AS Roma : José Mourinho accueilli en héros

Par Baptiste Coupelon | Publié le 08/07/2021 à 07:00 | Mis à jour le 08/07/2021 à 12:14
Interview du nouvel entraîneur de l'AS Roma, José Mourinho

Le manager portugais José Mourinho a atterri hier dans l’après midi à l’aéroport de Rome Ciampino. Quelques centaines de tifosi étaient présents pour l’accueillir, lui qui retrouve l’Italie quelques années après avoir tout gagné avec l’Inter Milan.

 

« HabeMOUs papam ». Deux mots, écrits fièrement sur une pancarte à l’effigie du nouveau coach de la Roma, grimé en pape. Symbole de l’espoir que représente son arrivée pour tous les tifosi du club. « J’ai de grandes attentes pour l’année prochaine » confie Roberto, un jeune supporter venu assister à l’atterrissage du nouveau Mister des Giallorossi. Francesco, son ami, renchérit : « On est très contents qu’il soit là ! On espère gagner un titre le plus rapidement possible. » Et ce titre, les supporters romains l’attendent inexorablement depuis le Scudetto remporté en 2001, dont ils ont fêté les vingt ans il y a quelques semaines.

 

Une attente interminable

Peu à peu, le parvis se remplit de près de trois-cents fans, impatients d’apercevoir la nouvelle tête de gondole du projet romain. En attendant l’atterrissage de l’avion prévu à quatorze heures, ils s’occupent en chantant à la gloire de leur club, sans oublier de donner quelques noms d’oiseaux à leurs rivaux éternels de la Lazio. Banderoles, chants, fumigènes… tout est prêt pour accueillir le messie. L’heure fatidique arrive, tous croient que c’est le moment et se pressent vers les grilles. Rien. Les minutes passent sous une chaleur étouffante, et l’impatience gagne les rangs romains. Mais surtout la crainte de ne finalement pas pouvoir le voir. Certains tentent alors de convaincre les forces de l’ordre, présentes en nombre, de forcer le technicien lusitanien à sortir de sa voiture. « On va essayer de faire quelque chose pour vous. » plaisante un policier.

 

Fumée blanche

Ce n’est que peu avant quinze heures que le jet privé, piloté par le président du club Dan Friedkin, atterrit à Ciampino. Les premières images du Special One posant sur le tarmac avec une écharpe de la Louve arrivent sur les téléphones et tous se massent comme un seul homme près des grilles. Puis un cortège de voitures se dessine au loin, et le Mou apparaît, à la fenêtre de la voiture qui le conduit à Trigoria, le centre d’entrainement du club. Sous les acclamations et les chants à sa gloire, il prend la peine de saluer, vitre ouverte, ses nouveaux admirateurs. La fête se terminera à Trigoria, où les plus motivés se sont rendus pour, de nouveau, chanter à sa gloire.

Baptiste Coupelon

Baptiste Coupelon

Actuellement en deuxième année de bachelor de journalisme à Nice, Baptiste intègre la rédaction pour un stage de deux mois. Passionné de sport, de voyages, de musique et curieux de tout, il ambitionne d’intégrer une rédaction de télé.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Rome !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Marie Astrid Roy

Rédactrice en chef de l'édition Rome.

À lire sur votre édition internationale