Mercredi 26 juin 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Leonardo 500 – Le dessin préparatoire de la Sala delle Asse

Par Sophie Her | Publié le 16/05/2019 à 23:30 | Mis à jour le 20/05/2019 à 10:46
Photo : La Pergola de Leonardo devait être un gigantesque trompe-l'oeil. A admirer de façon exceptionnelle dans la Sala delle Asse du Castello Sforzesco jusqu'au 1é janvier 2020
Leonardo Sala delle Asse

À l'occasion de l’anniversaire des 500 ans de la mort de Léonard de Vinci, le chantier de la Sala delle Asse du Castello Sforzesco de Milan est de nouveau ouvert au public. Une réouverture toute aussi exceptionnelle qu’extraordinaire qui dévoile les dessins préparatoires découverts durant les derniers travaux de restauration. Un événement majeur de la programmation  Leonardo 500 proposée par la ville de Milan. Jusqu’au 12 janvier 2020.

Située au pied de la tour Falconiera, la Sala delle Asse du château de Milan revient aujourd’hui au public ; les échafaudages ayant laissé place à l’installation multimédia Sotto l’ombra del Moro. La mise en place temporaire qui durera jusqu’au 12 janvier 2020 constitue une occasion exceptionnelle de découvrir l’un des chefs d’œuvre de Leonardo : le plus grand trompe-l’œil jamais réalisé à l’époque et représentant une pergola composée de pas moins de 18 mûriers.

La restauration de l’entière salle n’étant pas encore achevée, la scénographie a été pensée de sorte à expliquer au public la partie visible. L’installation guide ainsi les visiteurs dans la lecture de l’espace intégral de la salle, en détournant le regard de la voûte - qui fera l'objet d'une restauration spécifique en 2020 – vers les murs.

De cette façon, chacun peut observer sur la partie supérieure des murs l’entrelacement des troncs, branches et feuilles qui forment la pergola, modifiant progressivement la perception de la salle conçue comme un trompe-l'œil géant et découvrir comment Leonardo a développé son concept d'imitation de la nature au point d'imaginer un sous-bois et, au-delà, des arbres, des maisons et des collines à l'horizon représentant le territoire dirigé par Ludovico Il Moro.

Une tribune permet par ailleurs d’observer à un mètre de distance, un surprenant détail graphique et pictural : une gigantesque racine dont les nombreuses parties de dessin préparatoire sont apparues lors de l'élimination des couches ternes des murs à l'aide d'instruments laser : le fameux « Monochrome ».

Une pergola pour symbole du pouvoir des Sforza

Dans cette seconde partie du XVème siècle, l’Italie est morcelée en plusieurs Etats.
Le duché de Milan se situe au centre, de chaque côté de la vallée du Pô bordé au nord par les Alpes lépontines et au sud par les Appenins. Francesco Sforza décide de faire construire la résidence des ducs de Milan sur les ruines de la forteresse de Milan. En 1479, son deuxième fils, Ludovic prend le pouvoir. Le duché connaît une période de tranquillité et Ludovico Il Moro s'investit dans un mécénat actif en invitant à la cour de nombreux artistes de renom, dont Leonardo da Vinci à qui il commande la Sala delle Asse à la gloire de sa famille.

Leonardo projette alors une pergola en trompe-l’œil dans une dimension exceptionnelle. Composée de 18 mûriers, la pergola épouse la voûte comme si les arcs qui la soutiennent, soutenaient l’état et son pouvoir, avec les branches entremêlées qui font ressortir en son centre un blason et des plaques de la famille Sforza. Le mûrier a probablement été choisi par Leonardo parce que l’arbre constituait le paysage typique d'une grande partie du territoire dominé par les Sforza où l'industrie de la soie était la plus importante du duché et que les mûriers étaient nécessaires à l'alimentation des vers à soie. Peut-être aussi parce que le nom scientifique latin du mûrier est Morus et que la décoration a été commandée par Ludovic Il Moro…Quoiqu’il en soit, cette allégorie illusionniste imaginée par Leonardo se confirme par l’absence d’oiseaux. Un travail qu’il laissera néanmoins inachevé à l’arrivée des troupes françaises.

Pour réaliser ce chef d’œuvre, dont rien n’est comparable à l’époque ni d’un point de vue de la taille ni d’un point de vue de la technique, Leonardo utilise des gouaches et même de l’or sur les entrelacs du treillis. Comme pour Il Cenacolo, il utilise une technique à secco qui lui laisse la possibilité de retoucher son travail, la couleur n’étant pas fixée. Des traces de peinture originale auraient été identifiées à l’occasion de la restauration.

