TEST: 2283

L’Italie se prépare pour le tournoi des six nations

Par Le Petit Journal de Rome | Publié le 31/01/2022 à 07:00 | Mis à jour le 31/01/2022 à 07:00
Sergio Parisse, balle en main, pourrait faire ses adieux définitifs à la Squadra Azzurra à l'issue du tournoi. Photo Icon Sport

La Nazionale a débuté sa préparation pour le tournoi à Vérone lundi dernier. La conférence commune des six sélectionneurs et des six entraineurs organisée mercredi 26 janvier, ainsi que le coup d’envoi virtuel de la compétition en Italie jeudi dernier, ont définitivement lancé le début du Guinness 6 Nations.

 

Une équipe renouvelée et un premier match choc

Kieran Crowley, le sélectionneur néo-zélandais de la Squadra Azzurra, a choisi de miser sur la jeunesse pour ce tournoi. Braam Steyn, le joueur le plus capé, ne présente à peine 46 sélections. Cette inexpérience au niveau internationale pourrait s’équilibrée avec l’incorporation de l’emblématique capitaine Sergio Parisse dans l’équipe. Même s’il ne figure pas dans le groupe des présélectionnés, Kieran Crowley a laissé entendre que le numéro 8 toulonnais, qui se remet d’une blessure, pourrait revenir après la deuxième journée et le match contre l’Angleterre. Le détenteur du plus grand nombre de matchs dans le touRnoi des Six Nations, dont le dernier match remonte à la coupe du Monde 2019, ferait ainsi ses adieux définitifs à la Nazionale.

En revanche, il ne prendra pas part au premier match de l’Italie face à l’Equipe de France dimanche prochain à Saint Denis à 16h. Cette entrée en matière s’annonce difficile pour les Azzurri. Le 15 de France a été unanimement désigné favori du tournoi lors de la réunion des capitaines et sélectionneurs mercredi dernier. Si la Squadra Azzurra risque de vivre un match d’ouverture compliqué, Kieran Crowley et ses joueurs auront fort à faire durant la suite du tournoi.

 

Une Squadra Azzurra dépassée ces dernières années

Tout d’abord, l’Italie ne recevra que deux rencontres, contre l’Angleterre le 13 février à 16h et contre l’Ecosse le 12 mars à 15h15. Cependant, la grande inconnue de la compétition sera le niveau de jeu que les joueurs seront capables d’afficher. Les Azzurri n’ont plus gagné de matchs dans le tournoi des Six Nations depuis 2015, au point que leur participation dans la compétition est régulièrement remise en cause. Au début des années 2010, la Nazionale parvenait pourtant à rivaliser avec les équipes du tournoi, signant même l’exploit de renverser la France au Stadio Olimpico en 2011. Or, depuis quelques années, l’écart s’est creusé entre la sélection italienne et les autres pays. Le dernier tournoi a été un long chemin de croix pour les Italiens, encaissant une terrible moyenne de 47.8 points par match et incapables de glaner le moindre point de bonus.

 

Le tournoi des Six Nations, tremplin vers la Coupe du Monde 2023

L’objectif à court terme de l’Italie sera avant tout d’éviter la cuillère de bois, qui qualifie les équipes du tournoi ayant perdu tous leurs matchs. A moyen terme, le Guinness 6 Nations sera un bon moyen de jauger l’écart qui sépare les Italiens du top niveau mondial avant la Coupe du Monde 2023 en France. L’Italie y a d’ailleurs hérité du groupe du pays organisateur et de la Nouvelle-Zélande. Bref, si la tâche de la Nazionale s’annonce ardue, elle devrait permettre permet aux italiens de se mesurer au gratin mondial et peut-être d’insuffler un regain de forme à une équipe qui aura à cœur de montrer qu’elle a sa place sur les pelouses du Six-Nations.

 

Clément Lefebvre

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Rome !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Marie Astrid Roy

Rédactrice en chef de l'édition Rome.

À lire sur votre édition locale