Éducation, retraite, quelles sont les attentes des Français de l’étranger en 2022 ?

Par Anne-Claire Voss | Publié le 05/05/2022 à 18:00 | Mis à jour le 06/05/2022 à 18:41
Les attentes des expatriés en 2022

Français du monde-adfe, association reconnue d’utilité publique, a organisé la deuxième édition du Baromètre sur les besoins et les attentes des Français de l’étranger. Retraite, pandémie mondiale, réchauffement climatique, éducation ou encore emploi... lepetitjournal.com vous invite à découvrir leurs retours ! 

 

Les objectifs de cette étude étaient doubles : sonder les besoins des Français à l’étranger en plus d'analyser et de comprendre leurs attentes. 12.192 Françaises et Français ont alors, à parts égales, répondu à cette enquête. Parmi les participants, 39% sont des concitoyens binationaux et 41% ont quitté la France depuis 20 ans ou plus. Un taux de participation important a été constaté au Canada, en Allemagne, en Espagne, au Royaume-Uni ainsi qu’aux États-Unis.

 

 

Les rentes de retraite sont gelées depuis plusieurs années en dépit de l’augmentation du coût de la vie

La retraite : des démarches difficiles depuis l'étranger ?

D’après les premières analyses, la retraite fait partie des sujets des plus importants pour 39,7% des expatriés français. En effet, les démarches semblent difficiles pour l’obtention d’une pension depuis l’étranger. Un participant rapporte : « La caisse de retraite me dit qu’ils ont des montagnes de dossiers à traiter. À qui puis-je m’adresser pour des retards inacceptables dans le versement des retraites de base ? ». La manière dont le travail est pris en compte dans le calcul de sa retraite dépend du ou des pays dans lesquels vous avez travaillé ainsi que de son statut. Les règles varient d’un pays européen, à un pays conventionné ou non-conventionné. De ce thème, se dégage également une forte inquiétude liée à l’inflation et donc à la baisse du pouvoir d’achat : « Les rentes de retraite sont gelées depuis plusieurs années en dépit de l’augmentation du coût de la vie » confie un autre expatrié.

 

L’aide aux retraités dans leur parcours administratif souvent épineux constitue cependant une grande part des questions adressées aux élus consulaires au quotidien. Les consulats parfois sous-dotés en moyens et effectifs trouvent alors un relais utile chez les élus ou les associations de bienfaisance. 

 

 

De nombreuses interpellations sont faites au travers de ce baromètre sur le maintien d'un service public de qualité dans nos Consulats

Administration consulaire : plus de proximité avec les expatriés

Comme en 2018 et avec davantage d’exacerbation encore, les répondants accordent une très forte importance à la proximité: pouvoir contacter facilement par mail ou téléphone une administration en France, recevoir un soutien en ligne du consulat pour ses démarches courantes, pouvoir contacter son consulat en cas de problème et être informé des évènements importants. Les élus consulaires sont souvent saisis à ce sujet, comme interface avec l’administration. 

De plus, en raison de la distance et des heures restreintes d’ouverture, le renouvellement des documents administratifs tels que les cartes d’identité ou les passeports peut s’avérer laborieux, avec des disparités selon les régions du monde.

 

Florian Bohême, membre du Bureau national de Français du monde-adfe et Conseiller des Français de l'étranger au Cambodge indique : « De nombreuses interpellations sont faites au travers de ce baromètre sur le maintien d'un service public de qualité dans nos Consulats. Nos compatriotes veulent avoir des humains, des agents qui répondent au téléphone, aux courriels. Le tout numérique ne fonctionnera pas si il ne s'accompagne pas d'un maintien et d'un renforcement du réseau consulaire. »

 

 

Le dérèglement climatique = préoccupation globale

Le dérèglement climatique, une préoccupation centrale pour les expatriés

Plus qu’une tendance, le dérèglement climatique apparaît comme une des préoccupations principales de 24,3% des Français à l’étranger. De nombreux témoignages manifestent une grande inquiétude face à ce qui peut apparaître comme de « l’inertie » de la part des gouvernements. « Le dérèglement climatique = préoccupation globale. Cela devrait être la préoccupation n°1 de tous les pays mais personne ne fait rien » témoigne un expatrié.

 

Avec de nouvelles crises qui apparaissent au sein de notre société, la situation internationale devient aussi une préoccupation importante (33,14%). Les Français de l’étranger restent cependant optimistes et souhaitent continuer à vivre hors de la France métropolitaine.

 

Graphique : Avez-vous été suffisamment informé des mesures sanitaires prises en cas d'un retour en France ?

 

Covid-19 et mesures sanitaires depuis l’étranger

La majorité des répondants (73,83%) estiment qu’ils ont été suffisamment informés des mesures sanitaires prises en cas d’un retour en France. De plus, 85% des expatriés interrogés ont bénéficié d’une campagne de vaccination par les autorités locales. 61% contre 34% des répondants disent ne pas avoir subi de conséquences économiques avec la Covid-19. L’impossibilité de rentrer en France, le changement de mode de vie et la crise économique auraient été les principales causes affectant les expatriés. 

 

De nombreux français se plaignent du prix élevé des écoles françaises à l’étranger

L’éducation des enfants expatriés

Dans cette partie portant sur l’éducation, seuls les expatriés ayant des enfants ont pu répondre (68,17 %). Les Français attacheraient alors une importance particulière à l’accès facilité à l’université en France. Comme le rappelle Gaelle Barré, membre du Bureau national de Français du monde-adfe et Conseillère des Français de l'étranger en Italie : « De nombreux français se plaignent du prix élevé des écoles françaises à l’étranger. Des familles rencontrent des difficultés à obtenir des bourses et celles-ci sont insuffisantes pour subvenir aux coûts scolaires. Concernant les études supérieures, de nombreux problèmes d’équivalence de diplôme sont cités. Certains lycéens ont de réels problèmes pour s’inscrire sur parcoursup. » Globalement, les expatriés souhaiteraient bénéficier de cours de français pour leurs enfants dans les pays d’accueil et voudraient les scolariser dans une filière bilingue depuis l’étranger. 

 

 

Graphique : Pensez-vous rester à l’étranger après vos études ?

Scolarité à l'étranger : les étudiants disent oui !

58,48% des étudiants veulent rester à l’étranger après leurs études. 30,99% d’entre eux ne savent pas et 10,53% d’entre eux souhaitent rentrer en France. Les raisons principales pour lesquelles ces étudiants souhaitent rester à l’étranger sont le meilleur niveau de vie, les possibilités d’évolution de carrière, le salaire supérieur ou la culture.

 

Les expatriés veulent-ils rentrer en France ? 

La majorité des expatriés interrogés (74,66%) n’ont pas prévu de retourner vivre en France. Pour les 6,17 % souhaitant rentrer, les motifs principaux sont la retraite, des raisons professionnelles ou personnelles.  

 

Florian Bohême rappelle : « Ce taux élevé de compatriotes qui souhaitent poursuivre leur vie à l'étranger démontre que les Français de l'étranger sont pleinement intégrés dans leur pays de résidence. Ils y fondent des familles, y crée des entreprises. Le rôle premier des pouvoirs publics est donc de les accompagner au mieux. Ce baromètre existe pour rappeler cette réalité. »

Anne-Claire Voss

Anne-Claire Voss

Diplômée d'un Bachelor en Management et médiation culturelle à l'ICART (Paris), elle décide de réaliser un Master en journalisme à l'ISFJ (Paris) et de se former avec notre rédaction.
0 Commentaire (s) Réagir
Dans la même rubrique