TEST: 2283

La Lazio bat la Roma pour le retour du derby romain

Par Noé MALAPRIS | Publié le 30/09/2021 à 08:45 | Mis à jour le 30/09/2021 à 08:45
Photo : Le superbe tifo de la Curva sud. | ©Noé Malapris
Le superbe tifo de la Curva sud

Pour la première fois depuis janvier 2020, un derby de Rome a pu se jouer dans un stadio Olimpico plein. Les deux équipes avaient donc encore plus à cœur de remporter le match suprême, celui qui compte le plus pour les tifosi, devant leurs supporters venus en masse les soutenir.

 

La rivalité entre les deux clubs romains est ancestrale ;  la Lazio et la Roma, qui se partagent le Stadio Olimpico, se sont affrontées pour la domination de la ville. On se souvient de violences terribles entre tifosi et, notamment, en 1979, l’histoire de ce supporter laziale qui avait reçu une fusée de détresse lancée par un romanista en plein dans l’œil. Il était décédé dans l’ambulance qui l’emmenait à l’hôpital. La rivalité entre les deux mastodontes vire parfois à la haine, et après presque deux années de derbys à huit-clos en raison du Covid-19, le pire était à craindre ; le dispositif hors-norme de sécurité déployé aux abords du Stadio Olimpico en attestait. Heureusement, aucun événement de ce genre n'a été à déplorer.

 

 

Une entame de match catastrophique pour les romains

Tout de suite, les Biancocelesti pressent les buts de Rui Patricio. Felipe Anderson envoie un centre à hauteur du point de penalty, et Sergej Milinkovic-Savic profite des espaces béants dans l’arrière-garde romaine pour tromper le gardien. Coupable d’une sortie complètement ratée, le portugais a percuté le milieu laziale et aurait bien pu l’envoyer à l’hôpital. Mais « SMS » a le cuir solide, et ça fait 1-0 pour la Lazio.

 

La Curva nord en fusion peu avant le coup d’envoi
La Curva nord en fusion peu avant le coup d’envoi - La Lazio, 7e du championnat italien, a « reçu »  la Roma, 4e après un début de saison réussi sous les ordres de José Mourinho.   | ©Noé Malapris

 

La Roma tente alors de se reprendre et commence doucement à mettre le pied sur la balle, mais la possession est stérile et la Lazio se procure les meilleures occasions. Après que Zaniolo se fait percuter dans la surface et croit obtenir un penalty, les laziali récupèrent le ballon et contre-attaquent. Aux abords de la surface, Ciro Immobile glisse le cuir à Pedro qui enfonce le clou contre son ancienne équipe, d’une magnifique frappe placée hors de portée de Rui Patricio qui, cette fois, ne peut rien faire. A peine vingt minutes de jeu, la Lazio mène 2-0 et le Stadio Olimpico exulte.

 

Les coups de pieds arrêtés, une arme efficace

Après cette entame cataclysmique, les Giallorossi essayent tant bien que mal de revenir dans la partie, mais ils manquent de créativité, et les rares occasions concédées par la Lazio se soldent en arrêts fabuleux de Pepe Reina, ou en frappes dévissées en sortie de but. Alors, comme souvent dans ce cas, les romains s’en remettent aux coups de pieds arrêtés. Après plusieurs corners infructueux bottés par Veretout et Zaniolo, la Roma finit par réduire son retard sur la Lazio : sur un beau corner de Veretout, Ibanez saute plus haut que tout le monde, et le défenseur marque d’un coup de casque rageur. 2-1, il est temps de retourner aux vestiaires après une première période intense.

 

La Roma trop naïve

En seconde mi-temps, la Roma tente de corriger ses errements défensifs, mais rien n’y fait. Les laziali s’amusent avec les latéraux, dont la prestation est indigente, et un nouveau contre d’école leur permet d’alourdir le score. Profitant de la naïveté de la défense romaine, Luis Alberto lance une merveille de passe en profondeur à Ciro Immobile, qui s’amuse avec Mancini et Rui Patricio avant de servir Felipe Anderson. 3-1, la Lazio rebreake la Roma… pas pour longtemps. Quelques minutes plus tard, Zaniolo se venge du penalty oublié en première mi-temps en se laissant tomber après un contact peu évident avec Akpa-Akpro. Cette fois-ci, M. l’arbitre indique le point de penalty et Jordan Veretout, déjà passeur décisif, allège l’avance laziale en transformant le penalty.

Il ne se passe ensuite plus grand-chose, dans une fin de match où la Roma semble ne pas trouver les ressources suffisantes pour réellement menacer la Lazio. Le temps file et les occasions se font rares. Les changements opérés par José Mourinho n’y font rien : 3-2, score final, la Lazio passe 6e au classement et le Stadio Olimpico aux couleurs bleu-ciel et blanc explose de joie. Les Romains attendent désormais leur revanche de pied ferme. Le 20 mars 2022, ce seront eux qui recevront la Lazio, et tenteront de venger cette défaite frustrante dans le Derby della Capitale.

Sur le même sujet
Noé MALAPRIS

Noé MALAPRIS

Étudiant à Sciences Po, j'ai la chance de passer ma 3e année à Rome, où j'effectue un stage d'un semestre au Petit journal.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Rome !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Marie Astrid Roy

Rédactrice en chef de l'édition Rome.

À lire sur votre édition locale