Une restauration extrêmement méticuleuse

Ouvert en 2013, le chantier de restauration de la Sala delle Asse du Château Sforzesco de Milan n’avait été jusqu’alors suspendu que pendant l’Expo 2015, permettant ainsi à plus de 450.000 visiteurs d'admirer la pergola peinte par Leonardo.
Aujourd’hui, après six années d’étude et de restauration, la découverte du dessin préparatoire représentant les parties inférieures du tronc dévoile de nouvelles traces léonardesques dans lequel le Monochrome s'insère à la perfection : troncs, branchés, paysages à l'horizon qui définissent un projet colossal qui occupe chaque centimètre de la vaste salle (15x15m pour 10m de haut) et révèlent une nouvelle géographie du projet de décoration de Leonardo. Elle permet aussi de mieux comprendre le poids du symbole de la Sala delle Asse à la Renaissance, ainsi que la complexité historique et technique de la restauration.
En effet, à la fin du XIXème siècle, seule la voûte est visible. Des siècles durant, le château vit les vicissitudes de la ville. Passé aux Français (1500), aux Espagnols (1535), aux Autrichiens (1815) et de nouveau aux Français sous Napoléon (1861), il est utilisé comme caserne et comme étable. La Sala delle Asse ayant dû s'adapter aux différents usages requis en temps de guerre, la décoration imaginée par Leonardo fut couverte de plusieurs épaisseurs de chaux.
Toutefois, les documents permettent d'assurer que Leonardo a bien travaillé dans cette salle en 1498 sur demande de Ludovico il Moro, une fois terminé Il Cenacolo.
Ne disposant pas de relevé photo et les répliques à la gouache n’étant pas systématiques, la reconstruction de cette restauration est donc très analytique.

 

léonard de vinci expo milan
Leonardo da Vinci, Allegoria dello specchio solare
Parigi, Musée du Louvre, Département des Arts graphiques
Foto: © RMN - Grand Palais (musée du Louvre) / Michel Urtado
Exposition :  Intorno alla Sala delle Asse. Leonardo tra Natura, Arte e Scienza

Une programmation à foison

L'observation de la nature est le fil conducteur à d'autres projets dédiés à Leonardo et qui se développent dans différentes salles du château Sforzesco. Leonardo tra Natura, Arte e Scienza dans la Sala dei Ducali, présente une précieuse sélection de dessins originaux de Leonardo et d'autres maîtres de la Renaissance, montrant la relation iconographique et stylistique entre la culture figurative de l'époque et les détails de la décoration naturaliste de la Sala della Asse.
Dans la Sala del Tesoro, le visiteur pourra voir à partir de décembre 2019 le célébrissime Codice Trivulziano. D’ici là, il devra se contenter d’une version digitale à feuilleter. Au moins aura-t-il le plaisir d’en tourner les pages !
Pendant toute la durée de l’exposition, dans la cour du château, il pourra voir une véritable pergola de mûriers. La Pergola di Leonardo est une reproduction réalisée à l'échelle 1:2 et qui évoque l’architecture végétale qui inspira Leonardo. Un projet botanique et paysager qui permettra sans aucun doute d'apprécier davantage le travail de Leonardo, mais aussi de vivre l'expérience d'une pergola telle qu'elle fût conçue et réalisée dans les années milanaises de Léonard de Vinci.
D’ici la fin de l’année, le cinéma se mettra aussi à l'heure de Leonardo, avec notamment la sortie du film Essere Leonardo da Vinci. Un'intervista impossibile et le documentaire intitulé Leonardo cinquecento qui conduira sur les lieux où le maître a vécu jusqu'en France.
Sans oublier l'exposition itinérante proposée sur le TGV France Italia entre Milan et Paris, où le visiteur peut vivre à bord une expérience de réalité augmentée autour du maître et de ses œuvres.

Infos pratiques :
Billet unique pour les expositions et les initiatives du programme Leonardo mai visto. Toutes les informations pratiques ici

 

Sophie her

Sophie Her

Fondatrice de l’agence Altana, spécialisée en contenu éditorial et stratégique au service des échanges entre la France et l’Italie
0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Milan

EDUCATION

Classement des universités : l’Italie progresse, 3ème pays européen

Pour la cinquième année, le Politecnico de Milan se confirme comme la meilleure université italienne, entrant dans le Top 150 mondial. Au total, 34 figurent dans le World University Rankings.