Dimanche 31 mai 2020
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Le silence de Rome : le témoignage de Estelle

Par Le Petit Journal de Rome | Publié le 26/03/2020 à 10:07 | Mis à jour le 26/03/2020 à 10:32
san giovanni coronavirus

Je m’appelle Estelle et j’ai 32 ans, je vis à Rome depuis six ans et demi, dans le quartier de San Giovanni.

Depuis le confinement, j’ai la possibilité de faire du télétravail, ayant la chance de travailler dans une entreprise qui donne des horaires flexibles qui me permettent de commencer entre 8h et 10h le matin. Mes journées en semaine se ressemblent donc, je travaille sur l’ordinateur portable fourni par l’entreprise et prends mes pauses légales comme d’habitude. Ma responsable me demande seulement de lui envoyer chaque jour un rapport journalier sur toutes les activités que j’ai faites. Mon travail ne nécessite qu’un accès internet et je ne suis jamais au téléphone et communique uniquement par e-mail ou skype. Ainsi, le fait de travailler de la maison n’a donc absolument pas ralenti mon travail habituel, je travaille 8h pleines et n’ai pas vraiment de creux.

Je n’ai absolument pas songé à retourner en France, cela aurait été une prise de risque plutôt qu’autre chose et je considère Rome comme ma maison, plus qu’en France désormais, j’ai toute ma vie à Rome et je sens que ma place est ici en cette période de confinement. Je pense que nous sommes assez informés, tous les jours on peut trouver un rapport du nombre de cas/guéris/victimes pour voir l’évolution, si de nouvelles restrictions sont mises en place, le pays en est informé tout de suite etc… Le seul problème sont les « fake news » qui circulent qui entrainent la psychose.


Dans le quartier, comme dans tous, c’est chacun chez soi. Je n’ai pas forcément remarqué quelques activités pour aider ceux qui ne peuvent vraiment pas sortir pour faire des courses, mais il est fort possible que ça se fasse aussi, surtout pour les personnes âgées (il y en a beaucoup dans ma rue). A 18h dans ma rue, un DJ met de la musique pendant environ 30min pour faire sortir les gens sur le balcon et mettre un peu d’ambiance, c’est très sympa et ça part vraiment d’une bonne intention, c’est agréable. Et puis j’ai découvert qui vit dans les immeubles en face.

Je sors 1-2 fois (voire 3) par semaine depuis le début du confinement. J’essaye de respecter le fait que sortir pour seulement un paquet de biscuits n’est pas vraiment de première nécessité. Je suis allée faire des courses pour la semaine hier, j’ai fait une heure de queue avant de pouvoir entrer dans le magasin dans lequel il manquait en plus pas mal de choses, donc je vais vraiment éviter de sortir inutilement.

L’impression est étrange, s’éloigner des gens dès qu’on en croise, beaucoup avec des masques etc.. Je n’ai jamais connu ça, les distances on ne peut pas dire que les Italiens en temps normal ne les respectent on se frôle ou se bouscule souvent sans même faire attention, donc je sens bien que les choses sont différentes. Et puis il y a ce silence… Rome est chaotique il y a de la circulation, des gens dans la rue, des commerces. Là on entend quelques voitures, des ambulances et… les oiseaux ! C’est reposant pour les oreilles, mais ce n’est pas la Rome que j’ai appris à connaitre ces dernières années.

La seule chose qui pourrai me faire peur est d’avoir contracté le virus sans le savoir et que la quarantaine dure beaucoup plus longtemps que prévu (je suis consciente qu’on y sera encore certainement à Pâques par exemple). Je le vis bien pour l’instant, mais d’ici quelques semaines ça risque d’être plus dur, je marche beaucoup et ai pas mal d’activités, je pars souvent le week-end hors de Rome, donc j’ai peur que tout ça commence à vraiment me manquer au bout d’un moment. Mais bon, je risque de devoir l’accepter comme le reste.

Nous vous recommandons

1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Camille jeu 26/03/2020 - 15:46

J'habite dans le quartier à côté (Pigneto) et dés le début de la crise une initiative a été lancée par une association du quartier (Sparwasser) pour recruter des volontaires pour faire les courses pour les personnes agées, on peut voir les affiches dans la rue et des flyers on été distribués dans les immeubles. En plus de ça, j'ai vu défiler plusieurs de nos petits commerçants locaux, venus apporter des courses à la personne agée de mon immeuble (alors qu'ils ne livrent pas à domicile en temps normal). Je fais mes courses principalement dans les petites épiceries (il y en a presque à tous les coins de rue à Pigneto) ce qui me permet d'éviter de longues files au supermarché, même si il est vrai que le coût des articles est plus élevé et le choix d'articles est plus restreint...

Répondre

Que faire à Rome ?

IDÉE SORTIE

Réouverture du bioparc de Rome le vendredi 29 mai

Envie de dépaysement en famille sans quitter Rome ? C’est l’occasion d’aller faire une visite au bioparc de Rome, jardin zoologique qui a ouvert ses portes en 1911 dans la villa Borghèse.

Expat Mag

Lima Appercu

Pourquoi le confinement ne fonctionne pas au Pérou ?

Le Pérou est le premier pays en Amérique latine à avoir décrété l’état d’urgence (16 mars), mais il est malgré tout devenu le deuxième pays le plus touché par l’épidémie du Covid-19, après le Brésil.