Jeudi 26 novembre 2020

Naissance du mouvement MULI face aux mesures de Conte : qui sont-ils ?

Par Manon Di Colandréa | Publié le 27/10/2020 à 20:25 | Mis à jour le 27/10/2020 à 20:28
MULI Rome décret

Le nouveau décret ministériel du 24 octobre 2020 a engendré de nombreuses protestations de part et d’autre du pays, notamment dans les villes de Naples, Milan et Rome. Hier soir encore se tenait dans la capitale, à Piazza dei Mirti, la manifestation d’un tout nouveau mouvement : les MULI.

 

Le terme « MULI » renvoie à « Movimento Unito dei Lavoratori Italiani » (en français, mouvement unifié des travailleurs italiens). « Nous ne sommes pas des négationnistes, nous sommes des travailleurs, nous demandons simplement de survivre » communiquait Davide Di Clemente, l’un des manifestants présents hier soir. Entrepreneur et propriétaire de salles de sport, lui et tant d’autres se sont réunis afin de protester contre les mesures énoncées par le dernier décret ministériel en date, à savoir notamment la fermeture des piscines, des salles de sport, des théâtres, etc.

Le slogan de la manifestation était le suivant : « Conte alle imprese, pagagli le spese », soulignant les difficultés que rencontrent les entreprises à payer leurs frais avec l’application de telles mesures.

 

Le MULI ne souhaite pas s’opposer à tout prix à un potentiel confinement ou aux exigences liées à la santé publique, il s’agit seulement d’attirer l’attention sur les besoins évidents de chacun, à commencer sur ceux des manifestants présents ce 26 octobre au soir.

Un des fondateurs de MULI, Gian Marco Saolini, affirmait que cela n’était « que le début », alors qu’environ 500 personnes étaient présentes à la manifestation qui a débuté à Centocelle. En effet, le but est de s’approcher du centre puis d’atteindre le Palazzo Chigi, siège de la présidence du Conseil des ministres. Toutefois, le mouvement insiste sur sa dimension pacifique.

Le terme « MULI » renvoie à « Movimento Unito dei Lavoratori Italiani » (en français, mouvement unifié des travailleurs italiens). « Nous ne sommes pas des négationnistes, nous sommes des travailleurs, nous demandons simplement de survivre » communiquait Davide Di Clemente, l’un des manifestants présents hier soir. Entrepreneur et propriétaire de salles de sport, lui et tant d’autres se sont réunis afin de protester contre les mesures énoncées par le dernier décret ministériel en date, à savoir notamment la fermeture des piscines, des salles de sport, des théâtres, etc.

Le slogan de la manifestation était le suivant : « Conte alle imprese, pagagli le spese », soulignant les difficultés que rencontrent les entreprises à payer leurs frais avec l’application de telles mesures.

Le MULI ne souhaite pas s’opposer à tout prix à un potentiel confinement ou aux exigences liées à la santé publique, il s’agit seulement d’attirer l’attention sur les besoins évidents de chacun, à commencer sur ceux des manifestants présents ce 26 octobre au soir.
Un des fondateurs de MULI, Gian Marco Saolini, affirmait que cela n’était « que le début », alors qu’environ 500 personnes étaient présentes à la manifestation qui a débuté à Centocelle. En effet, le but est de s’approcher du centre puis d’atteindre le Palazzo Chigi, siège de la présidence du Conseil des ministres. Toutefois, le mouvement insiste sur sa dimension pacifique.

Nous vous recommandons

Manon Di Colandréa

Manon Di Colandréa

Étudiante en 3ème année à Sciences Po Aix, Manon a rejoint Le Petit Journal de Rome afin d’y effectuer un stage.
0 Commentaire (s)Réagir