La Squadra Azzurra résiste courageusement aux All-Blacks

Par Noé MALAPRIS | Publié le 11/11/2021 à 19:30 | Mis à jour le 12/11/2021 à 15:03
Photo : news / le soir
nouvelle zélande italie

Ce samedi, le Stadio Olimpico, bien plus rempli que ce qui était prévu initialement, a vu son XV d’Italie résister pendant une bonne partie de la rencontre face à la Nouvelle-Zélande, triple championne du monde de rugby.

 

C’était le match à ne pas rater, qui inaugurait la tournée d’automne de la plus belle des manières. Avant d’affronter l’Argentine et l’Uruguay, les samedis 13 et 20 novembre prochains, la Squadra Azzurra se confrontait à ce qu’il se fait de mieux dans le rugby : l’équipe de Nouvelle-Zélande. Et si les Italiens, face aux Blacks, sont d’habitude abonnés aux défaites humiliantes leur donnant l’impression de ne pas pratiquer le même sport que leurs adversaires, ils ont cette fois-ci particulièrement bien résisté.

 

Une entame très encourageante

Alors que les observateurs prédisaient une marée noire constante dans les 22 mètres bleus, le début de match leur a réservé une surprise de taille : les Italiens ont jugulé les attaques adverses. Non contents de bien défendre contre la meilleure équipe mondiale, ils ont attaqué avec énergie, et ont fait peur aux Néozélandais.

Bien plus fébriles qu’à l’accoutumée, les All Blacks en perdent leur rugby, et multiplient les fautes, comme en témoigne l’en avant inhabituel de McKenzie en pleine attaque. Les Italiens bénéficient même de deux touches très dangereuses dans les 5 mètres néozélandais, qu’ils gâchent, malheureusement pour eux. Preuve de leur culot et de leur engagement face à une équipe censée leur être largement supérieure, ils refusent à deux reprises de tirer des pénalités faciles, et préfèrent taper en touche pour tenter de marquer l’essai. Cela n’est pas concluant, mais dévoile l’aspect joueur et téméraire de cette équipe qui, durant une demi-heure, est parvenue à faire douter sérieusement son adversaire. Durant les dix dernières minutes de la première période, la concentration des Italiens faiblit tandis que les All Blacks accélèrent, et cela suffit aux Néozélandais pour marquer trois essais en quelques minutes. De 0-0 à la 28e minute, le score passe à 6-21 à la mi-temps en faveur des Blacks, les deux pénalités passées par Garbisi venant atténuer les trois essais transformés par les All Blacks.

 

Les blacks déroulent, mais l’essentiel est ailleurs

Au retour des vestiaires, la physionomie de la rencontre est la même. Des Italiens valeureux et bien en place qui font souffrir les Néozélandais, ces derniers devant attendre la 63e minute de jeu pour marquer à nouveau. Ensuite, ils peuvent dérouler leur rugby : en huit minutes seulement, ils inscrivent quatre essais pour finalement battre l’Italie sur le score large et sans appel de 9 à 47.

Si le résultat final est sévère pour les Italiens, ce match est une vraie lueur d’espoir pour la Squadra Azzurra. Alors que s’ouvrait ce samedi le mandat de Kieran Crowley en tant que sélectionneur de l’équipe d’Italie, ses joueurs ont répondu présent, jouant sans complexe et appliquant les principes de jeu de l’entraîneur néozélandais, qui affrontait son propre pays pour son premier match à la tête des Azzurris.

Place maintenant à l’Argentine et à l’Uruguay, deux matchs lors desquels l’Italie tentera de reproduire les excellentes séquences de jeu montrées ce samedi 6 novembre. Quant à la Nouvelle-Zélande, les Italiens la retrouveront lors de la Coupe du Monde 2023, puisque les All Blacks feront partie de leur poule, au même titre que le XV de France.

Noé MALAPRIS

Noé MALAPRIS

Étudiant à Sciences Po, j'ai la chance de passer ma 3e année à Rome, où j'effectue un stage d'un semestre au Petit journal.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Rome !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Marie Astrid Roy

Rédactrice en chef de l'édition Rome.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale