréciés de la scène théâtrale française. Il y devient décorateur et commence à fréquenter la sphère artistique foisonnante de la côte d’azuréenne. Menant de front sa carrière de décorateur, le danseur italien se produit tout d’abord pour Picabia, puis au Stade du Fort Carré, à Antibes, ainsi qu’à l’Eldorado de Nice.

 

Alberto Spadolini et Joséphine Baker
Pierre Payev, Spadolini e Joséphine Baker (1932)

 

Spadolini a tout juste 25 ans lorsqu’il fait une entrée magistrale en qualité de premier danseur à l’Opéra de Monte-Carlo. Il y fait une rencontre qui bouleverse son existence : l’américaine Joséphine Baker le remarque et décide d’en faire son partenaire. Avec elles, il écume les plus prestigieuses scènes parisiennes. Véritable phénomène populaire, le jeune homme apparaît aussi bien au Casino de Paris qu’au Bœuf sur le toit et aux Folies Bergères. Son talent attire tout le gratin de l’époque et on le voit danser aux côtés de Mistinguett, de Leila Bederkhan, ou même de Catherine Hessling épouse de Jean Renoir.

 

La Culture physique est indispensable

Alors qu’il n’avait aucune formation classique en arrivant en France, Alberto Spadolini fit de son corps une œuvre d’art vivante, un monstre de puissance, de souplesse et de grâce. Entre technique et précision, l’Apollon de marbre vivant exécutait des figures acrobatiques aussi fascinantes que sensationnelles. 

 

 

Spado, Apollon de la danse et résistant

Nombreux furent les artistes parisiens à mettre leurs talents, charme et finesse d’esprit au service de la Résistance, à l’instar de Joséphine Baker, Mata Hari ou encore Mistinguett. En ce qui concerne Spadolini, son histoire avait quasiment sombré dans l’oubli jusqu’en 2005, date à laquelle des archives le concernant refirent surface.

 

Spadolini, l'Apollon de la danse

 

En juin 1941, il abandonne provisoirement Paris envahi par l’armée Nazi, et vogue vers Stockholm avec en poche « d’importants codes secrets destinés à la Résistance antinazi ». Dans le même temps, le chorégraphe italien commence à se produire avec la ballerine, actrice et chanteuse Betty Bjurström.

 

Alberto Spadolini et Betty Bjurström
Betty Bjurström et Spadolini au China Varietén (coll. The Music and Theatre Library Sweden) 

 

Revenu en France, Spadolini reprend sa vie artistique à Paris avant de s’engager dans le Tour de France en compagnie du chanteur Johnny Hess. S’ensuit une tournée avec l’acteur et chanteur dans le sud de la France. En 1942, horrifié par le traitement infligé aux Parisiens de confession juive, l’ami de Max Jacobs n’hésite pas à cacher un groupe de Juifs dans sa propriété privée.

 

Spadolini photographié par le magazine Life
Joe Pazen, Spadolini au Palais de Chaillot (Life Magazine, 1946 - coll. privée)

 

Au sortir de la guerre, alors que Paris s’adonne aux festivités célébrant sa liberté enfin retrouvée, Alberto Spadolini est de la partie. Au cours de son mémorable spectacle, « Festival de Danse et Musique Spadolini » il offrit à ses spectateurs, harassé par la guerre, parmi ses plus belles chorégraphies.

 

Manifesto Spadolini dans les années 30
Manifesto Spadolini années 30 (coll. privée)

 

Biographie immersive aux allures de voyage dans le temps, Alberto Spadolini: Arte & Spionaggio plonge le lecteur au cœur d’un monde en tension, habité des êtres les plus brillants du siècle dernier.

 

 

Nous vous recommandons
0 Commentaire (s) Réagir