Édition internationale
Radio les français dans le monde
--:--
--:--
  • 0
  • 0

La Fabbrica trasparente (film) : La vie de deux franco-italiens de retour à Bergame

corinne terrasse et l'horloge de Bergamecorinne terrasse et l'horloge de Bergame
Corinne Terrasse Sonzogni
Écrit par Lepetitjournal Milan
Publié le 20 janvier 2022, mis à jour le 20 janvier 2022

Artiste française expatriée à Bergame, Corinne Terasse Sonzogni signe son premier long-métrage. Le film relate quelques mois dans la vie de deux personnages franco-italiens, de retour dans la ville lombarde.

 

En Italie, en Lombardie, à Bergame, la ville touchée, la ville résiliente. C’est là que Corinne Terrasse Sonzogni, artiste française et expatriée « sur les terres de [ses] grands-parents », a choisi de situer son premier long-métrage.
Les deux protagonistes sont, eux aussi, à cheval entre les deux cultures, française et italienne. On parle de Lysandre, pianiste, et Hermia qui est photographe.
Les deux personnages empruntent des rues parallèles, ils se croisent presque, s’effleurent, au fil de leur quotidien entre leurs séances chez le même psychanalyste et la fréquentation du même bar, sans se rencontrer.

Une fiction animée par la biculturalité franco-italienne

« Pris dans le manège de leurs habitudes et de leurs manies, nous naviguons avec eux, un moment, quelques mois, le temps peut-être d’un changement », révèle Corinne Terrasse Sonzogni. À travers le rêve d'Hermia, ses rencontres avec ses amies, les souvenirs étranges de Lysandre sur le divan, ses conversations au bar avec un philosophe, ses confidences à son meilleur ami, nous traversons des histoires.
Celles de migrations, de pandémies, de guerres, de petites et grandes morts de nos vies quotidiennes. Des histoires de vies, qui nous parlent un peu des nôtres.
« Les deux protagonistes sont profondément marqués par leur biculturalité franco-italienne. On la ressent dans leur façon d’agir, de s’exprimer, dans leur goût aussi », raconte la scénariste du film.

Corinne Terrasse Sonzogni est d’abord écrivain et photographe. L’artiste française et bergamasque d’adoption, a aussi monté une première exposition en juin dernier, à Bergame. « Mais pendant le confinement, un moment privilégier pour réfléchir au monde, j’ai ressenti le besoin de lier les mots et les images, et de passer par un film pour dire ce qui m’animait », confie-t-elle.

Encore en phase de construction budgétaire, le tournage de La Fabbrica trasparente débutera en avril prochain, avant de passer par le parcours classique d’un long-métrage, des festivals aux salles de cinéma et/ou plateformes de streaming.

 

Flash infos

    Pensez aussi à découvrir nos autres éditions

    © lepetitjournal.com 2024