Naples, « le tiers-monde en Europe » ? Un article du Figaro fait polémique en Italie

Par Le Petit Journal de Rome | Publié le 25/11/2021 à 11:36 | Mis à jour le 02/12/2021 à 19:01
Une rue de Naples avec des vêtements

Les Napolitains sont indignés ; et pour cause, un article du Figaro, réservé aux abonnés et publié au début du mois d’octobre dernier, a lancé les hostilités entre le quotidien français et la Cité du Soleil.

 

Revenant sur le tourbillon électoral des municipales à Naples, l’auteure de l’article expliquait la raison pour laquelle la victoire de l’ingénieur Gaetano Manfredi, un homme sans expérience politique, était quasiment assurée.

Certes, Naples ne croule plus sous les immondices comme en 2008. Mais malgré ses quelques places rénovées autour de stations de métro parmi les plus belles d’Europe, la ville reste le tiers-monde en Europe. […] Le tunnel Vittoria, qui est l’axe central de la ville, est fermé après s’être effondré faute d’entretien. La gigantesque friche industrielle de Bagnoli est abandonnée depuis trente ans. Les rues sont congestionnées, les immeubles délabrés, et les jardins envahis. Quand toutes les villes d’Europe se transforment, Naples reste accrochée à son cliché, qui fait aussi son charme.

Les termes peu flatteurs en lesquels elle aurait décrit leur ville seraient à l’origine de la violente colère des Napolitains, colère qui n’a pas tardé à gagner l’ensemble de la presse Italienne et même les tribunes du football.

 

samedi 20 novembre, au Parc des Princes, lors d’un match de football entre le PSG et Nantes. En signe de solidarité les supporters parisiens ont déployé une grande banderole en italien : "Le Figaro, carta da cesso !
Samedi 20 novembre, au Parc des Princes, lors d’un match de football entre le PSG et Nantes, les supporters parisiens ont déployé une grande banderole en italien : « Le Figaro, carta da cesso ! »

 

Plusieurs personnalités napolitaines, qui ont perçu dans ces propos une sorte de condescendance toute française, se sont indignées contre ce commentaire dur, mais qui pourtant dresse un portrait réaliste de Naples. Ruinée et endettée, la capitale de la Campanie a le plus fort taux d’endettement par habitant de toute la péninsule. Incapable de prélever l’impôt, on estime que les impayés d’amendes, de taxes et de redevances en tous genres, s’élèvent à près de deux milliards d’euros. Et si nombre d’efforts ont été mis en place pour améliorer le sort et l’image de Naples, le chantier de modernisation et de restructuration de la cité côtière demeure titanesque, et sera à la charge de son tout nouveau maire, Gaetano Manfredi.

Sur le même sujet
1 Commentaire (s) Réagir
Commentaire avatar

Marek ven 26/11/2021 - 08:46

Pourquoi ne pas traduire en entier la banderole des supporters? Vous avez peur que Le Figaro se sente insulté? "Figaro, carta da cesso", veut dire "Le Figaro, papier à chiottes" ce qu'on pourrait traduire autrement si on veut adapter en prenant une expression française plus vulgaire.

Répondre

Soutenez la rédaction Rome !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Marie Astrid Roy

Rédactrice en chef de l'édition Rome.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale