Jeudi 20 septembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

PSYCHO – Comment suivre une psychothérapie en Italie ?

Par Lepetitjournal Milan | Publié le 17/09/2013 à 22:45 | Mis à jour le 09/07/2018 à 12:52
Comment suivre une psychothérapie en Italie ?

Vous venez d'arriver en Italie et cherchez à poursuivre votre thérapie ? Vous vous sentez déstabilisé dans votre vie d'expatrié? Ou tout simplement vous ressentez le besoin de faire un travail sur vous ? Poursuivre ? ou suivre - une thérapie à l'étranger n'est pas forcément facile car chaque pays a ses propres spécificités en matière de prise en charge. Votre rédaction a rencontré Anne-Sophie Monnier, psychologue, psychothérapeute et psychanalyste française à Milan, pour vous aider à y voir plus clair.

Lepetitjournal.com: Quel est le parcours pour devenir psychothérapeute en Italie ? Anne-Sophie Monnier: Le titre de psychothérapeute en Italie est un titre protégé. Pour l'obtenir, il faut avoir suivi une formation reconnue par l'État de 4 ans minimum, après avoir déjà reçu le titre de psychologue (équivalent au D.E.S.S. / MASTER II en France). En Italie, on distingue le titre de psychologue (section A) du titre de "Dottore inTecniche Psicologiche" (section B) qui ne donne pas droit au titre de psychologue.

Comment savoir alors si l'on s'adresse à un psychologue psychothérapeute?
Il suffit de consulter le site internet de l'ordre des psychologues de la région (www.opl.it pour la Lombardie) afin de s'assurer que le professionnel est bien habilité à l'exercice de la psychothérapie. Les psychologues qui se sont diplômés à l'étranger ? en France par exemple ? ne peuvent exercer en Italie que s'ils sont régulièrement inscrits à l'Ordre des Psychologues.

Concrètement, quelle différence y a-t-il ici entre un psychologue, un psychothérapeute, un psychiatre et un psychanalyste ?
Le psychologue est un professionnel qui après la Laurea (Master II / DESS) a suivi un tirocinio (stage) et a passé l'examen d'État. Le psychologue peut établir un diagnostic, effectuer des évaluations, mais ne peut pas conduire de véritables thérapies.

Le psychothérapeute, lui, travaille sur les symptômes, la pathologie, le mal-être pour aider la personne à accéder à un meilleur équilibre. Il n'utilise pas les médicaments, mais dans certains cas, il peut avoir recours à la collaboration d'un psychiatre qui s'occupera spécifiquement du suivi pharmacologique.

Le psychiatre est un médecin spécialisé en psychiatrie. Il s'occupe de la prévention et des soins des maladies mentales grâce à des méthodes de type pharmaceutique, propres à la psychiatrie. Enfin, le psychanalyste est un professionnel, psychologue ou médecin et psychothérapeute qui a suivi une analyse personnelle et qui a été supervisé par un psychanalyste didactitien, en vue d'acquérir la connaissance de la théorie et de la pratique psychanalytique freudienne ou post-freudienne. Le plus souvent, il est membre d'une association de psychanalystes. Son travail vise à permettre au patient d'avoir un rapport plus clair avec lui-même et ses propres potentialités, dans le but de dépasser de manière active et responsable les obstacles qu'il ressent comme une entrave à l'expression de sa pleine personnalité. Existe-t-il aussi en Italie plusieurs formes de psychothérapies?


En Italie comme en France, on distingue généralement quatre principales approches représentant des grands courants de la psychologie: cognitivo-comportementale, humaniste, dynamique-analytique (psychanalytique) et systémique-relationnelle, souvent utilisée en thérapie familiale. Depuis 1987, il existe une nouvelle méthode psychothérapeutique, l'E.M.D.R, qui utilise les mouvements oculaires ou d'autres formes de stimulations alternées pour restaurer l'équilibre d'excitation ou d'inhibition et provoquer une meilleure communication entre les hémisphères cérébraux. Son efficacité a notamment été démontrée pour le traitement de l'état de stress post-traumatique.

Comment trouver l'approche qui convient? En effet, on ne traite pas de la même façon la peur de prendre l'avion et la peur d'affronter le monde du travail, par exemple. Pour un problème très circonscrit comme la peur de l'avion, une psychothérapie cognitive s'avérera plus efficace. Pour un mal-être plus diffus, une psychothérapie de type psycho-dynamique sera mieux adaptée. Il est cependant difficile de démontrer la supériorité d'une approche par rapport à une autre. D'autant qu'il existe des éléments présents transversalement aux différentes orientations. Un de ces éléments consiste dans la relation qui s'installe entre le patient et le thérapeute. C'est pourquoi, les premiers entretiens sont fondamentaux pour comprendre s'il existe une syntonie entre eux en vue de faciliter l'alliance thérapeutique par la suite.

Les enfants aussi peuvent être déstabilisés par l'expatriation. Comment se déroule une psychothérapie avec eux? Le suivi thérapeutique avec les enfants se caractérise par la présence du jeu, du dessin et d'autres activités. Il a pour but de favoriser la dimension "relationnelle" par laquelle le thérapeute peut identifier l'étendue des fragilités, des souffrances. L'angle de l'intervention thérapeutique, tout en conservant l'attention du travail sur l'enfant, peut prévoir aussi l'implication des parents qui sont aidés à réactiver leurs compétences parentales même dans des situations qui peuvent apparaitre complexes et difficiles.

En quelle langue est-il préférable de suivre sa thérapie. En français ou en italien? C'est au patient de décider. Dans la plupart des cas, les personnes choisissent de suivre leur traitement en langue maternelle. Mais le choix d'une langue peut-être l'expression d'une mauvaise relation passée non résolue (relation à la mère, au père, etc.). C'est le cas de français qui préfèrent utiliser l'italien pour aborder certaines émotions. Sophie Her 
 

Anne-Sophie Monnier est diplômée en psychologie à l'Université René Descartes (Paris V) et membre de l'IFPS (International Federation of Psychoanalytic Societies). Elle exerce à Milan en français et en italien en tant que psychologue, psychothérapeute et psychanalyste. Elle est notamment spécialisée en psychothérapie infantile près la SIPRe (Società Italiana di Psicoanalisi della Relazione).

lepetitjournal.com Milan

Lepetitjournal Milan

LePetitJournal.com de Milan, c'est le média de référence en français sur Milan et l'Italie.
1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

LOU mer 02/05/2018 - 15:54

Anne-Sophie Monnier a été ma thérapeuthe pendant 2 ans, je souffrais de fortes crises d'angoisse qui m'empechait de sortir, j'ai recommencé à vivre et à sourire. J'ai pu me débarasser de mes médicaments. J'ai trouvé une personne sensible et toujours à l'écoute. Merci!

Répondre
Sur le même sujet