Dimanche 18 août 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Antonio, un Calabrais devenu Québécois

Par Joelle Bernard | Publié le 27/01/2019 à 13:10 | Mis à jour le 28/01/2019 à 11:58
Immigration Québec

Aimer d’un amour si profond qu’on est prêt à tout quitter pour être avec notre tendre moitié. Vous connaissez ? C’est l’histoire d’Antonio. Il a décidé de tout laisser derrière lui, de quitter sa Calabre natale, et de s’envoler de l’autre côté de l’Atlantique, au Québec, pour vivre avec la femme de sa vie.

Perugia : là où tout a commencé

C’est à Perugia que tout a commencé. Antonio, originaire de la région de la Calabre, étudiait dans cette charmante petite ville de l’Ombrie. Un jour, alors qu’il aidait sa sœur à déménager, il arrête son regard sur une belle brune, Anne-Christine, une Québécoise venue faire un séjour linguistique en Italie.

« Elle était venue apprendre l’italien et habitait en colocation avec ma sœur. Peu de temps après, j’ai décidé de l’inviter à manger une pizza, c’est comme ça que c’est arrivé », explique le Néo-Québécois. C’était en 2011.

Après plusieurs « dates (rencards)», ils tombent amoureux l’un de l’autre et décident de profiter de chaque instant ensemble, car après le séjour, ils devront se séparer et retourner dans leur « chez-eux respectif » sur deux continents différents et essayer de vivre l’amour à distance.

Heureusement pour lui, Anne-Christine a pu revenir quelques fois en Italie pour les vacances et pour le travail.

« Elle est venue travailler durant 6 mois à Rome, ce qui nous a permis de nous voir sur une base régulière, mais nous ne savions pas comment être ensemble sur le long terme, ajoute t-il.  

Antonio Québec Expatriation Amour

Son arrivée : l’hiver québécois

En décembre 2013, Antonio décide de passer les Fêtes au Québec. Il est très content de pouvoir (enfin!) découvrir là où habite sa « blonde » : la ville de Québec. Son premier choc en sortant de l’avion : la température. En effet, le Calabrais est arrivé durant l’hiver et il faisait très froid.

La famille d’Anne-Christine avait collecté des vêtements chauds pour lui  (tuques, mitaines, bottes, manteau). « Je voulais qu’il soit bien préparé à affronter l’hiver québécois », de dire sa copine. « J’ai vraiment aimé la ville et j’en ai profité pour apprendre à connaître davantage ce coin de pays et sa famille », ajoute Antonio. 

Pour elle, c’était vraiment important qu’il apprécie son expérience et qu’il découvre les bons aspects de l’hiver québécois. « Je lui ai fait essayer presque tous les sports d’hiver en un mois : le ski de fond, la raquette, le patinage, la planche à neige et même le canot à glace! C’était comme une opération séduction », dit-elle en riant.

Après un retour en Italie de plusieurs mois, ce n’est qu’en mars 2015 qu’il revient définitivement au Québec muni de son permis vacances-travail, délivré par le gouvernement canadien, qui lui permet de rester un an sur le territoire. Les choses se sont ensuite très vite mises en place pour lui. Il a rapidement trouvé un emploi, au sein d’une entreprise de Québec, Chocolats Favoris. « Tout le monde a été tellement accueillant avec moi, même si je ne maitrisais pas encore vraiment la langue», souligne-t-il.

Cinq ans après son premier séjour au Québec, Antonio est désormais très bien intégré et s’y plait vraiment beaucoup.

Québécois d’adoption

Et comment Antonio voit-il son avenir ? Il se sent vraiment bien au Québec. « Ici, les jeunes ont des opportunités professionnelles et toutes les possibilités devant eux. J’ai la chance d’avoir un bon emploi et une très belle qualité de vie ici », explique-t-il. Il parle et écrit aujourd’hui très bien le français.

Est-ce qu’il s’ennuie de l’Italie ? Oui, surtout de « ma mère et de la mer ». Antonio explique : « J’ai vécu toute ma vie proche de la mer et avec ma famille, c’est sûr que ça me manque.» Il s’ennuie aussi parfois de la gastronomie italienne, mais il s’est vite mis à cuisiner des repas bien différents de ce à quoi il avait toujours été habitué. Il arrive quand même à trouver plusieurs produits italiens dans des épiceries fines de la ville.

Ce qu'il préfère au Québec 

Il adore les déjeuners à la québécoise et les brunchs. Le Néo-Québécois ne peut plus s’en passer. Il aime d’ailleurs beaucoup les « cretons », charcuterie québécoise qui ressemble aux terrines.

Il trouve que les gens sont particulièrement accueillants et que le Québec offre de nombreuses opportunités pour les jeunes.

Nous vous recommandons

45469901_10161334572015227_4355326240937213952_n

Joelle Bernard

Romaine d'adoption pour les prochaines années, Joelle Bernard travaille dans le domaine des relations internationales. Elle adore la politique, les voyages et les arts (surtout la musique)!
4 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Luisa lun 28/01/2019 - 17:55

Bel article! Je suis Calabrais et même très fière d’entendre qu’un autre Calabrais fait partie du Québec. Plusieurs connaissances qui ont quitté La Calabria ou qui ont l’intention de quitté, se trouve très bien au Québec. Félicitations à Antonio!

Répondre
Commentaire avatar

Joelle lun 28/01/2019 - 19:24

Merci! Les italiens contribuent à enrichir le Quebec d’aujourd’hui!

Répondre
Commentaire avatar

alain lun 28/01/2019 - 14:51

Bravo Joelle, ton article réflète parfaitement ce que nous avons vécu avec Antonio depuis que nous le connaissons! Effectivement, son intégration est exceptionnelle et il constitue un exemple parfait de la manière qu'un néo-québécois peut accepter la culture de son pays d'adoption sans pour autant renier sa propre culture, par surcroit italienne, si riche en matière d'histoire, d'art, de culture ou de gastronomie! Nous sommes chanceux, ma conjointe et moi d'être ses bô-parents;-)

Répondre
Commentaire avatar

Joelle lun 28/01/2019 - 19:23

Merci! Contente de savoir que l’article vous a plu! C’est une belle histoire !

Répondre

Que faire à Rome ?

THÉÂTRE

Du théâtre en français présenté la semaine prochaine!

Les participants des ateliers de théâtre de l’Institut français - Centre Saint-Louis (l’IF-CSL) présenteront trois spectacles gratuits, dans le petit théâtre du Centre Culturel français.

Expat Mag

New York Appercu
DISPARITION

L’acteur Peter Fonda est mort

L’acteur Peter Fonda, rendu célèbre par son rôle de motard dans le film culte “Easy Rider” (1969), qu’il avait co-écrit, est mort ce vendredi 16 août, à Los Angeles, à l’âge de 79 ans.