Édition internationale
  • 0
  • 0

Tribune : Juifs en Pologne, Juifs polonais, Juifs et Polonais

La synagogue baroque de ŁańcutLa synagogue baroque de Łańcut
La synagogue baroque de Łańcut

La déclaration de la professeure Barbara Engelking* dans l’émission de télévision : « Kropka nad i » sur la chaîne privée TVN, le 19 avril 2023 [jour de la commémoration du 80e anniversaire de l’insurrection du ghetto de Varsovie, NDLR] a suscité une certaine agitation, devenant presque une petite tempête médiatique. Mais cette petite tempête est dangereuse, car elle peut se transformer en une plus grande et réveiller divers démons. Rappelons donc cette déclaration : « Les Juifs ont été incroyablement déçus par les Polonais pendant la guerre », et dans un contexte plus large : « Les Polonais avaient le potentiel de devenir des alliés des Juifs et l’on pouvait espérer qu’ils se comporteraient différemment, qu’ils seraient neutres, bienveillants, qu’ils ne profiteraient pas autant de la situation et qu’il n’y aurait pas un chantage généralisé […] il me semble que cette déception joue un rôle, que les Polonais ont simplement échoué. ». Un mois après ces paroles malheureuses, revenons calmement sur les relations polono-juives depuis Mieszko Ier, en nous appuyant uniquement sur l'Histoire et en laissant nos émotions de côté.  

 

* Actuellement, Barbara Engelking est, avec Jacek Leociak, superviseur scientifique de la galerie de l’Holocauste, l’une des huit expositions thématiques qui composent l’exposition permanente de Musée Polin de l’histoire des Juifs polonais ainsi que rédactrice en chef adjointe de la revue scientifique Zagłada Żydów. Studia i MateriałyBarbara Engelking est psychologue et sociologue, Professeur et directrice du Centre de recherche sur l’Holocauste à l’Institut de philosophie et de sociologie de l’Académie polonaise des sciences (Centrum Badań nad Zagładą Żydów Instytutu Filozofii i Socjologii IFiS PAN )

 

Quelle est la source de cette déclaration sur l’incroyable déception des Juifs 

Réfléchissons un instant à ce qui ne va pas dans cette déclaration. Tout d’abord, les mots de la professeure ne sont pas tout à fait clairs - s’agit-il ici des sentiments des Juifs eux-mêmes vivant dans la Deuxième République de Pologne pendant l’occupation allemande, ou est-ce l’opinion de certains environnements non spécifiés, ou encore est-ce les résultats de recherches concernant les attitudes de la population ?

C’est une question qui doit certainement être développée et expliquée : il y a l’aspect substantiel, mais il y a aussi l’aspect émotionnel de cette déclaration.

Et c’est pour cette raison qu’une tempête s’est déclenchée, le Centre de recherche sur l’Holocauste ajoutant de l’huile sur le feu en essayant de développer et d’expliquer la déclaration de la professeure sur le fond (et cela a été en partie fait).

En même temps, cela a inutilement déclenché une querelle médiatico-politique. Non seulement inutilement, mais aussi déraisonnablement. Et pas seulement en Pologne.

La question est hautement complexe et très délicate, parler des relations polono-juives pendant la Seconde Guerre mondiale nécessite avant tout beaucoup de tact, une grande prudence, mais surtout une approche globale et substantielle dénuée d’émotions. 

Ici, cela n’a pas été le cas. Peut-être que la forme même du programme de télévision n’a pas servi cette intention ? - il est difficile de commenter pleinement une question aussi complexe dans un temps d’antenne court. Peut-être était-il donc nécessaire de s’exprimer d’une manière différente, et pas de cette façon plutôt maladroite.

Afin d’approfondir la question soulevée par la professeure, nous devons remonter dans le temps - ce qui, en raison de la nature de ce texte, ne sera qu’une présentation très générale. 

 

Przyjęcie Żydów R.P. 1096. (Reception of Jews in Poland) Jan Matejko (1889), étude à l'huile conservée au Musée du château royal de Varsovie
Przyjęcie Żydów R.P. 1096. (Reception of Jews in Poland), par Jan Matejko (1889), étude à l'huile conservée au Musée du château royal de Varsovie

 

À l’époque de Mieszko Ier

Les habitants historiques du territoire de la future Pologne ont probablement eu peu de contacts avec les représentants de la nation d’Israël, voire aucun, nous parlons de la période avant la création de l’État de Mieszko Ier. Cette période est très mal documentée, nous avons peu d'informations à ce sujet, mais nous en savons un peu plus à partir des XIe-XIIIe siècles.

