Wimbledon : la marche était trop haute pour Berrettini

Par Baptiste Coupelon | Publié le 12/07/2021 à 16:45 | Mis à jour le 12/07/2021 à 17:11
Photo : Le tennisman romain Matteo Berrettini aux côté du numéro un mondial Novak Djokovic
Le tennisman romain Matteo Berrettini aux côté du numéro un mondial Novak Djokovic

Le tennisman romain de vingt-cinq ans s’est incliné hier en fin d’après midi, 7-6/4-6/4-6/3-6 face au numéro un mondial Novak Djokovic. Pour sa première finale de Grand Chelem en carrière, il n’aura jamais vraiment donné l’impression de pouvoir venir à bout du Serbe, qui remporte ici son vingtième Grand Chelem.

 

Pas de doublé italien à Londres hier. Le premier finaliste italien de l’histoire à Wimbledon a calé, face à plus fort que lui. Que ce soit techniquement, physiquement, mais aussi mentalement, le natif de Rome a été dominé sur tous les aspects du jeu. Peut-être un peu crispé par l’enjeu, certainement gêné par une douleur à la cuisse contractée suite à un sprint dans le premier set. Un premier set qu’il est parvenu à arracher de manière inespérée. Djokovic dispose d’une balle de set à 5-2, la rate, et le transalpin remonte à six partout avant de clore la manche au tie break. La deuxième manche est encore moins maitrisée par Berrettini, qui multiplie les mauvais choix et est rapidement mené 4-0. S’il parvient à prendre quelques jeux grâce à des fulgurances, Djoko est trop fort et, au bout de la quatrième balle de set, termine le travail.

 

Passage au vestiaire salvateur

Comme à son habitude, notamment lors de Roland Garros, l’homme qui compte désormais six victoires sur le gazon londonien rentre se changer au vestiaire à la fin du deuxième set. Une pause qui lui a d’ailleurs valu de nombreuses critiques mais aussi soupçons de dopage de la part de certains fans de tennis. Une chose est sure, Novak n’est pas le même joueur une fois qu’il revient des vestiaires. Ce qui relève principalement de sa force mentale, et de sa rage de vaincre. Il déroule son jeu face à un valeureux mais impuissant Berrettini lors des deux dernières manches et se voit sacré dans un des quatre tournois majeurs pour la vingtième fois de sa carrière. Pour ce qui est de l’Italien, cette finale ponctue une très belle saison qui l’a amené au septième rang mondial et n’augure que du positif pour la suite. Et pourquoi pas une victoire aux Jeux Olympiques de Tokyo, qui démarrent le 23 juillet prochain.

Baptiste Coupelon

Baptiste Coupelon

Actuellement en deuxième année de bachelor de journalisme à Nice, Baptiste intègre la rédaction pour un stage de deux mois. Passionné de sport, de voyages, de musique et curieux de tout, il ambitionne d’intégrer une rédaction de télé.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Rome !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Marie Astrid Roy

Rédactrice en chef de l'édition Rome.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale