Mercredi 20 mars 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Rencontre exceptionnelle entre les maires de Milan et Lyon

Par Marie-Astrid Roy | Publié le 21/02/2019 à 18:33 | Mis à jour le 21/02/2019 à 18:45
Photo : Le maire de Milan Beppe Sala a invité son homologue de Lyon Gérard Collomb à le rencontrer ce jeudi
Maires Lyon Milan Collomb Sala

Le maire de Milan Beppe Sala et son homologue de Lyon Gérard Collomb se sont rencontrés ce matin dans la capitale lombarde. L’occasion notamment d’expliquer les raisons pour lesquelles la ligne TGV Lyon-Turin représente un « projet essentiel », non pas uniquement pour la France et l’Italie, mais pour toute l’Europe.

« Parler du Milan-Lyon ne rend pas bien la réalité des choses. La réalité est que nous sommes un pays qui produit et qui doit pouvoir exporter de manière écologique en France et en Europe. J’espère que bientôt, on pourra aller de Paris à Milan en 4h de train », commentait le maire de Milan Beppe Sala il y a deux jours dans une vidéo postée sur Facebook, dans laquelle il annonçait avoir invité son homologue de Lyon Gérard Collomb. La rencontre, qui a eu lieu ce jeudi 21 au Palazzo Marino, a fait de la ligne TGV Lyon-Turin le sujet principal du débat.

Le but de Beppe Sala : « Ramener sur un terrain le débat sur la TAV et œuvrer pour que les rapports entre la France et l’Italie redeviennent ce qu’ils ont toujours été et doivent être ».
Jugeant la décision du gouvernement italien de reporter le choix sur la TAV (ligne de TGV Lyon-Turin) d’ « absurde » et de « décevante », le maire de Milan rappelle qu’il s’agit de « deux régions fondamentales », qui se doivent d’être « insérées dans le système européen [...] être ensemble et non isolées et séparées ». Et d’ajouter : « Sans la ligne TGV Lyon-Turin, nous deviendrons série B de la croissance et série B de la possibilité de saisir les opportunités ».

"Liaison transeuropéenne"

Le maire de Lyon concorde et voit dans cette ligne censée relier 5.000 km de liens ferrés, jusqu’à la Hongrie, un « projet essentiel pour l’Europe. C’est une faute de l’appeler la Lyon-Turin, c’est bien plus que cela, (…) une situation internationale », souligne Gérard Collomb. « Deux puissances s’affirment : la Chine et les Etats-Unis. Si l’Europe est incapable de porter ses forces, nous sortirons du jeu », conclue-t-il.

Beppe Sala, qui entend « combattre pour ne pas perdre cette opportunité [de la Tav] » a ainsi invité le gouvernement italien à « avoir le courage de regarder vers la futur, à avoir une vision de ville mais aussi de Pays ».

La rencontre entre les deux maires a marqué le premier évènement entre la France et l’Italie depuis le retour de l’ambassadeur de France à Rome, en faveur « des relations anciennes et essentielles entre les deux pays », considère Gérard Collomb.
La semaine prochaine, le Medef et Confindustria se rencontreront à Versailles, en présence des ministres français et italien de l’Economie, Bruno Le Maire et Giovanni Tria.

 

Avec Lisa-Alice Julien

0 Commentaire (s)Réagir