La nation polonaise était en train d’être créée, les Juifs ont traversé initialement le pays lors de transits (voir le célèbre Ibrahim ibn Jakub du Xe siècle), principalement en tant que marchands, s’installant de manière sporadique. Ils étaient surtout artisans, commerçants, intermédiaires commerciaux ou prêteurs. Malgré l’échelle relativement faible de l’installation juive en Pologne au cours de la période XIe-XIIIe siècles (avec une certaine intensité pendant les Croisades), son impact sur le développement du pays a été significatif, en développant le commerce, en introduisant des technologies inconnues, en stimulant l’économie, etc.

 

Casimir le Grand et la Peste noire

Une autre vague d’installation, très importante et massive, a commencé dans la seconde moitié du XIVe siècle, pendant le règne de Casimir le Grand. 

En Europe occidentale, après l’épidémie de « Peste noire », une vague d’antisémitisme a fait rage, et les Juifs ont été accusés de la propagation de la maladie, prétendant qu’ils avaient piétiné des puits. Des pogroms ont commencé et les Juifs ont naturellement cherché refuge en Pologne, où personne ne les persécutait.

Le roi Casimir, voulant régler les affaires légales de l’État, a inclus tous les Juifs de Pologne dans le Statut de Kalisz (édicté en 1264 par Bolesław le Pieux, duc de Grande Pologne), qui garantissait aux Juifs l’existence de tribunaux juifs et de tribunaux séparés pour les affaires dans lesquelles participaient à la fois des Juifs et des chrétiens, assurait la liberté personnelle et la sécurité, y compris la liberté de religion, de voyage et de commerce, etc.

L’antisémitisme, l’autre peste noire en Europe

La présence juive était d’une grande importance à la fois pour la communauté juive européenne et pour le royaume de Pologne, car elle était salutaire des deux côtés. L’antisémitisme qui a fait rage après la peste en Europe a conduit non seulement à des pogroms, mais aussi à la persécution formelle des Juifs à une échelle sans précédent. Bien que les Juifs aient été expulsés plus tôt, même aux XIe et XIIIe siècles (de Mayence, du sud de l’Italie, d’Angleterre ou lors des croisades), cela s’est intensifié au XIVe siècle et a duré jusqu’au milieu du XVIe siècle. 

Les Juifs ont été ainsi expulsés de Hongrie, de France, d’Autriche, d’Espagne, du Portugal, de nombreuses villes ou régions, et il leur était également interdit de s'y installer. Naturellement, beaucoup d’entre eux se sont établis en Pologne, où la loi leur garantissait la sécurité et le libre développement. 

Le royaume de Pologne ayant été dévasté par l’épidémie de peste ainsi que les invasions tatares, il y avait une pénurie d’artisans, de commerçants, d’agriculteurs, et en général de main-d’œuvre. 

On pourrait être tenté de dire que, d’une part, la Pologne a sauvé les Juifs de l’extermination, tandis que ces derniers ont sauvé le pays de l’effondrement ou au moins d’une grave et longue crise économique. Cela s’est avéré bénéfique pour les deux parties, le royaume de Pologne et plus tard la République polono-lituanienne ont connu leur « âge d’or », et les Juifs polonais leur « Paradisus Ludaeorum » [Paradis juif, NDLR]. 

La rédaction vous recommande l'article : 1573, l'acte de la Confédération de Varsovie institue égalité et liberté de religion

 

La République polono-lituanienne, plus grande communauté juive d’Europe

Au XVIIe siècle, la plus grande communauté juive d’Europe vivait dans la République polono-lituanienne (on estime que près de 80 % des Juifs européens y vivaient), ils se sont livrés non seulement à l’artisanat, au commerce ou à l’agriculture, mais les Juifs ont également occupé des fonctions dans l’administration, la médecine, le droit, ou plus précisément en tant que collecteurs d’impôts.

Des attitudes antisémites sont également apparues en Pologne à ce moment-là, mais avec un fond et un caractère différents de ceux du reste de l’Europe. Dans un sens, cela résultait du système social de la République - parmi les classes inférieures, il y avait une aversion générale envers la noblesse (pas seulement en Pologne), les Juifs étaient perçus comme les « complices » de la noblesse, suscitant l’envie à cause de leur position économique ou des privilèges déjà mentionnés, ils n’étaient donc pas appréciés. 

