« Retour aux Affaires » : l’attractivité de l’Italie selon Ambrosetti

Par Marie-Astrid Roy | Publié le 02/10/2018 à 20:45 | Mis à jour le 02/10/2018 à 21:49
Photo : L'évènement organisé par la CCIFI a réuni la communauté d'Affaires franco-italienne, le 27 septembre à la Terrazza (Milan) | ©Ferrari Camilla
20180927_FerrariCamilla_CCIRetourAuxAffaires2018_0975

Jeudi dernier, la communauté d’affaires franco-italienne, en présence du consul général de France à Milan Cyrille Rogeau, s’est retrouvée à l’occasion de la seconde édition de l’évènement « Retour aux Affaires », organisé par la Chambre de commerce et de l’industrie France Italie. L’invité d’honneur, Valerio De Molli, directeur de The European House Ambrosetti, a expliqué les raisons de l’attractivité de l’Italie, au regard de la présentation du Global Attractiveness Index (GAI) 2018.

« Comment est-ce possible que la Macédoine soit classée 11ème pays pour son attractivité sur 144, contre 46ème pour l’Italie ou encore 31ème pour la France, selon le classement World Bank (Ease of doing Business 2018 », s’interroge Valerio De Molli, directeur de The European House Ambrosetti. C’est en partant d’un tel constat, mais aussi de celui basé sur les résultats du classement du Forum économique mondial selon lequel l’Italie est 43ème, soit près de 10 places après l’Azerbaijan, que le groupe Ambrosetti a souhaité montrer pourquoi ces analyses ne sont pas forcément crédibles.

L’Attractiveness Index établi par Ambrosetti ne se limite pas à définir un classement en référence à un point donné dans le temps mais relève également le dynamisme des systèmes-pays et leur durabilité dans le temps.
« Notre indicateur d’attractivité est le seul qui reçoit l’approbation du JRC (Joint Research center), le centre commun de recherche interne à la Commission européenne* », annonce Valerio De Molli, directeur de The European House, le premier groupe de réflexion italien, l’un des dix premiers d’Europe, devant la communauté d’affaires franco-italienne, réunie par la Chambre ce jeudi 27 septembre, à l’occasion de l’évènement « Retour aux Affaires ».
Fort de cette garantie, Ambrosetti élabore depuis trois ans le Global Attractiveness Index (GAI), présenté lors d’une conférence économique internationale annuelle, le Forum Ambrosetti, organisé cette année début septembre à la villa d’Este à Cernobbio, sur les rives du lac de Côme.

Et selon ces critères, en 2018, la France est située 7ème sur 144 pays pour son attractivité, l’Italie 16ème. Bien mieux que d’après les autres classements internationaux.

Ambrosetti classement france italie

Dix raisons pour lesquelles l’Italie est bien vivante et en pleine forme

Et pour cause :  « Lorsque l’on parle de la qualité et de la force d’attractivité d’un système-pays, on parle aussi de la qualité et de la durabilité de son modèle de développement et de la capacité de valorisation de ses ressources : patrimoine et compétences distinctives », explique l’European House – Ambrosetti.

« La position italienne n’a pas de quoi surprendre », souligne Valerio De Molli, le pays étant la 8ème économie mondiale. L’opportunité de noter les « dix raisons pour lesquelles l’Italie est bien vivante et en pleine forme ».

ambrosetti france italie classement mondial


A savoir, l’Italie est le premier pays de l’Union européenne pour son nombre de PMI manufacturier (403.000), le double qu’en France (207.000) ; le deuxième pays de l’Union européenne après l’Irlande quant à ses mesures fiscales favorables à l’innovation ou encore le premier pays au monde pour son nombre de sites classés au patrimoine de l’Unesco.


*Le JRC, composé de quelque 150 économistes, réalise des recherches et fournit des conseils scientifiques indépendants, fondés sur des éléments factuels, contribuant à étayer l'élaboration des politiques de l'UE.

 

MAR

Marie-Astrid Roy

Rédactrice en chef et Directrice des éditions Lepetitjournal.com Milan et Rome
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Milan !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Marie Astrid Roy

Rédactrice en chef de l'édition Milan.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale