Samedi 29 janvier 2022
TEST: 2283

« L’Afghane aux yeux verts » réfugiée en Italie

Par Noé MALAPRIS | Publié le 30/11/2021 à 07:59 | Mis à jour le 02/12/2021 à 18:56
Photo : Afgan Girl | ©Steve McCurry
Sharbat Gula la jeune afghane

Sharbat Gula est mondialement connue. Si son nom est peu évocateur, ses yeux sont en revanche célébrissimes. Photographiée en 1984 par Steve McCurry, celle qui était une jeune fille de 12 ans venait de perdre ses parents et de fuir la guerre.

 

La fille afgane
Photo : Afgan Girl | ©Steve McCurry

 

Son regard émeraude, perçant et déstabilisant, avait fait le tour du monde en une de National Geographic. Publiée en 1985, la photo l’avait rendue célèbre sans que personne ne connaisse son nom réel, la surnommant « l’Afghane aux yeux verts ».

 

Le visage de la souffrance

S’il impressionnait par la force et la résignation qu’il dégageait, ce regard témoignait surtout de la souffrance engendrée par la guerre et, plus précisément, l’invasion de l’Afghanistan par l’Union soviétique en 1979. Sharbat avait perdu ses parents puis, quelques années plus tard, avait fui au Paskistan, accompagnée du reste de sa famille. C’est là qu’elle fut photographiée par Steve McCurry en 1984. Par la suite, Sharbat a continué sa vie au Pakistan, où elle s’est mariée à l’âge de 14 ans. Elle a eu quatre enfants avec son mari, pour lesquels elle a souhaité une éducation digne de ce nom. La sienne fut brutalement interrompue lorsqu’elle dut fuir l’Afghanistan, et elle est analphabète ; un destin qu’elle a toujours refusé pour sa progéniture.

 

Afgan Girl | ©Steve McCurry
Photo : Steve McCurry exposition photo  [Matériel d'archive  20130627 ] / Ansa Viaggi Art

 

Des retrouvailles en 2002

En 2002, sa trace fut retrouvée après moult efforts. Une expédition fut montée par National Geographic, et on posa enfin un nom sur ce visage : Sharbat Gula. Une deuxième fois, elle accepta de poser devant l’objectif de Steve McCurry, tenant dans ses mains le portrait d’elle pris dix-huit ans plus tôt.

En 2016, son nom resurgit dans l’actualité après qu’elle fut menacée de prison, coupable de s’être procuré de faux papiers pakistanais. Renvoyée en Afghanistan, elle y fut accueillie chaleureusement par le président afghan Ashraf Ghani, qui organisa une cérémonie en son honneur.

Cependant, à cause de l’arrivée au pouvoir des talibans en août 2021, Sharbat Gula a fui une nouvelle fois son pays et a cette fois-ci trouvé refuge à Rome.

Noé MALAPRIS

Noé MALAPRIS

Étudiant à Sciences Po, j'ai la chance de passer ma 3e année à Rome, où j'effectue un stage d'un semestre au Petit journal.
0 Commentaire (s) Réagir

Communauté

POLITIQUE

Élection présidentielle : semaine cruciale pour l’Italie

Depuis quinze jours, la tension est montée d’un cran dans les états-majors politiques : consultations frénétiques, petites phrases assassines, vétos. Rien n’a manqué à un rituel bien rodé.