Le ressentiment envers les Juifs est également apparu dans certaines villes où il leur était interdit de s’installer - cela s’est produit au cours du XVIIe siècle, mais ils n’ont pas été assassinés, des pogroms n’ont pas été organisés, ils n’ont également pas été chassés comme dans d’autres pays.

Malheureusement, le XVIIe siècle est une période de guerres et d’appauvrissement de la société, et de tels événements favorisent toujours le développement de théories du complot, conduisant à la formulation d’accusations contre des coupables imaginaires, à qui on fait porter la responsabilité des malheurs. 

La tragédie pour la communauté juive a été le soulèvement de Khmelnytsky, au cours duquel les cosaques ont massacré à la fois la noblesse, des prêtres catholiques (en particulier des jésuites), ainsi que des Juifs. On peut rappeler que les Juifs vivant sur les terres du Prince Jeremi Wiśniowiecki ont été sauvés par ce dernier qui les a évacués vers des zones sûres avec le reste de la population menacée par les cosaques rebelles (raison pour laquelle les Juifs ont ensuite été très reconnaissants envers le prince).

Le destin des Juifs polonais jusqu’aux partitions de la République polono-lituanienne était étroitement lié à l’histoire du pays, ils ont souffert pendant les guerres et les crises au même titre que le reste de la société. L’économie polonaise, ou plutôt polono-lituanienne, a été ruinée par le Déluge suédois et la révolte cosaque mentionnée plus haut, les pertes dans la population et l’économie étaient énormes - la Seconde Guerre mondiale, si on la compare proportionnellement aux événements du XVIIe siècle en Pologne a causé moins de pertes.

Les Juifs ont activement participé non seulement dans le domaine économique à la reconstruction du pays, mais aussi dans le domaine politique, ils ont soutenu l’État avec des impôts, certains ont combattu dans sa défense, et d’autres ont ensuite participé à toutes les insurrections polonaises, versant leur sang pour leur patrie, bien que cela n’ait pas pris une ampleur de masse. Malgré une certaine spécificité de la communauté juive, il y avait également un échange culturel et moral.

 

Quand le ciel s’assombrit pour les Juifs polonais

Avec les partitions, les beaux jours des Juifs polonais ont pris fin, sous le régime russe, il y en avait environ un demi-million, plus de 200.000 sous le régime autrichien et des dizaines de milliers sous le régime prussien. La plupart des Juifs se sont comportés de manière loyale envers les nouvelles autorités, mais cela ne les a pas protégés des harcèlements ou des restrictions, surtout en Russie tsariste (où il n’y avait pratiquement pas de Juifs auparavant). 

À la fin du XIXe siècle, de plus en plus de Juifs ont ressenti leurs liens avec la Pologne, s’engageant dans des activités sociales, culturelles ou indépendantes. D’autre part, l’antisémitisme s’est intensifié dans les pays de la partition avec par exemple des pogroms en Russie. 

Malheureusement, le poison de l’antisémitisme a également affecté la société polonaise, surtout sous la partition russe. Heureusement, l’antisémitisme polonais n’a pas pris des formes physiques aussi drastiques qu’en Russie ou beaucoup plus tard en Allemagne, mais est resté principalement verbal ou écrit.

 

Rzeź humańska (Carnage humain), gravure de Teofil Mielcarzewicz, 19e siècle.
Rzeź humańska (Carnage humain), gravure de Teofil Mielcarzewicz, 19e siècle.

 

En 1918, la Pologne a retrouvé son indépendance, bien qu’elle ait dû se battre pour celle-ci pendant plusieurs années, et les Juifs polonais ont également participé à ce combat. Les historiens d’origine nationale (appelons-les simplement les partisans de Roman Dmowski et consorts) écrivaient des histoires évidemment antisémites sur la participation des Juifs à la guerre polono-bolchevique du côté de ces derniers, mais il s’agissait de désinformation.

Du côté des bolcheviks, il y avait simplement des communistes, quelle que soit leur origine ou leur nationalité, des Russes, des Lettons, des Géorgiens, des Polonais, des Tchèques, des Hongrois et beaucoup, beaucoup d’autres nationalités, et comme le communisme était populaire parmi l’intelligentsia juive, des Juifs y ont également pris part. 

