Lundi 26 juillet 2021

Pierre Choraine, représentant EELV pour l'Italie

Par Anaïs Lucien-Belliard | Publié le 21/05/2021 à 06:38 | Mis à jour le 21/05/2021 à 12:14
Photo : Pierre Choraine, représentant Europe Ecologie les Verts pour l'Italie
Pierre Choraine

Pierre Choraine est la tête de liste Europe Écologie Les Verts pour la circonscription de Rome, Naples, La Valette et la Cité du Vatican.

Père de trois enfants et vivant à Anghiari, petite commune de Toscane, cet expatrié de longue date se définit comme un « citoyen européen avant tout ». Sa double formation en médecine vétérinaire et en sciences politiques l’a conduit à exercer des métiers liés à la protection de la santé publique et animale, mais aussi de l’environnement.  Pierre Choraine a successivement travaillé à l’Agence européenne du médicament, à la Fédération des vétérinaires d’Europe et à la Commission européenne. Il gère aujourd’hui un B&B familial avec son épouse. Il connaît également très bien le milieu associatif puisque pendant près de 10 ans, il s’est consacré à une association de parents d’élèves dont une des missions était de gérer le transport scolaire et la cantine pour les élèves de l’école. Installé au pays de Saint-François d’Assise, il a fait siennes les valeurs de celui-ci : simplicité, respect de la nature, solidarité envers les plus fragiles.

 

Pourquoi ce désir de vous présenter aux élections consulaires de 2021 ?

Mon engagement en politique est très récent. Il est le fruit d’une rencontre avec un ancien ministre des Affaires étrangères britannique, Lord Frank Judd, en séjour chez nous, qui au seuil d’une vie passée à œuvrer pour la construction européenne a vu son pays déchiré par le Brexit et le travail d’une vie effacé d’un coup de referendum. Il est décédé récemment mais les derniers mots qu’il m’ait dits sont « keep on the fight, Pierre! », le poing serré, à 84 ans. Je souhaite lui rendre ici hommage. Cet engagement est aussi motivé à la fois par l’urgence climatique, l’urgence sociale, l’urgence démocratique mais aussi et surtout par la conviction qu’il faut s’impliquer dans la vie publique. Enfin, j’ai tout simplement envie de porter les très belles valeurs d’Europe Ecologie Les Verts et notamment celle du bien-vivre ensemble.

 

Image Europe Ecologie Les Verts

 

Comment avez-vous constitué votre liste ? Pourriez-vous nous dire un mot sur vos colistiers ?

Notre groupe s’est constitué naturellement autour du projet politique progressiste et humaniste que nous offre Europe Écologie Les Verts. Il est composé de personnes, comme moi, novices en politique mais toutes convaincues de la nécessité de l'alternative face à la succession de crises. Et c’est cette conviction qui nous a conduit à franchir le pas de l’engagement politique pour donner aux Français.e.s résidant en Italie l’opportunité de faire le choix d’une société différente, d’une société engagée, solidaire, écologique.

Je souhaite aussi rendre hommage à deux de mes colistier.e.s, Lorenzo de Reggello et Estelle de Rome, ainsi qu’à Margaux de Tarente et Marianne à Malte, pour s’être engagé.e.s à nos côtés. Nous avons en effet entrepris une démarche volontariste pour embarquer avec nous des jeunes dans cette aventure électorale et nous sommes fier.e.s d’y être parvenu.e.s.  À travers leur exemple, je rêve que tous les jeunes, qui se mobilisent en masse à l’appel de ‘Fridays for Future‘, fassent aussi le geste citoyen et écologique en adéquation avec leur mobilisation : Voter ! Et voter Europe Écologie Les Verts ! Bien sûr !

 

 Image d'EELV Italie du sud et Malte

 

Quel est selon vous le plus grand défi auquel font face les Français installés en Italie ?

