Un rituel romain à découvrir: le coup de canon du Janicule

Par Karine Gauthey | Publié le 18/11/2021 à 07:00 | Mis à jour le 18/11/2021 à 07:00
Des soldats à côté du canon du Janicule

Prêtez l’oreille, il est midi ! Chaque jour depuis décembre 1847, à midi précisément, un coup de canon est tiré sur la colline du Janicule. Comme l’avait ordonné à l’époque le pape Pie IX, ce signal sonore devait servir à uniformiser et synchroniser toutes les horloges et les cloches des églises de la ville.

 

À l’origine, le canon était installé au Château Saint Ange, avant de rejoindre Monte Mario en 1903. C’est à partir du 24 janvier 1904 que le canon fut transféré définitivement sur la colline du Janicule, juste en dessous de la statue de Garibaldi, pour une meilleure étendue sonore. Depuis 1991, un obusier de la Seconde Guerre mondiale est utilisé pour le tir ; auparavant, on utilisait un canon de la Première Guerre mondiale.

Durant la Seconde Guerre mondiale, on cessa de l’utiliser, mais la tradition fut rétablie le 21 avril 1959, date symbolique de la fondation de Rome, pour le plus grand bonheur des habitants et des touristes qui viennent également observer cette tradition.

 

Anecdote

Le 10 mai 1912, le canon ne tira pas son tir à cause d’un problème technique. À 16h50, le maréchal Umberto Onori décida alors, pour des raisons de sécurité, de décharger l’obusier ; mais malheureusement, il explosa dans l’après-midi.

 

Comment assister à ce rituel ?

Pour voir et entendre parfaitement ce traditionnel coup de canon, il suffit d’emprunter la via San Giuseppe Garibaldi, qui arrive directement sur le spectaculaire Belvédère du Janicule, qui offre une vue à couper le souffle sur les toits Rome. D’ailleurs, le Tasse, célèbre auteur de la Jérusalem délivrée aimait se reposer sous les grands chênes de cette reposante terrasse.

 

Sur le même sujet
Karine Gauthey

Karine Gauthey

Rédactrice en chef et Directrice d'édition bénévole pour Lepetitjournal.com/Rome
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Rome !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Marie Astrid Roy

Rédactrice en chef de l'édition Rome.

À lire sur votre édition internationale