Lundi 28 mai 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Expo Toulouse-Lautrec : Cancan en tête

Par Monica La Rivière | Publié le 19/10/2017 à 00:30 | Mis à jour le 19/10/2017 à 09:22
Photo : Henri de Toulouse-Lautrec, Le photographe Sescau , 1894, litografia, manifesto, collezione privata
Toulouse Lautrec - Le photographe Sescau

Henri de Toulouse-Lautrec (1864-1901) nous fait tourbillonner au long d’une exposition à couper le souffle ! 250 œuvres provenant du Musée d’Albi, ville natale de l’artiste, de nombreux musées dans le monde et de collections privées. Un reportage illustré de la vie nocturne parisienne de la Belle Epoque et du monde underground de Montmartre. Un style inimitable qui s’appuie sur la photographie naissante et les estampes Japonaises.  Le Palazzo Reale de Milan rend hommage à cette force de la nature qui ne l’aura jamais choyé, jusqu’au 18 février 2018.

 


Des estampes japonaises à la photographie

Le Palazzo Reale se surpasse avec un savoir-faire scientifique dans le domaine de l’art. Rappelons qu’il accueille aussi en ce moment dans ses espaces la grande exposition sur le Caravage. L’exposition Toulouse-Lautrec se place dans la suite logique des précédentes : sur Manet et le Paris moderne de la fin du XIX° siècle et sur le maître japonais Hokusai. Elle est le fruit d’une collaboration initiée il y a 4 ans avec le musée d’Albi et la maison d’édition d’art Giunti –Electa, sous le patronage de L’Ambassade de France en Italie.
On doit au duo féminin Danièle Devynck, directrice du musée Toulouse-Lautrec à Albi et Claudia Zevi des éditions d’art Giunti, cette exposition complète, réalisée avec cœur et brio. Elle nous plonge dans le monde éphémère de l’artiste qui a relancé l’art graphique par le biais des impressionnistes, des estampes japonaises et de la photographie.

 

Expo Toulouse Lautrec Milan
© Monica La Rivière

 


C’est ainsi que tout en empruntant aux tons purs et aux lignes bidimensionnelles obliques des maîtres japonais, Toulouse-Lautrec en épouse la philosophie, en particulier celle d’Utamaro (1753-1806), qui choisit des scènes populaires de courtisanes symbolisant « le monde fluctuant », en invitant à jouir du moment présent.

C’est ainsi qu’aux côtés de son ami Degas il explore le potentiel de la photographie et des angles de vue multiples de la caméra. A l’aide de photographies qui vont se substituer aux séances de modèles vivants, en choisissant les angles plus significatifs : « Avec un dos, nous voulons que se révèle un tempérament, un âge, un état », écrivait Louis-Emile Duranty (1833-1880), le père de la Nouvelle Peinture, groupe artistique auquel Lautrec adhérait.

 


Le monde fabuleux de la Butte

Jane Avril, Aristide Bruant, La Goulue ne sont que quelques-uns des nombreux personnages rendus célèbres par Toulouse-Lautrec, que l’exposition nous fait connaître à travers les dessins, affiches et biographies… L’artiste s’en rapproche naturellement en installant son atelier, à l’âge de 20 ans, sur la butte de Montmartre, quartier de maisons closes et cabarets dominé par le Moulin Rouge, inauguré en 1889 et aimé des impressionnistes.

 

Toulouse Lautrec palazzo Reale Milan
Henri de Toulouse-Lautrec,       
Ambassadeurs, Aristide Bruant, 1892 et Jane Avril, 1899

 

Qui étaient-ils donc : Jeanne Avril était fille de père noble italien et d’une mère courtisane qui voulait la pousser à la prostitution. Fuyant son emprise elle découvre la danse et le chant à Montmartre où elle devient compagne et modèle de Toulouse-Lautrec. La Goulue travaillait initialement chez un teinturier. Attirée par la vie nocturne de Montmartre, elle empruntait les habits de ses clients pour y aller danser. De là, une carrière fulgurante qui la mène comme star du Cancan au Moulin Rouge. Aristide Bruant, le chansonnier à l’écharpe rouge, chantait en argot les histoires de gens de la rue. Au sommet de sa gloire, à laquelle contribuèrent les affiches que fit sur lui Lautrec, il ouvrit son cabaret le Mirliton à Montmartre. Femmes, danseuses, chanteuses, prostituées peuplèrent les journées de Toulouse-Lautrec jusqu’à sa mort prématurée à l’âge de 37 ans.


Info : www.toulouselautrecmilano.it

 

Nous vous recommandons

0 CommentairesRéagir

Vivre à Milan

Comment traduire ses diplômes sur son CV italien ?

La traduction de son CV en italien est la première étape obligée pour la recherche d’un travail en Italie. Se pose alors la question de la traduction de ses diplômes français et de leurs équivalences.

Sur le même sujet