Le Girogirocorto à l’Institut Français Centre Saint-Louis

Par Anaïs Lucien-Belliard | Publié le 14/12/2021 à 08:12 | Mis à jour le 15/12/2021 à 14:03
Un homme lisant

Après une pause d’un an imposée par la pandémie de Covid-19, le festival de cinéma franco-italien, Girogirocorto, revient pour trois soirées inédites, du mercredi 15 au vendredi 17 décembre, à l’Institut Français Centre Saint-Louis.

 

 

Valoriser le regard militant des jeunes cinéastes

La 5e édition du Girogirocorto promet d’être aussi ambitieuse qu’engagée. En tout, ce ne sont pas moins de 20 courts-métrages de qualité qui vous seront proposés. Reflétant des problématiques sociétales affectant une nouvelle génération de cinéastes désireux de partager leurs regards très personnels sur le monde, les œuvres présentées porteront notamment sur des thématiques touchant à l’intégration, l’immigration, « l’anxiété pré et post covid », la précarité et le racisme.

 

Shakira de Noémie Merlant
Shakira de Noémie Merlant (France – 25 minutes)

 

Pour le directeur du festival, Matteo Bonanni, il s’agit d’ouvrir un débat libre où ces questions sont traitées de « la manière la plus juste » possible et libérées de « la censure idéologique », qui obscurcit parfois « les possibilités de réflexions sur les mutations que connaît notre société ».

Entre rires et larmes, réflexions et émotions, la 5e édition du Girogirocorto assume de s’ouvrir davantage à des films militants, sur lesquels il porte « le regard objectif de celui qui aime cette forme d’art ainsi que toutes les formes qui en dérivent. »

 

DITE E KUQE de Besim Ugzmajli
DITE E KUQE de Besim Ugzmajli (Kosovo – 15 minutes)

 

Trois soirées de pure cinéphilie au Centre Saint-Louis

Se déroulant sur trois jours, le festival aura lieu du 15 au 17 décembre au Centre Saint-Louis. Pour vous participer, il vous suffira d’écrire directement à l’équipe du festival en amont des séances, qui débuteront chaque soir à 19h30. La remise des prix aura lieu le vendredi 18, à 21h30 et sera suivie d’un toast.

 

Deux hommes en voiture
Malabar de Maximilian Badier-Rosenthal (France – 22 minutes)

 

Le Girogirocoro, un festival de courts-métrages encré dans le présent

L’aventure Girogirocorto débute en 2014 sur une idée de Matteo Bonanni. En 2016, il s’allie au réalisateur Gianlorenzo Lombardi, avec qui il lance ce festival international qui se déroule entre la France et l’Italie. Déterminé à offrir à leur public une sélection cinématographique riche et actuelle, leur mot d’ordre est « qualité, amour, et passion du cinéma ».

 

Affiche du Girogirocorto
Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Rome !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Marie Astrid Roy

Rédactrice en chef de l'édition Rome.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale