Dimanche 24 octobre 2021
TEST: 2283

Festival du Film : une pluie d’applaudissement pour Serre moi fort

Par Julie Lehrmann | Publié le 20/09/2021 à 15:10 | Mis à jour le 20/09/2021 à 15:10
Intérieur de la villa Medici

Le Festival du Film a débuté ce mercredi 15 septembre à la Villa Médicis. Ce sont 14 films en compétition dont le jury, minutieusement choisi, récompensera les grands vainqueurs ce dimanche 19 septembre.

 

 

Le rideau est levé. La pluie s’est abattue sur la capitale italienne. Une scène sentencieuse annonçant l’ouverture du Festival du Film 2021. C’est le réalisateur français Mathieu Amalric qui se jette à l’eau à 21h, avec son huitième long métrage intitulé Serre moi fort. Cette première projection a déjà été présenté au festival de Cannes en juillet 2021 et dure 1h30. C’est un mélodrame mettant en lumière la fuite d’une mère de famille. Interprétée par Vicky Krieps, elle marche sur un fil, bordant les frontières entre la folie et les rêves déchus.

 

« Il y a des larmes dans le film, c’est normal »

Les premières notes de piano mêlées au rythme des gouttes de pluies s’accompagneront sur toute la durée du long métrage. Près de 500 personnes sont présentes devant l’écran géant en plein air dans les jardins de la Villa Médicis. Mathieu Amalric évoque, « S’il pleut, c’est parce qu’il y a des larmes dans le film, c’est normal ». Inspiré de la pièce de Claudine Galea, Je reviens de loin, le film est joué par Arieh Worthalter, Vincent Lacoste et Juliette Benveniste, dans les Pyrénées. Le réalisateur ajoute, « C’est assez beau que ce film soit vu dans la nature ». Il est vrai. Antonio et Anaïs, deux étudiants, découvrent pour la première fois Serre moi fort et la Villa Médicis, « C’est dommage pour la pluie, mais le film est riche en émotion », son ami s’empressant de compléter « et le cadre est incroyable ! ».

 

Des projections venues des quatre coins du monde

L’objectif du festival est de permettre au septième art d’explorer des formes nouvelles. Italiens, Afghans, français, japonais, anglais, les films proviennent de tous horizons et de différentes cultures. C’est une compétition de qualité qui promet un voyage unique. Trois écrans géants diffuseront les projetions dans la splendide Villa Médicis. Dans la salle M. Piccoli, dans le Grand salon, ou encore dans les jardins pour les séances de 21h. Le Festival est présidé par Arthur Godard ainsi que par un jury hors pair. Teresa Castro, Mati Diop et Béla Tarr décerneront deux prix ce dimanche à 16h30 dans le Grand salon : le Prix Villa Médicis du meilleur film ainsi que le Prix du jury pour un film singulier. Cette première projection nous a mis l’eau à la bouche et certifie une compétition d’exception.

Nous vous recommandons
Julie Lehrmann

Julie Lehrmann

La curiosité est un vilain défaut. Moi c’est Julie Lehrmann et j’en ai fais une passion : le journalisme. Conter et mettre en lumière les histoires de chacun est ce qui m’anime au quotidien.
0 Commentaire (s) Réagir