Dimanche 19 septembre 2021

CATABASIS : une soirée exposition post-moderne unique à l’Edicola Erno

Par Nina Malleret | Publié le 29/06/2021 à 17:51 | Mis à jour le 29/06/2021 à 17:57
Vue de la façade du Kiosque Edicola

Le 1er juillet au soir se tiendra le vernissage de CATABASIS, la première exposition personnelle de Paolo Nazario, à l’Edicola Erno, un lieu alternatif dans le quartier de Prati qui se distingue par sa sélection de revues artistiques. Centrée autour d’une pratique picturale résolument littéraire, cette exposition explore l’iconographie Romaine d’une manière originale et contemporaine.

 

Adoptant un point de vue contemporain sur l’antique, l’exposition explore un séjour romain traversé par les fragments et les ruines. Pour cela, Paolo Nazario s’inspire de la pratique épigraphique pour renouveler une iconographie épuisée. Se trouvent ainsi mêlés, Cy Twombly, grand peintre abstrait de nationalité Américaine, installé à Rome dans les années 1960 ; Grünewald et son retable d’Issenheim ; et d’autres, tels Lawrence Wiener, Horace, ou encore la statuaire antique. Cette exposition, du nom de CATABASIS qui signifie en latin la descente aux enfers, représente selon l’artiste un « grand carambolage infernal et joyeux », qui constitue une invitation à repenser notre rapport à l’antique et à la ville Éternelle, trop souvent réduite à une image figée. Ainsi, l’exposition regroupe un ensemble de peintures et de dessins, qui forme une véritable installation, notamment grâce à la présence d’un faisceau de cartes postales rappelant l’imaginaire Romain.

 

Affiche de l'exposition Catabasis

 

Une exposition dans un kiosque

Paolo Nazario, jeune expatrié franco-italien au parcours principalement littéraire, fait ses débuts au travers de cette exposition éphémère, au cœur de laquelle il use d’un langage artistique, résolument contemporain, pour faire ode à cette ville qui le fascine. Cette unique soirée de vernissage se tiendra le 1er juillet au soir, à l’Edicola Erno. Ce kiosque, situé sur la Piazza Americo Cappuci entre le Castel Sant’Angelo et la Basilique de Saint-Pierre, a été ouvert il y a trois ans par Andrea Mercuri, jeune calabraise diplômée en histoire de l’art. Prenant le contre-pieds des kiosques à journaux traditionnels, elle a choisi de se spécialiser exclusivement dans la vente de revues dédiées à l’art, la mode et le design. Loin de rester figé, ce kiosque contemporain met un point d’honneur à demeurer un lieu vivant et attractif. Fort de sa localisation et de la quiétude de la Piazza Cappuci, le lieu propose de nombreux évènements depuis son ouverture, ainsi que la possibilité d’un moment de détente autour de boissons elles aussi choisies avec soin. Son originalité et la qualité de sa sélection en font depuis trois ans un endroit incontournable de la vie culturelle romaine.

 

Kiosque Edicola à Rome

 

La soirée d’exposition se tiendra le 1er juillet à partir de 18:00, en compagnie de Paolo Nazario. L’intégralité des œuvres sera proposée à la vente, à des prix accessibles selon la volonté de l’artiste. La soirée, qui sera accompagnée d’une ambiance musicale et d’une vente de boissons, sera une véritable occasion de soutenir la jeune création franco-italienne.

 

Informations pratiques

Adresse : Piazzale Americo Cappuci,

Horaire : de 18:00 à 22:00

Contacts : pages Instagram @edicolaerno et @paolonumanazario

Nina Malleret

Nina Malleret

Étudiante en Master 1 Culture à Angers, Nina effectue un stage de 4 mois au sein du Petit Journal de Rome. Curieuse, investie et forte d’ambition, elle est une passionnée d’arts visuels ainsi que de littérature, et aspire au journalisme culturel Européen.
0 Commentaire (s) Réagir

Vivre à Rome

SPORT

La Roma étrille le CSKA Sofia et démarre fort sa campagne en Conference League

Après un début de saison réussi sous les ordres de leur nouvel entraîneur José Mourinho, les Giallorossi avaient à cœur de démarrer en trombe la campagne européenne 2021-2022 face à leur public.

Expat Mag

Cambodge Appercu
CULTURE

Quelle est la posture de Bouddha qui vous correspond ?

Dans les pagodes cambodgiennes, les statues du Bouddha prennent différentes postures. Ces gestes symboliques sont associés aux principaux épisodes de sa vie et aux jours de la semaine.