Mardi 20 novembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Ecomafia : une recrudescence des crimes environnementaux en Italie

Par Marie-Amaëlle Touré | Publié le 11/07/2018 à 00:01 | Mis à jour le 11/07/2018 à 00:01
ecomafia italie

D’après un rapport de l’association écologiste italienne Legambiente publié ce lundi, les crimes liés à l’environnement n’ont cessé d’augmenter dans la péninsule mais le nombre d’arrestations aussi.

L’ecomafia, un terme surprenant qui sévit dans tout le pays. Le phénomène a été pointé du doigt par l’association Legambiante : il regroupe les domaines de la criminalité organisée liés au trafic et à l'élimination illégale de déchets, aux activités de construction illégale ou encore au trafic d’animaux.
Le rapport 2018 décrit des augmentations de plusieurs ordres. Les crimes contre l’environnement n’ont cessé de progresser au cours des dernières années.  Pour autant, 2017 enregistre un record du nombre d’arrestations des auteurs de ces crimes : ces dernières ont plus que doublé entre 2016 et 2017 (+ 139%). Et la plupart des interpellations concernent notamment le trafic de déchets. En 2017, 992 trafiquants ont été dénoncés et 4 ,4 millions de tonnes de déchets ont été saisies soit huit fois plus que les 556.000 tonnes de 2016. Il s’agit là du résultat de l’application d’une loi de 2015 visant la répression de délits contre l’environnement.


Un chiffre d’affaire en progression pour l’ecomafia

Le rapport de Legambiante démontre que le chiffre d’affaire liée à l’ecomafia s’élevait à 14,1 milliards en 2017, soit une augmentation de 9,4% par rapport à 2016. Une hausse qui s’expliquerait principalement : « en raison de la hausse du cycle des déchets, dans la chaîne agroalimentaire et du racket animal », explique le rapport. Le président de la République Sergio Matarella l’a assuré au président de Legambiante, Stefano Ciafani : « il faut continuer d’affirmer la loi contre l'ecomafia. L'exploitation de l'environnement est une violence qui comprime les droits des personnes ».


Des régions plus particulièrement touchées

46,2% des crimes sont concentrés dans quatre régions traditionnellement « mafieuse » au sud du pays : la Campanie, la Sicile, les Pouilles et la Calabre. La Campanie détient le triste record des crimes environnementaux puisqu’elle concentre à elle seule 44% des infractions notamment du fait de la présence de constructions illégales. En 2017, environ 17.000 nouvelles maisons auraient été construites de manière illégale dans tout le pays.

 

2 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

de couvreur jeu 12/07/2018 - 18:41

Pour moi , le trafic d'animaux est la pire des choses, car ce sont des êtres faibles qui ne savent pas se défendre, donc c'est de la lâcheté de s'attaquer à eux , je ne supporte pas .Il convient de dénoncer ces misérables .

Répondre
Commentaire avatar

LIBERTYGHOST mar 17/07/2018 - 09:30

Désolé mais C'est un non sens .animaux et nature Tout est lié..on ne peut pas pretendre, comme vous le dites , vouloir défendre les animaux et fermer les yeux sur là destruction et Le pillage de la nature dans laquelle vivent un nombre considérable d'animaux !!il n'existe pas que des animaux domestique ...donc on ne peut pas se contenter uniquement de veiller sur nos amis les animaux ; vie et environnement sont indissociables , détruite cet équilibre c'est un acte criminel

Répondre

Que faire à Milan ?

ÉVÉNEMENT

La musique envahit Milan pendant une semaine

Du 19 au 25 novembre Milan va vibrer au rythme de plus de 170 rendez-vous musicaux entre concerts, showcase et expositions, organisés à l’occasion de la deuxième édition de la « Milano Music Week ».