TEST: 2283

Rome, une ville peu attractive pour les jeunes ?

Par Le Petit Journal de Rome | Publié le 15/12/2021 à 07:00 | Mis à jour le 15/12/2021 à 07:00
Des trentenaires assis sur un muret à Rome

Selon Lorenzo Marinone, l'un des plus jeunes conseillers élus au Capitole au dernier tour des élections, il faut faire revenir les jeunes dans la capitale italienne. L'objectif du maire Gualtieri est donc de renverser la tendance actuelle.

 

Des rendez-vous pour la jeunesse

Des rendez-vous gratuits, des attractions artistiques et touristiques à la portée de tous mais aussi, pour les moins de 35 ans, des espaces dédiés aux sports de pleine nature. Voilà le projet du nouveau maire de Rome pour faire face aux données publiées dans le rapport annuel sur la qualité de vie dans les différentes provinces italiennes. La capitale est en effet à la 105e place du classement des mètres carrés dédiés aux aires de sports de plein air par habitant entre 18 et 35 ans. « Nous prévoyons de nouvelles aires de jeux et de fitness équipées dans tous les quartiers de la ville », promet le tout jeune délégué de Gualtieri.
 

Un classement convenable pour Rome

L'enquête annuelle souligne une fois de plus la fracture nord-sud en Italie. Trieste, dans le nord de l'Italie, est arrivée en tête de l'indice annuel de qualité de vie des provinces italiennes ; Milan arrive à la deuxième place suivi de Trente, Aoste et Bolzano. Les classements reposent sur 90 indicateurs répartis en six grands domaines thématiques : richesse et consommation ; affaires et travail; démographie, société et santé; environnement et services; justice et sécurité; et culture et loisirs.

Rome arrive à la 13ème place au classement général. C’est un bon résultat par rapport aux années passées, même si le classement met bien en évidence que Rome n’est pas une ville attractive pour les plus jeunes. "Il faut renverser cette tendance ", a donc déclaré Marinone. « Nous visons à ouvrir dans les communes des hubs dédiés à notre génération, des lieux d'études, du smart working et des start-ups » ajoute-t-il.

Rome, en revanche, se situe au milieu du tableau, entre le 60e et le 30e, en termes de chômage des jeunes et de nombre de bars et discothèques par rapport à la population. Alors que la ville arrive au 80ème rang en ce qui concerne la migration des jeunes. En effet, nombreux sont les moins de 35 qui font le choix de s’évader de cette ville qui ne répond pas à leurs attentes. C’est la raison pour laquelle le maire souhaite rendre la capitale plus attractive en termes d'offres d’emploi.

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Rome !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Marie Astrid Roy

Rédactrice en chef de l'édition Rome.