L’art de passer à côté de l’amour en 3 séries Netflix Italia

Par Anaïs Lucien-Belliard | Publié le 14/02/2022 à 08:56 | Mis à jour le 14/02/2022 à 08:56
Photo : À découper suivant les pointillés (2021), la série italienne évènement du dessinateur Italien Zerocalcare
Zerocalcare dans À découper suivant les pointillés

À l’approche de la Saint-Valentin, les comédies à l’eau de rose ont comme chaque début d’année le vent en poupe. Le rose du romantisme, le rouge de la passion et le blanc du pur amour s’invitent au cinéma et à la télévision. Mais l’amour ne se résume pas à des paillettes ou à des papillons dans l’estomac. L’amour, ce sont aussi des larmes, des déceptions et beaucoup, beaucoup d’actes manqués. Découvrez 3 séries originales, disponibles sur Netflix, qui vous diront tout sur l’art de passer entre les flèches de Cupidon.

 

Génération 56k (depuis 2021)

On l’oublie trop souvent, mais Internet date bel et bien d’hier. Allumer un ordinateur, l’éteindre, télécharger une image, et même lire son journal en ligne n’allait pas de soi. Dans Génération 56k on redécouvre l’arrivée d’Internet et de sa technologie au travers d’une histoire d’amour entre deux époques marquées par le progrès. Ayant noué des liens aux temps du modem 56k, Matilda et Daniel, deux trentenaires originaires de la même île, se retrouvent par hasard 20 ans plus tard, à Naples. Amour naissant, romance manquée, leurs retrouvailles nées du hasard ravivent les émois de leur adolescence.

 

 

Le Guide astrologique des cœurs brisés (depuis 2021)

Aimer et être aimé en retour, Alice Bassi en rêve ; pourtant tout semble s’opposer à son désir. À trente ans passés et se sentant condamnée au célibat éternel après une rupture aussi douloureuse qu’humiliante, la jeune femme choisit de reprendre en main sa vie sentimentale et se tourne vers les étoiles pour trouver l’âme sœur.

 

 

À découper suivant les pointillés (depuis 2021)

Se sentir mal dans sa peau, en décalage avec ses amis, son temps, ses désirs… Déclarer sa flamme à temps, trop tard ou avance. Rêver, fantasmer et voir ses ambitions échouées ou réussir… Zerocalcare, un dessinateur romain prend de la hauteur lors d’un voyage entre amis et réfléchit à sa vie amoureuse désastreuse.

 

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Rome !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Marie Astrid Roy

Rédactrice en chef de l'édition Rome.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale