SanPa Luci e ombre di San Patrignano : le documentaire Netflix

Par Roxane Garoscio | Publié le 09/08/2021 à 07:00 | Mis à jour le 10/08/2021 à 11:21
Doc SanPa illustration

« SanPa – Luci e ombre di San Patrignano » est un documentaire traitant de la création du centre de désintoxication de San Patrignano dans les années 80. Réalisé sous forme de mini-série et produit par le géant cinématographique Netflix, il scrute à travers cinq épisodes les différentes parts d’ombres de la célébrissime communauté italienne dédiée à la réinsertion des toxicomanes. Entre scandales judiciaires, accusations de violences et sanctification de son fondateur Vincenzo Muccioli, cette production édifiante dresse un tableau d’ensemble ambigu.

 

Une nouvelle fois, Netflix s’empare par le biais de ce docu-série d’un sujet qui a marqué l’histoire italienne et des générations entières : la naissance de la communauté de réhabilitation thérapeutique des toxicomanes de San Patrignano. Tout commence en 1978 lorsque Vincenzo Muccioli fonde ce centre à Coriano en Émilie-Romagne, l’un des seuls lieux à l’époque à accueillir les toxicomanes, des hommes et des femmes délaissés par la société. En effet, l’Italie a été touchée de plein fouet par une crise à laquelle elle n’était pas préparée et dont elle n’a su s’occuper correctement. Comme le souligne le reportage, les solutions proposées étaient moindres, entre hospitalisation et incarcération, de nombreux drogués ont été laissés livrés à leurs sorts. Dès lors, San Patrignano était devenue l’unique solution où une prise en charge a été possible.

 

San Patrignano

 

Rapidement, la communauté grandit et s’élargit jusqu’à devenir presque interdépendante. Une réussite ventée par son fondateur Muccioli qui, gagne une large réputation et devient une figure médiatique respectée et appréciée. Considéré comme le sauveur d’une génération de toxicomanes abandonnés de tous, il est également approché par de nombreuses figures politiques. Pourtant en octobre 1980 éclate un premier scandale, plusieurs personnes le dénoncent aux autorités pour motif de séquestration, ainsi Vincenzo Muccioli devient l’homme aux multiples facettes. C’est sur cette ambigüité, entre sauveur et persécuteur, que l’enquête journalistique chemine et progresse, une tombée du masque qui est abordée au fil des épisodes.

L’ensemble du contenu est construit sur les différents témoignages de ceux qui ont connu de près le créateur de San Patrignano, des anciens membres, proches de la famille, le frère et le fils de Muccioli ainsi que ses opposants judiciaires. Un pari risqué qui joint les pans cachés de la thérapie et la confronte les deux camps. L’Italie ne cesse d’être marquée par cette figure double et cette communauté. Un documentaire riche en rebondissements qui vous tiendra en haleine et vous fera découvrir une part encore énigmatique de l’histoire italienne.

 

Photo profil PJ Roxane

Roxane Garoscio

Secrétaire de rédaction du Petit Journal, Roxane est passionnée par la littérature et l'écriture. Curieuse, investie et attentive, elle s'intéresse principalement aux sujets de société, à l'actualité et la culture.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Rome !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Marie Astrid Roy

Rédactrice en chef de l'édition Rome.

À lire sur votre édition locale