TEST: 2283

La Piazza Navona, de l'Antiquité à la Renaissance

Par Karine Gauthey | Publié le 08/11/2021 à 07:00 | Mis à jour le 08/11/2021 à 07:00
La fontaine des Maures sur la place Navona au coucher du soleil

Il s'agit de la plus grande place de Rome et de la plus belle place baroque. Dans l'Antiquité, elle abritait un stade de 30,000 places construit par l'empereur Domitien, et terminé en 96 après J.-C., dont on peut encore voir les vestiges. Laissée à l'abandon jusqu'au XVeme siècle et réhabilitée via des constructions baroques, on peut apercevoir deux fontaines sur les extrémités : Neptune (Nettuno) et le Maure (Moro).

 

La Piazza Navona, une évolution urbaine

C’est au XVe siècle que commença la vie de cette place, lorsque le marché qui se tenait depuis plusieurs années sur la Piazza del Mercato fut transféré sur la Piazza Navona, qui devint le nouveau point de vente fixe de légumes, de viande et de produits divers. On y pratiquait aussi différentes célébrations, comme le carnaval.

 

place Navona

 

En 1647, Innocent X planifia un aménagement plus somptueux de la place avec la construction d’une fontaine au centre pour embellir le palais Pamphilj. Le projet fut initialement proposé à Borromini, mais le Bernin, alors en disgrâce avec le pape, ou plutôt avec Donna Olimpia, parvint à reconquérir ses faveurs et à supplanter son rival par un stratagème : il envoya à Olimpia, puis au pape un modèle en argent de la fontaine. Tous deux furent subjugués par ce modèle et la commande lui fut confiée. L'obélisque fut importé d'Egypte par Domitien, d'abord installé au temple d'Isis (champs de Mars). Déplacé en 306-312 par Maxence pour l'installer dans le cirque Maxence (Circus Maxentius ) et enfin envoyé en 1651 sur la fontaine par Innocent X.

 

Sur la place, on peut apercevoir le palais Pamphilj, caractérisé par un balcon central, soutenu par 4 colonnes. On voit le symbole de la famille Pamphilj avec 3 lis sur une colombe qui tient une branche d’olivier en son bec. C’est ici que vécut Olimpia Pamphilj, surnommée la « Pimpaccia » de piazza Navona : « pimpa » car elle se comportait comme une vilaine femme, despotique et sournoise. Veuve après son mariage avec Pamphilio Pamphilj, elle accumula de nombreuses richesses pour devenir la maîtresse de Rome, en particulier après que son beau-frère, Giovanni Battista, soit devenu pape sous le nom Innocent X. Aujourd’hui, ce palais est devenu l’Ambassade du Brésil (depuis 1961). Juste à côté du palais Pamphilj, on peut admirer l’église de S. Agnese à Agone, commencée par Carlo et Girolamo Rainaldi et achevée par Boromini, sur le lieu où, en 304, la jeune Agnès fut martyrisée à 13 ans en raison de sa religion : elle fut mise nue au centre de la place et ses cheveux auraient miraculeusement poussé pour couvrir tout son corps.

 

La place aux trois fontaines

 

Au XVIe siècle, la place fut transformée, améliorée, et ornée de 3 fontaines : la fontaine des quatre fleuves, la fontaine du Maure et la fontaine de Neptune. 

 

Fontaine des quatre fleuves

 

La fontaine des 4 fleuves fut construite grâce aux taxes sur le pain, le vin et autres produits de consommation analogues. Elle représente les 4 grands fleuves alors connus : le Gange, le Nil, le Danube et le Rio della Plata. La statue symbolisant le Nil a la particularité d’avoir la tête voilée car ses sources étaient alors inconnues.

 

Fontaine des maures

 

La Fontana del Moro, située du côté sud sous les fenêtres du palais Pamphilj, a été construite en 1574. On y voit aux coins 4 tritons, à l’origine commandés pour la fontaine située place del Popolo. Plus tard, Bernini restaura la fontaine et y rajouta un petit groupe de 3 dauphins soutenant un escargot qui éclabousse de l’eau.  

 

Fontaine de Neptune

 

La Fontana del Nettuno, construite en 1574, au centre, on aperçoit Neptune avec le trident se défendant contre une pieuvre accrochée à ses jambes.

 

Pour l’inauguration de la place le 23 juin 1652, les drains des 3 fontaines ont été fermés, laissant l’eau déborder pour couvrir la partie centrale de la place ; ce qui devint une coutume estivale pendant près de deux siècles.

Sur le même sujet
Karine Gauthey

Karine Gauthey

Rédactrice en chef et Directrice d'édition bénévole pour Lepetitjournal.com/Rome
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Rome !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Marie Astrid Roy

Rédactrice en chef de l'édition Rome.