Que l’on soit Français.e installé.e en Italie, Français.e tout court, Italien.ne ou citoyen.ne du monde, le défi est le même pour tou.te.s. Celui d’un monde qui s’est emballé, celui de notre fragilité d’être humain, celui de la dégradation de notre environnement et celui de nos enfants qui plus que jamais se questionnent sur leur futur, sur le futur de leur planète. Pour contribuer à relever ce défi, notre ambition, outre notre mission de conseiller, est double.

D’une part nous voulons, dans la période cruciale à venir, nourrir le débat national à la lumière de la richesse de nos expériences de vie.  En effet, nous, Français.es résidant à l’étranger, portons bien souvent sur ce débat un regard différent de celui de nos concitoyen.ne.s résidant en France. Et surtout, nous pouvons, grâce à notre vécu à l’étranger, être une force de proposition innovante nourrie de notre diversité. D’autre part, citoyen.ne.s européen.ne.s, nous nous devons aussi de nous impliquer localement. À ce titre, les soutiens que nous apportent Europa verde, Facciamo ECO, le Parti des Verts européens marquent notre volonté de travailler ensemble pour agir localement sur des enjeux beaucoup plus larges.

 

Que représente pour vous la mission principale d’un conseiller des Français de l'étranger ?

Être conseiller.ère des Français.es de l’étranger, c’est pour moi avant tout s’attaquer aux problématiques du quotidien : aider une famille à obtenir une bourse scolaire, contacter une caisse de retraite ou comprendre la réforme du prélèvement à la source, organiser des permanences, recueillir des doléances, aller à la rencontre des associations de Français. C’est une mission simple mais importante, surtout dans un monde où l’omniprésence et l’évolution permanente de la technologie rendent pour certain.e.s la vie, et notamment les démarches administratives, très compliquée.

 

Image Europe Ecologie Les Verts

 

Pourriez-vous nous détailler les grands axes de votre programme ?

Comme tou.te.s les Français.e.s résidant à l’étranger, nous sommes confronté.e.s aux problématiques de l’éducation et de l’enseignement, de la retraite, de la protection sociale, du soutien à la culture, de l’accès au service public et de la dématérialisation de ce service public. Nous serons donc disponibles pour épauler ceux et celles qui en auront besoin dans leurs démarches administratives. Par ailleurs, nous nous engageons à participer de manière constructive aux réunions du conseil consulaire, à tenir nos compatriotes informé.e.s du travail effectué durant toute la durée du mandat, à assurer une permanence régulière et mettre en place une adresse électronique où nous joindre.

Mais aussi, nous encouragerons l’exemplarité écologique et les politiques d’achats et de gestion écologiquement et socialement responsables, nous serons à l’écoute des secteurs de l’éducation et de l’enseignement, et soutiendrons l’offre culturelle, scientifique et associative, en particulier celle vouée à l'aide aux plus démunis ou aux personnes en difficulté. Enfin, attaché.e.s à cette idée du bien-vivre ensemble, nous serons présent.e.s pour soutenir les associations qui œuvrent pour la mise en sécurité des enfants, des femmes et des hommes victimes de violences familiales, pour s'opposer à toutes les formes de discrimination et pour encourager une politique migratoire humaine et digne.

 

Nous vous recommandons
DSC_0220

Anaïs Lucien-Belliard

Secrétaire de rédaction et cinéaste, Anaïs a rejoint la rédaction du Petit journal en 2020. Ancienne étudiante de la Pulse College Film School, elle a étudié l’Histoire à la Sorbonne, avant d’obtenir un master en cinéma à la Queen’s University Belfast.
0 Commentaire (s) Réagir

Communauté

Pass sanitaire : comment les expatriés peuvent-ils obtenir leur QR code ?

Alors que l’obligation du pass sanitaire a été étendue le 21 juillet, et le sera davantage le 1er août, comment peuvent faire les expatriés pour l’obtenir ? Nous vous expliquons la démarche.

Expat Mag

Chennai Appercu
TECHNOLOGIES

Pourquoi les prochains smartphones seront-ils "made in India" ?

Augmentation de fabrication d’Iphones ou production d'équipements 5G par Nokia, arrivée de Samsung : l’Inde semble le lieu de prédilection pour les fabricants de smartphones en ce moment. Pourquoi ?