Durant la Deuxième République de Pologne, les Juifs avaient les mêmes droits que le reste de la société, le pays renaissait en tant qu’entité démocratique.

Bien que le coup d’État de Piłsudski en 1926 ait transformé la démocratie en un système autoritaire sous le masque de la démocratie, cela n’a pas affecté la situation des citoyens polonais d’origine juive.

De plus, les Juifs polonais respectaient beaucoup le maréchal Piłsudski, qui n’était certainement pas un antisémite, et les autorités les ont défendus contre les représentants antisémites de l’environnement nationaliste, d’extrême droite ou fasciste, punissant les coupables et brisant les manifestations antisémites. Curieusement, certains militants du mouvement national avaient des racines juives. 

Malheureusement, des bancs ghetto [forme de ségrégation officielle dans le placement des étudiants juifs, introduite dans les universités polonaises, tout d’abord en 1935 à l’université nationale polytechnique de Lwów, en polonais : ghetto ławkowe, NDLR] sont apparus. Les autorités de la Sanation [parti au pouvoir au cours de la Deuxième République de Pologne entre 1926-1939, initialement sous la direction de Józef Piłsudski. Sanacja, en polonais, correspondait à l’ « assainissement moral » de la vie publique, NDLR], en raison de l’autonomie des universités, n’ont pas pu les gérer au départ puis après la mort du maréchal Piłsudski en 1935, ils n’ont même pas essayé de résoudre le problème, acceptant finalement la situation. C’est dommage que le maréchal ait été absent, et c’est également triste que l’antisémitisme soit devenu si fort dans la communauté universitaire. 

Dans la deuxième moitié des années 1930, il y a eu des émeutes, des passages à tabac, des décès et un concept absurde avec Madagascar (il s’agissait du déplacement des Juifs polonais à Madagascar, la future colonie polonaise, qu’il était prévu de négocier avec les Français).

Il est également important de mentionner le soutien polonais aux aspirations juives d’avoir leur propre pays (ce qui, d’une certaine manière, a réduit la population juive en Pologne). Jusqu’en août 1939, les autorités polonaises ont formé en secret de futurs combattants sionistes dans des camps, et un certain Ze'ev Jabotinsky a planifié la création d’une Légion juive sur le modèle des Légions polonaises.

Le maréchal Pilsudski salué par des Juifs. Source : Głos Gminy Żydowskiej (Voix de la communauté juive), 1938.
Le maréchal Pilsudski salué par des Juifs. Source : Głos Gminy Żydowskiej (Voix de la communauté juive), 1938.

 

La période nazie

L’histoire de la période nazie dans le Reich est bien connue, de nombreux Juifs d’Allemagne ont fui en Pologne, alors que dans d’autres pays ce n’était pas si facile. Certains Juifs allemands avaient la citoyenneté polonaise, ce qui facilitait leur départ, mais il y avait également des conflits.

En 1938, les Allemands ont mené une « action polonaise » expulsant tous les Juifs polonais vers la Pologne. Les autorités polonaises se sont mal comportées, privant plus tôt plusieurs milliers de Juifs polonais ayant vécu en Allemagne pendant de nombreuses années de leur citoyenneté polonaise, ce qui s’est fini tragiquement pour ces Juifs, dans des camps de concentration allemands. Pour être juste, il convient de dire que la loi sur la privation de citoyenneté adoptée en 1938 concernait formellement tout le monde, pas seulement les Juifs (elle était également appliquée avec zèle aux communistes polonais), bien que la mise en œuvre de la loi elle-même était purement discrétionnaire (décision du ministre compétent). Le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale a mis un terme irréversible à l’existence relativement paisible des Juifs en Pologne.

 

Revenons à ce qui nous préoccupe… le sort des Juifs polonais

Et c’est ici que nous arrivons au cœur de toute l’histoire, où la partie délicate commence, ne nous comportons pas comme des éléphants dans un magasin de porcelaine, la prudence est de mise…

Le 1er septembre 1939, le Troisième Reich a envahi la Pologne, en octobre, le pays a été divisé entre les occupants : allemands et soviétiques. Le sort des Juifs polonais sous l’occupation allemande est devenu tragique, mais l’occupation soviétique était différente. Certains Juifs ayant des opinions communistes ont collaboré avec les autorités, d’autres ont subi le même sort que les Polonais, partant en Sibérie ou au Kazakhstan, d’autres encore ont réussi à s’échapper à travers l’Union soviétique jusqu’en Chine.

Cependant, la société polonaise a été choquée et, comme le prétend Marcin Zaremba dans son ouvrage (Wielka Trwoga. Poland 1944-1947. Ludowa reakcja na kryzys (La réponse populaire à la crise). - ed. Znak, 2012), c’est à ce moment-là que le processus de sa démoralisation a commencé. La situation des Polonais était extrêmement difficile, jusqu’en 1941 ils étaient les plus maltraités des nations conquises par Hitler, subissant des harcèlements et des restrictions comme nulle part ailleurs.

Les Polonais étaient considérés comme des personnes de catégorie inférieure, avec des peines draconiennes pour toutes infractions commises, y compris la déportation en camp de concentration ou la mort. Seul le sort des Juifs et des Roms était pire. Après le début de la guerre contre l’URSS, les réglementations sévères ont également affecté les Russes de manière similaire aux Polonais.

Sur qui les juifs polonais pouvaient-ils compter ? 

Avec l’arrivée obscure de l’occupation, des attitudes très différentes sont apparues dans la société polonaise. Certains ont pris les armes contre les Allemands, d’autres ont décidé d’attendre, d’autres encore, bien qu’en minorité, ont commencé à coopérer avec l’occupant, dans une plus ou moins grande mesure. Certains ont même essayé d’utiliser la situation à leur avantage. Personne ne réagit comme son voisin, les gens ont des points de vue différents, se comportent différemment, y compris dans des situations extrêmes, on peut rencontrer des attitudes à la fois nobles, neutres ou viles - mais l’aspiration universelle est la volonté de survivre. 

Les Polonais et les Juifs avaient cette même volonté, mais leurs chances de réussite étaient assez différentes. Les Juifs comptaient-ils sur l’aide des Polonais, comme le dit la professeure ? Bien sûr, c’était tout à fait naturel, car sur qui d’autre pouvaient-ils compter ? Il n’y avait pas encore l’État d’Israël, et les Juifs polonais étaient des citoyens de la Deuxième République polonaise, il était donc évident qu’ils ne pouvaient compter que sur l’État polonais et les Polonais. 

Nom de code « Konrad Żegota »

Le gouvernement en exil, cependant, avait des possibilités d’action très limitées, bien qu’il ait fait son possible. On peut mentionner, par exemple, les efforts de la diplomatie polonaise pour sauver les Juifs qui se trouvaient en Chine (en coopération avec les Japonais), ou pour obtenir des passeports de pays neutres, ou encore pour informer activement les alliés et exiger leur soutien.

Dans le pays occupé, l’État clandestin polonais était activement impliqué dans l’aide aux Juifs, bien qu’il ait également eu des possibilités très limitées. 

Le Conseil pour aider les Juifs a été créé en 1942, à la délégation gouvernementale pour la Pologne (nom de code « Konrad Żegota ») à l’initiative de Zofia Kossak-Szczucka (entre autres), actif jusqu’à la fin de la guerre. Les activités du Conseil étaient limitées à la fois par les conditions dans lesquelles il devait travailler et par le manque de fonds suffisants. Tant la société que le gouvernement polonais en exil étaient pauvres, et les pays de la coalition anti-hitlérienne n’étaient pas désireux de fournir un soutien financier à « Żegota », y compris les diasporas juives dispersées dans le monde, principalement aux États-Unis.

De nombreux héros sont apparus en Pologne, à la fois connus et anonymes, qui ont risqué leur vie pour sauver des Juifs. Beaucoup d’entre eux ont également payé ce sauvetage de leur vie, car il faut se rappeler que nulle part ailleurs en Europe (à part la Pologne, l’URSS et la Serbie) la peine de mort n’était infligée pour avoir aidé des Juifs.

La taille de l’aide apportée dépendait des conditions, mais malgré cela, la plupart d’entre eux étaient des Polonais portant le titre de « Justes parmi les Nations ». Cependant, il est difficile de s’attendre à ce que la majorité de la société fasse preuve d’héroïsme et soit prête à risquer sa vie et celle de ses proches (les Allemands ont fusillé des familles entières en guise de punition, et parfois tous les habitants de l’immeuble dans lequel se cachaient des Juifs).

Soyons honnêtes, qui parmi nous serait prêt à prendre un tel risque pour sauver des étrangers ?

Nous sommes peut-être prêts à sauver la vie de nos proches, enfants, parents, conjoints, amis, mais il est beaucoup plus difficile de prendre des risques pour quelqu’un que nous ne connaissons pas personnellement. C’est humain et tout à fait naturel, motivé par la peur de perdre la vie.

Il y avait aussi des gens méprisables, des dénonciateurs et des maîtres chanteurs. Certains ont entrepris des activités criminelles pour des raisons lucratives, d’autres par peur, par stupidité, ou par pure méchanceté.

La situation tragique des Juifs a été utilisée pour les priver de ce qui restait de leur propriété, certains ont même aidé seulement pour de l’argent, en jetant les Juifs hors de leurs cachettes quand ces derniers manquaient de ressources, ou même en les dénonçant personnellement. C’était une manifestation non seulement de méchanceté et de cupidité, mais aussi d’une extrême stupidité, les Allemands les ont quand même fusillés pour avoir aidé les Juifs...

Dans tout cela, il faut cependant se souvenir que les autorités polonaises de l’ombre, et après la guerre les communistes, ont sévèrement puni les maîtres chanteurs et les collaborateurs. 

Malheureusement, il y a également eu une collaboration plus large avec l’occupant, comme à Jedwabne, où des Polonais ont assassiné des Juifs locaux avec les Allemands - il s’agissait de cas sporadiques.

L’antisémitisme pendant l’occupation était fortement ressenti dans les régions frontalières polonaises, où les Juifs étaient généralement perçus comme des collaborateurs des Soviétiques (ce qui, comme mentionné ci-dessus, n’était pas tout à fait vrai) -  un sentiment assez courant. La plupart des Polonais se sont cependant concentrés sur la survie et n’ont donc pas participé à l’aide aux Juifs (ou à toute autre personne), ou du moins ne l’ont pas fait activement. Beaucoup de ces personnes étaient bien sûr guidées par l’empathie, sympathisaient avec les Juifs, mais ne pouvaient pas ou ne voulaient pas agir pour différentes raisons : de la simple peur humaine ordinaire, à une forte volonté de survie, en passant par le choix de privilégier la sécurité des proches, ou tout simplement par manque d’opportunités. 

Il y a eu de nombreux cas de ce qu’on appelle « l’aide silencieuse », où des personnes passant près du ghetto ont jeté de petits paquets de nourriture par-dessus les murs. Ainsi, du côté polonais, la réalité est très complexe. Pour rendre les choses encore plus confuses, ajoutons que de nombreux antisémites polonais d’avant-guerre, malgré leur aversion pour les Juifs, n’ont absolument pas accepté ce que les Allemands faisaient.

Plaçons-nous du point de vue juif…

Du point de vue juif, la situation était complètement différente, le sort de la population était tragique, les chances de survie étaient minimes, les conditions de vie étaient cauchemardesques.

Comme mentionné précédemment, pour des raisons évidentes, les Juifs ne pouvaient compter que sur l’aide de leurs concitoyens polonais. Comme déjà présentée plus haut, une telle aide n'a pu être mise en œuvre qu'avec l'immense engagement de divers cercles, mais il est également évident qu’il n’était pas possible de sauver tous les Juifs, ni même la majorité. Un tel sauvetage n’a été réussi qu’au Danemark, où il y avait très peu de Juifs et où les lois d’occupation étaient légères, ainsi que le contrôle allemand limité. 

Les Danois ont simplement discrètement déporté leurs Juifs en Suède par la mer, trompant les Allemands pendant plusieurs mois. En Pologne, une action similaire était tout simplement impossible. 

Ainsi, parce que la plupart des Juifs polonais n’ont pas été sauvés, pouvaient-ils se sentir déçus à l’égard des Polonais ? Et si nous ajoutons à cela les maîtres chanteurs et les dénonciateurs ? Je pense qu’un tel sentiment ordinaire, humain, émotionnel est justifié. 
Du point de vue de la vie dans le ghetto, les Polonais, eux, vivaient normalement, voire bien, de l’autre côté du mur. 
Du point de vue d’un réfugié du ghetto, intimidé et menacé à chaque pas, chaque Polonais croisé dans la rue pouvait être un dénonciateur potentiel. 

