Le Vatican demande à l’Italie de modifier la loi ZAN contre l’homophobie

Par Le Petit Journal de Rome | Publié le 27/06/2021 à 17:20 | Mis à jour le 28/06/2021 à 13:15
Le Vatican demande à l’Italie de modifier la loi ZAN contre l’homophobie

Depuis mardi 22 juin, le ton monte entre l’État italien et le Vatican qui accuse la loi ZAN, censée lutter contre l’homophobie, d’étouffer la liberté d’expression des catholiques italiens. Le Saint-Siège aurait demandé de manière officielle que cette nouvelle législation soit modifiée avant d’être votée.

 

Le 17 juin Mgr Paul Gallagher, chef de la diplomatie vaticane aurait remis une note verbale à l’ambassade d’Italie auprès du Saint-Siège affirmant que le projet de loi ZAN violait le Concordat entre l’Italie et le Vatican. Il s’agirait d’une première dans les relations italo-vaticanes.

 

La Loi ZAN contestée par le Vatican

Le Saint-Siège considère que « le concept de discrimination est trop vague » et qu’il laisserait aux magistrats une trop grande marge d’interprétation quant à ce qui constitue ou non un crime discriminatoire. La note affirmerait également que ce texte réduirait « la liberté de l’Église catholique » en ce qui concerne l’organisation et l’exercice du culte, de même que « la pleine liberté » d’expression et de pensée des fidèles et associations catholiques. Ce à quoi le chef de l’exécutif italien, Mario Draghi a répliqué : « la laïcité n'est pas l'indifférence de l'État au phénomène religieux, la laïcité est la protection du pluralisme et de la diversité culturelle. »

 

Que dit le texte de loi ?

La loi ZAN prévoit de punir les actes de discrimination et d’incitation à la violence contre les personnes homosexuelles, transgenres et handicapés. Par ailleurs elle obligera les établissements scolaires catholiques à participer à la journée nationale de prévention contre l’homophobie, qui devrait être fixée au 17 mai.

 

D’après le secrétaire d’État, le cardinal Parolin, la loi ZAN actuelle « fait courir le risque de regrouper les comportements les plus divers et de rendre ainsi punissable toute distinction possible entre les hommes et les femmes ». Prenant soin de préciser la position de l’Église en ce qui concerne les comportements haineux, il a également tenu à rappeler que l’Église Romaine était « contre toute attitude ou geste d’intolérance […] envers les personnes en raison de leur orientation sexuelle ainsi que de leur appartenance ethnique ou de leurs croyances ».

 

Un contentieux diplomatique anecdotique ?

Les accords du Latran de 1929 avaient normalisé les rapports entre l’Italie et le Vatican, sans pour autant mettre un terme aux tensions qui émaillent toujours les relations diplomatiques entre les deux États. Le fait que l’existence d’une note verbale vaticane ait été rendue publique dans le Corriere della Sera, a été modérément appréciée, comme en attestent les paroles du cardinal Parollin : « un document interne échangé entre administrations gouvernementales par voie diplomatique, un texte écrit et pensé pour communiquer quelques préoccupations et certainement pas pour être publié ».

 

Loi ZAN

 

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Rome !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Marie Astrid Roy

Rédactrice en chef de l'édition Rome.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale