Mardi 21 septembre 2021

Il Giardino di Torricola : l'épicurisme aux portes de Rome

Par Le Petit Journal de Rome | Publié le 02/07/2021 à 07:00 | Mis à jour le 02/07/2021 à 07:00
Vue dans le jardin de Torricola

Rome n’est pas qu’antique pierre, réseau urbain aux faisceaux de fossé et aux strates d’habitations. En effet, autour de la ville se dressent quelques parcs que l’on rejoint par des coulées vertes, et au-delà, le méconnu Agro Romano. Ce territoire qui s’étend parfois au-delà de quarante kilomètres fait pourtant partie prenante du giron romain. Gageons que Rome (qui n’est pas tant densément peuplée mais aurait comme beaucoup sûrement besoin de reverdir ses rues et places) y trouverait aisément le terreau d’une reconversion si jamais l’envie l’en prenait.

 

Il Giardino di Torricola, dont le nom pourrait évoquer une contraction de Torre Agricola, fait partie du Municipio VIII, à l’extrémité des confins de la ville de Rome, et l’on peut aisément la rejoindre en voiture ou en train en quelques minutes. Reconnaissable à ses allées de pins, les routes de campagnes y côtoient les chemins en terre. Des parcelles agricoles se partagent à l’abri des yeux étrangers ces zones protégées où fleurissent aussi des initiatives autant particulières que maraîchères, où encore comme il nous intéresse, se trouvent parfois des volontés sociales.

 

Il Giardino di Torricola

 

Il Giardino di Torricola

 

Au détour de la route qui passe près de la gare de Torricola, à quelques centaines de mètres de celle-ci, se trouve un chemin, où une grille ouverte derrière un terre-plein ouvre sur une grande allée qui rappelle celle des parcs nobiliaires de Rome et en point de fuite se dresse en perpendiculaire une de ces mêmes allées qui laisse l’horizon dégagé caché par un mur d’arbre.

 

Un havre de paix

En portant son regard sur la gauche, l’on pénètre dans un carré de peu d’hectares, non loin de la route qui pourtant de l’intérieur disparaît autant pour les yeux que pour l’ouïe. Et pourtant, le sens qui y trouve d’abord son compte est l’odorat, car les effluves des potagers vous assaillent à peine passer la table esseulée qui vous accueille. Une bassecour souterraine à ciel ouvert laisse échapper les caquètements des poules et des canards et sur la droite des bacs de bois d’un autre âge se dessinent laissant échapper les bras et les feuilles de ce qu’on sait être des piments. Après avoir passé le sas d’entrée invisible accolé à un bosquet, viennent les bâtissent d’où cette fois émane d’abord la couleur des bouteilles qui hantent le bar. Comme un minuscule corps de ferme, une autre structure ocre aux petits toits tombants apparaît, habitat de chats qui se promènent à leur guise à travers les rangées touffues des cultures qui se tiennent derrière. Vient ensuite ce qui tient lieu d’atrium ou de forum, une petite esplanade peuplée d’arbres dont les ramures servent de voûtes aux quelques tables et aux bancs et canapés de palettes décorés simplement, éclairés à la nuit de diverses lumières qui s’étalent en nuage de lucioles, recouvrant ce que le jour laisse paraître : trois formes harmonieuses qui s’étendent au-delà de ce point central. Tout d’abord, un petit préau qui accueille une longue table posée sur une dalle de béton, recouvert d’un arbre, puis sur la droite, au second plan, une cabane perchée dans un arbre. Juste devant cet abri forestier, un feu de joie, campement rudimentaire pour braséro entouré aussi de sièges divers et variés faits de bois. A la gauche du préau, là où les narines vous mènent, légèrement en retrait, un four construit en argile ferme la vue à la nuit.

 

Il Giardino di Torricola

 

Si vos yeux retournent alors sur vos pas, vous verrez, oublié derrière de petits arbre fruitiers et cachés depuis l’entrée par une haie touffue, un petit potager qui rappelle les jardins partagés que l’on trouve parfois en ville seulement présenté côté atrium par une petite clôture taillée en bois. Au-delà du four, si vous en revenez à vos pérégrinations, s’étend une petite partie laissée en friche, libre de son herbe. Viennent alors des cultures, baignées dans des bacs qui rappellent des auges.

 

Il Giardino di Torricola

 

Il Giardino di Torricola

 

A la gauche du four on entrevoit pêle-mêle les rangées fournies des cultures ou subsistent encore à la froide saison quelques tomates, aubergines et tournesols, un ou deux oliviers se tiennent eux aussi solitaires ici et là. Les couleurs un peu passées des fleurs des plantes qu’on imagine vivent aux temps des récoltes, fleurtent avec la mélancolie, et sans avoir encore fait le tour, le charme opère déjà.

 

Des amis à l'origine du projet

Né grâce à quatre amis passionnés, cette oasis de verdure nous permet de nous refamiliariser avec la nature dans un cadre préservé. Fausto D’Angelo nous transporte dans un lieu unique, où il est possible de déguster les fruits et légumes savoureusement préparés au four lors d’apéritifs organisés. Il Giardino di Torricola nous offre, entre ses quatre clôtures, une agriculture expérimentale et vivrière, des expériences à partager comme les repas, et le travail d’amis qui fondent ainsi un lieu où ne se répand pas seulement la vie, mais aussi où l’on peut vivre, s’y tenir, comme chez soi, pour y boire ou manger.

 

Il Giardino di Torricola

 

Témoignage de Fausto D’Angelo

« Nous pensons qu'un projet comme celui de notre jardin de Torricola mérite d'exister et qu’il devrait y en avoir de plus en plus. Nous nous investissons jour après jour avec cœur et bienveillance. En vous promenant dans le jardin, vous pouvez trouver caché derrière ses portes, une femme ou d'un homme aimant la nature. Un amour silencieux mais capable d'atteindre directement le cœur des personnes qui viennent nous rendre visite. Malheureusement, la situation actuelle a sérieusement remis en question la structure économique, qui maintenait l'espace en place. Parmi les différentes idées qui nous sont venues à l'esprit, nous avons pensé que nous pourrions éventuellement organiser une journée de financement collaboratif. Nous souhaitons que cette journée se déroule dans le Jardin, afin que les gens puissent vivre pleinement ce que nous ne pourrions pas écrire sur papier. Nous souhaitons offrir aux personnes intéressées la découverte de l'énergie magique qui nous anime dans cette petite oasis cachée, et vivre une expérience qui nous représente. »

 

Nous vous recommandons
0 Commentaire (s) Réagir