Samedi 15 mai 2021

Entretien : Jean-Baptiste Lemoyne en visite en Italie

Par Anaïs N'Déko | Publié le 15/01/2021 à 21:38 | Mis à jour le 20/01/2021 à 16:50
Jean-Baptiste Lemoyne

À l’occasion de son déplacement en Italie, ce jeudi 14 janvier, le Secrétaire d’État chargé du Tourisme, des Français de l’étranger et de la Francophonie, Jean-Baptiste Lemoyne, a adressé ses vœux, en direct sur Facebook, à l’ensemble des Français établis à l’étranger. À la suite de ce « live », le ministre a également accordé à lepetitjournal.com de Rome une entrevue, l’occasion pour lui de « rendre hommage au civisme des Français » pendant la période des fêtes, et de répondre à quelques-unes des questions que se posent les expatriés, en ces temps troublés par l’épidémie de Covid-19.

 

L’idée d’un troisième reconfinement, afin d’endiguer la propagation des variants anglais et Sud-Africain de la Covid-19 semble de plus en plus pressante, aussi bien en France, qu’en Italie, ainsi que dans le reste du monde. Or, nombreux sont les Français établis à l’étranger, qu’ils soient actifs, stagiaires ou étudiants, se demandant s’il leur sera possible de retourner sur le territoire national, et si oui, sous quelles conditions.  C’est sans détour que le ministre a abordé la question, tout en précisant que le reconfinement, bien qu’envisagé, ne serait appliqué qu’en dernier recours. « Chaque semaine nous faisons le point sur la situation en conseille de défense, on adapte, et on ajuste le cas échéant, les mesures, comme cela vient d’être fait, avec la généralisation du couvre-feu à 18 heures, sur l’ensemble du territoire national ».

Misant sur le succès de cette nouvelle mesure, Jean-Baptiste Lemoyne a souhaité féliciter le « civisme » et « sérieux » des Français, et surtout rassurer les expatriés quant à la possibilité de retourner en France en cas de reconfinement. Revenant brièvement sur les mesures restrictives mises en place lors de la première vague, le ministre a évoqué les modalités de retour des expatriés. « Nous avons vécu des périodes de confinement, et pendant ces périodes, nous avons veillé à ce que les Français de l’étranger puissent revenir en France s’ils le souhaitaient. Naturellement la mobilité était rendue plus compliquée, [dans la mesure] où un certain nombre de compagnies aériennes avaient considérablement réduit leurs liaisons ».  Si toutefois, il devait y avoir un reconfinement, les Français résidant hors de l’Union Européenne devraient se munir « d’un test PCR négatif, néanmoins l’accès au territoire demeurerait permis. »

La question des vaccins

Fin décembre, le ministre de la santé italien, Roberto Speranza, avait affirmé que le « vaccin serait distribué gratuitement à tous les Italiens », à commencer, dans un premier temps par les médecins, le personnel soignant et les personnes âgées. En ce qui concerne les Français établis hors de France, la question était de savoir s’ils pourraient se faire vacciner dans leur pays d’accueil, ou s’ils devraient retourner en France pour se faire vacciner gratuitement. Se voulant rassurant, Jean-Baptiste Lemoyne a expliqué que la stratégie de l’Union Européenne était de « s’appuyer sur des systèmes locaux pour couvrir l’ensemble des besoins », tout en prenant en compte les publiques qui pourraient éventuellement passer sous les radars de la vaccination.

Mettant en exergue le fait que les conditions sanitaires varient inlassablement d’un pays à l’autre, il a précisé que la réponse de l’État se modulerait en fonction des « situations et des communautés ». Reconnaissant qu’il y existe « des géographies où l’accès au vaccin sera rendu plus difficile », Mr. Lemoyne a déclaré que le gouvernement étudiait « toutes les voies alternatives [et diplomatiques] qui permettront d’élargir l’accès au vaccin au plus grand nombre, en précisant que cet accès sera sans doute facilité pour les expatriés vivant au sein de l’Union Européenne. Il a également encouragé les Français qui ne l’avaient pas encore fait, à « s’inscrire en tant que résident auprès des autorités locales, afin de pouvoir bénéficier des modalités locales de vaccination ».

 

La démocratie doit continuer à vivre

Au sujet des aides financières, le ministre a soutenu qu’elles seraient reconduites pour celles et ceux qui en avaient bénéficiés en 2020. Quant aux entrepreneurs résidant en Italie, ils seront également en mesure de bénéficier des aides mises en place par le gouvernement.

Enfin, en ce qui concerne les élections consulaires qui avaient été reportées il y a un an, elles devraient pouvoir se tenir comme prévu les 29 et 30 mai, notamment grâce à la mise en place du vote électronique qui devrait « permettre à un grand nombre de Français de l’étranger de voter ». Jean-Baptiste Lemoyne l’a redit, même en temps de crise, « la démocratie doit continuer à vivre ».

Nous vous recommandons

DSC_0220

Anaïs N'Déko

Après avoir vécu plusieurs années entre le Royaume-Uni et l’Irlande, Anaïs a posé ses valises au pays de la Grande Bellezza, pour y embrasser le journalisme. Passionnée de cinéma, d’histoire, et d’opéra, Anaïs est également scénariste et réalisatrice.
0 Commentaire (s)Réagir

Que faire à Rome ?

Télévision

« Un Samouraï au Vatican », le nouveau documentaire historique d’Arte

En septembre 1613, tandis que l’évangélisation du Japon bat son plein, la première ambassade de l’histoire nipponne traverse les océans, à la rencontre du roi Philippe III d’Espagne et du pape Paul V.