C’est une angoisse inimaginable et des émotions qu’on ne souhaite à personne, c’est pourquoi les sentiments des Juifs qui voient presque en chaque Polonais un maître chanteur sont tout à fait justifiés. Mais ce sont des sentiments, pas des faits, la plupart des Polonais n’étaient pas des maîtres chanteurs. 

Aurait-il été possible de faire quelque chose du côté polonais, de faire autrement ? 

Peut-être, mais cela ne dépendait pas des Polonais eux-mêmes. 

Pour compléter, ajoutons que les attitudes des Juifs étaient différentes, tout comme chaque société est différente. 

Certains se sont aidés mutuellement, d’autres ont entrepris des actions clandestines et armées (avec un courage incroyable), d’autres ont simplement essayé de survivre, de travailler, de faire des affaires, d’agir socialement, d’autres ont collaboré avec l’occupant, servant même dans la police juive, certains étaient nobles, d’autres méprisables. Comme dans toute communauté. Quelle que soit leur attitude, cependant, le destin ultime de la population juive était commun, peu ont survécu, surtout ceux qui ont été aidés par les Polonais. 

La situation matérielle et de vie des Juifs dans les ghettos en Pologne était également diverse. Une situation sans précédent dans l’histoire à une telle échelle, et si traumatisante qu’il est extrêmement difficile d’évaluer les attitudes de la population juive comme celle des Polonais…

Ainsi, après ce qui a été dit, la déclaration de la professeure Engelking semble simplement maladroite. Les Juifs avaient le droit de se sentir déçus, c’est humain, comme le fait qu’ils voient un maître chanteur dans un Polonais sur deux, mais il faut aussi être conscient des faits et de la réalité qui prévaut avant les émotions. Tant de fautes ont été commises à cette époque et dans ces réalités, il est difficile d’accuser de n’avoir pas fait plus. 

Accuser les Polonais d’avoir échoué est illégitime, et pire encore, c’est une généralisation. Très injuste pour les gens qui, comme la famille Ulms, ont perdu la vie en aidant les Juifs, ou pour des gens comme Irena Sendler et beaucoup d’autres qui ont risqué leur vie ou même ont été tués par les Allemands. 

Parler de chantage généralisé est également un abus, car cela signifierait que la grande majorité de la société polonaise était impliquée dans ce chantage, ce qui n’est pas vrai. 

L’affirmation selon laquelle « les Polonais avaient le potentiel de devenir des alliés des Juifs » est incompréhensible pour moi. Des alliés dans quel sens ? 

De quel potentiel parlons-nous ? Les deux sociétés étaient séparées l’une de l’autre par les murs ou les clôtures du ghetto, contrôlées par l’occupant, luttant contre le danger physique et soumises à des réglementations légales différentes. 

À différents moments, il y avait moins de 300 ghettos au total, une grande partie seulement pour quelques mois, d’autres ont été liquidés (la plupart en 1942 et 1943), l’accès et la communication étaient très limités, donc presque pas de conditions pour une coopération plus large, une insurrection armée était hors de question. Des actions limitées étaient alors les seules réalistes.

Donc, si l’on parle des sentiments des Juifs pendant l’occupation, alors oui, ils avaient le droit d’avoir ceux dont parle le professeur, mais là, il est question de la sphère émotionnelle, de psychologie et de sociologie.

Dans la sphère des faits, la situation est différente et il convient donc de faire preuve d’une grande fiabilité et de prudence lors de la formulation d’évaluations ou de la présentation de conclusions et de positions. Il y a besoin d’un contexte plus large et d’une explication approfondie, et cela faisait défaut dans la déclaration.

Et ce n’est pas vraiment le pire, car avec un peu de bonne volonté, les questions ci-dessus peuvent être clarifiées, ce qui a déjà été partiellement fait par le Centre de recherche sur l’Holocauste. 

Ce qui est pire, c’est autre chose - la déclaration en question peut devenir une arme pour l’antisémitisme, et aucune explication ne pourra aider ici. En conséquence, au lieu de faire taire et de combattre l'antisémitisme, nous lui fournissons le carburant et les munitions. C'est pourquoi il faut être très prudent pour ne pas créer de la confusion dans cette affaire délicate et cette déclaration malheureuse.

 

Flash infos

    Pensez aussi à découvrir nos autres éditions