Le dernier jour de Rome : Un voyage en immersion dans l’Antiquité

Par Michela Micheli | Publié le 12/12/2020 à 10:00 | Mis à jour le 12/12/2020 à 10:00
Dernier jour de rome

Le dernier jour de Rome est la nouvelle oeuvre littéraire d’Alberto Angela, paléontologue, naturaliste et vulgarisateur scientifique. Publié par Harper Collins Italie et présenté jeudi 3 décembre au Théâtre Quirino en streaming, c’est le premier livre de la trilogie autour de l’empereur Néron.

 

Le 17 juillet 64, une femme aux cheveux ambrés et au charme indiscutable fixe le soleil  couchant sur la mer tyrrhénienne. Son nom est Poppée, elle est célèbre dans tout l’Empire romain. C’est le 17 juillet 64 après J. C. à Anzio, dans le triclinium de la superbe demeure  de l’Empereur Néron, qu’un banquet est organisé. C’est un jour normal, et pourtant, il y une sensation étrange dans l’air.

Le premier volume de la trilogie néronienne raconte la vie de Rome avant le grand incendie.  Avec Vindex et Saturninus, les deux vigiles de garde le jour de l’incendie, les lecteurs traverseront des ruelles, des avenues, des places et connaîtront la vie quotidienne d’une ville  qui était pour la plupart faite de bois.  

Alberto Angela reconstruit le terrible incendie qui se déroula en 64 et détruisit presque complètement la ville.

 

“Vivre à Rome signifie savoir saisir les atmosphères, la lumière qu’offrent les rues, le vents saisonniers (y compris celui lié à l’incendie), les températures d’un été torride, les silences nocturnes, les lueurs des nuits de pleine lune, la poésie de l’aurore sur le Palatin, ou les couchers de soleil en feu sur le Captole…” explique l’auteur dans l’introduction.

 

L’oeuvre d’Alberto Angela est une occasion plus unique que rare de connaître des personnes qui ont réellement existé à l’epoque de Neron Claudius Drusus Germanicus, parmi lesquels le naturaliste Pline l’Ancien.

Michela Micheli

Michela Micheli

Michela Micheli est une journaliste passionnée par l'historie de l'art, la littérature française, la culture et les voyages.
0 Commentaire (s) Réagir