Vendredi 21 janvier 2022
TEST: 2283

« Maintenant Brille », un roman de Susie Orman Schnall

Par Michela Micheli | Publié le 17/03/2021 à 08:00 | Mis à jour le 17/03/2021 à 08:00
roman - rencontre littéraire - Susie Orman Schnall

« C’est un roman sur l’ambition et le pouvoir de l’amitié ; il dépeint la manière dont les opportunités professionnelles des femmes ont changé, puis sont demeurées les mêmes. Et bien sûr, c’est un roman sur la splendeur triomphante et l’histoire fascinante de l’Exposition Universelle de New York de 1939 ». C’est au travers de ces mots que Susie Orman Schnall, écrivaine américaine élevée à Los Angeles, définit son dernier roman, Maintenant Brille, publié aux Éditions Feltrinelli

 

Le nouvel ouvrage de Susie Orman Schnall, Maintenant Brille raconte l’histoire d’une amitié entièrement féminine, faite de rêves, d’ambitions et d’un profond désir de vivre.  Vivi Holden est une aspirante actrice déterminée à ne pas rater l’opportunité de sa vie.  Maxine Roth, en revanche, rêve de devenir journaliste pour New York Times. Mais le destin leur réserve quelque chose de bien différent. Nous sommes en 1939 et le Président Roosevelt vient d’inaugurer l’Exposition Universelle de New York. C’est précisément à l’occasion de ce grand et fastueux événement que les jeunes femmes se rencontrent. Envoyée par son capricieux directeur à l’expo, Vivi doit prendre part à l’Aquacade, un spectacle de natation synchronisée, afin de remplacer Eleanor Holm qui n’est plus en mesure de nager en raison d’une chute. Au même moment, Maxine arrive à la manifestation. Lincoln, son professeur de journalisme, lui a obtenu un stage dans un journal qui publie le programme de la foire :  Today at the fair. Lorsque leurs regards se croisent pour la première fois, les deux femmes sont loin de s’imaginer qu’ensemble elles lutteront contre ces hommes prétendant avoir le contrôle de leur vie.

 

Rosalie Fairbanks, guide à l'Exposition universelle de New York de New York, le 22 février 1939.

 

Aquacade - 1939
Performance de l'Aquacade à l'amphithéâtre du Liberty Lake - Exposition universelle de New York

 

LPJRome : Comment est né c’est roman ?

SOS : J’ai découvert l’Exposition universelle de New York en lisant l’autobiographie d’Esther Williams, La Première Sirène. Madame Williams a écrit de façon très éloquente au sujet de son expérience de natation dans l’Aquacade de Billy Rose à l’Exposition internationale de la Golden Gate, de 1940, à San Francisco.  Attendez… Aquacade ?  Qu’est-ce qu’un Aquacade ? Quelques heures de recherches approfondies sur internet plus tard, j’ai appris que l’Aquacade de Billy Rose, vit le jour à l’Exposition des Grands Lacs de 1937, à Cleveland, en Ohio, et qu’il s’agissait de la plus belle attraction de l’Exposition Universelle de New York de 1939. C’était également une « vitrine » pour Eleanor Holm et Johnny Weissmuller, deux célébrités de l’époque.  Non seulement j’ai été fasciné par les récits de l’Aquacade – production élaborée, intrigues se déroulant dans les coulisses – mais j’ai également été enchanté par l’histoire et les détails de la foire de 1939 elle-même. Ce fut la plus grande et la plus coûteuse jamais tenue ; elle coûta $ 155, 000, 000 et s’étalait sur près de 1,216 hectares dans le Queens, à New York. J’ai immédiatement pensé un personnage qui nagerait dans l’Aquacade. Mon roman s’est développé à partir de cette idée-là.

 

Billy-Rose-Aquacade-Worlds-Fair-1939
Spectateurs regardant la Billy Rose Aquacade lors de l'Exposition universelle de New York de 1939-40

 

LPJRome : Quelle est la principale raison qui vous a poussé à développer ce récit ?

SOS : Je voulais raconter cette histoire pour deux raisons. Tout d’abord, je pensais que d’autres seraient intéressés par cette tranche fascinante de l’histoire américaine, de New York et de la dépression. La Foire n’avait jamais été présentée dans un roman comme celui-ci, alors j’en ai profité. Deuxièmement, j’adore remonter dans le temps pour explorer les défis auxquels les femmes furent confrontées tandis qu’elles tentaient de réaliser leurs rêves personnels, bien que leurs chances de réussite étaient minces.

 

LPJRome : New York 1939. Pourquoi avez-vous décidé de raconter l’histoire à cette époque précise ?

SOS : Je suis tombée amoureuse de l’histoire de l’Exposition universelle de New York de 1939  et  j’ai donc voulu créer des personnages et les exposer à mes lecteurs.

 

LPJRome : Outre le désir de « briller », qu’ont en commun Vivi et Maxine ?

SOS : Max et Vivi sont deux femmes qui essaient de trouver leur place dans le monde.  La société d’alors – celle d’aujourd’hui également – donnait aux femmes beaucoup de messages contradictoires. Max et Vivi ont toutes les deux la tête pleine de rêve – tant sur le plan personnel et professionnel – qu’elles veulent voir se réaliser, et elles ne sont pas prêtes à laisser quiconque se mettre en travers de leur chemin.

 

Nous vous recommandons
Michela Micheli

Michela Micheli

Michela Micheli est une journaliste passionnée par l'historie de l'art, la littérature française, la culture et les voyages.
0 Commentaire (s) Réagir

Communauté

CULTURE

Pourquoi les Américains aiment-ils tant l’Italie ?

On s’en plaint souvent, les touristes américains. Ils sont bruyants, se montrent sans gêne et jettent des regards candides et fascinés sur cette Europe qu’ils ne comprennent pas toujours.