Mardi 26 octobre 2021
Édition Internationale
Édition Internationale
TEST: inter

Israël et Covid-19 : une crise économique et sociale ?

Par Aurélie Billecard | Publié le 07/09/2020 à 17:04 | Mis à jour le 07/09/2020 à 17:13
Israel Coronavirus

Israël faisait partie des pays qui géraient le mieux la crise sanitaire, avant que le déconfinement n’augmente sévèrement le nombre de cas. De nombreuses critiques ont été émises contre le gouvernement face à sa gestion de la pandémie et au taux de chômage en hausse.

 

Israël, dès le début de la pandémie, a imposé de nombreuses mesures afin de limiter le nombre de cas de contamination. Avec un strict confinement de mi-mars jusqu’au 3 mai, le pays faisait partie de ceux qui géraient le mieux la crise sanitaire. Cependant, le gouvernement israélien est aujourd’hui très critiqué pour les mesures prises pour gérer le coronavirus.

 

Depuis quelques semaines, le nombre de cas a sévèrement augmenté. Avec ses 9 millions d’habitants, Israël est aujourd’hui le cinquième pays avec le plus de contaminations proportionnellement à sa population, et se hisse au-dessus du Brésil et des États-Unis dans le classement. 

 

Entre le 23 août et le 5 septembre, 27 638 cas et 202 morts ont été enregistrés, ce qui mène à un total de 1 019 morts depuis le début de la crise sanitaire. En hommage aux victimes, le mouvement « Standing Together » a installé 1 019 chaises vides sur la place Rabin à Tel Aviv, le lundi 7 septembre.

 

Un déconfinement précipité ?

 

Lors du déconfinement, le gouvernement a autorisé la réouverture des restaurants, des boîtes de nuit, et de tout autre commerce non-essentiel. Très vite, le nombre de cas a augmenté, et si bien que, dès la dernière semaine d’août, les commerces non-essentiels ont de nouveau été contraints de fermer. 

 

La population a fortement critiqué le gouvernement pour les mesures prises après le déconfinement. Rassemblés contre le Premier ministre, les manifestants réclament son départ, en criant « Ministre du crime » et « libérez Israël », et l’accusent de corruption ou d’avoir mal géré l’économie pendant la crise.

 

Nomination d’un professionnel de santé publique

 

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a nommé Ronnie Gamzu, PDG du complexe médical Sourasky de Tel Aviv, comme professionnel de la santé publique pour gérer la crise de la Covid-19. Ronnie Gamzu a présenté une liste de huit à dix villes, dont Elad, Bnei Brak et Tira, qui devront être de nouveau totalement confinées, à cause de leur taux de contamination élevé. Pour les 30 autres villes en zone « rouge », il a imposé un reconfinement partiel depuis le 6 septembre : couvre-feu nocturne, fermeture des écoles et limitation des rassemblements.

 

Un taux de chômage en hausse

 

Le taux de chômage en Israël était seulement de 3,9% avant la pandémie. Mais, en raison de la Covid-19, il a été multiplié par cinq en l’espace de huit mois, soit 21%.  Le ministère des Finances propose un projet pour réduire les salaires des employés du secteur public pendant 27 mois, à partir d’octobre 2020. Avec un taux de chômage et un taux de contamination élevés, l’économie israélienne est confrontée à sa plus grande récession depuis des décennies. 

118706627_104533904718606_7858939562566256367_o

Aurélie Billecard

Étudiante en management culturel et journalisme, fille d’expatriés en Asie et en Europe pendant une dizaine d’années, elle a rejoint l’équipe de la rédaction internationale.
0 Commentaire (s) Réagir