Stéphane Verger devient directeur du Musée National romain

Par Anaïs Lucien-Belliard | Publié le 09/11/2020 à 09:27 | Mis à jour le 09/11/2020 à 11:24
Stéphane Verger Musée National de Rome

Le 12 septembre dernier, le ministre de la Culture, Dario Franceschini annonçait les noms des treize nouveaux directeurs des musées nationaux, parcs archéologiques et bibliothèques. Parmi eux, l’archéologue et académicien Stéphane Verger, désormais directeur du Museo Nazionale Romano.

Le moins que l’on puisse dire est que le nouveau directeur du Musée National Romain a eu jusqu’ici une carrière des plus brillantes. Directeur des études pour l’Antiquité à l’École française de Rome (1999-2005), Directeur de l’UMR au CNRS (2011-2018) et Directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études de Paris, depuis 2005, Stéphane Verger, professeur agrégé d’Histoire (1987) et Docteur en archéologie (1994) est également membre du Conseil scientifique du Musée du Louvre. Succédant à Daniella Porro et Alfonsina Russo, Stéphane Verger a trouvé un musée fonctionnant efficacement, mais soumis malgré tout à diverses difficultés, liées à la crise sanitaire.

Comme souligné par le ministre de la Culture, « les musées italiens ont profondément changé ces dernières années, au point de devenir un modèle positif d’excellence, reconnu dans le monde, » tandis que la place du numérique dans le processus de modernisation des institutions culturelles est devenue une problématique incontournable. Conscient de cela, Stéphane Verger explique que la Covid est quelque part un mal pour un bien qui permet aux musées d’innover et repenser leurs manières de présenter les œuvres et les collections.

Alors que le 11 novembre prochain devait se tenir l’exposition consacrée au peintre et écrivain Alberto Savinio, Stéphane Verger s’est exprimé avec beaucoup de prudence, quant aux défis causés par le nouveau coronavirus, dans un entretien pour l’ANSA. « Je viens de France, où le confinement est en vigueur depuis une semaine déjà, en raison de la seconde vague de la pandémie. Je m’y attendais, mais la situation sanitaire est ce qui compte par-dessus tout. Ce sont les médecins et ceux qui font face à la pandémie depuis six mois qui doivent donner les indications, » a-t-il confié à propos de l’impopularité des nouvelles mesures restrictives. « Je ne suis pas compétent pour dire si c’est juste ou pas. C’est une période tellement incertaine. La chose la plus sensée à faire est de suivre les décisions prises. Tout ce que l’on peut espérer, est que ces décisions sont les bonnes, et permettront de réduire les contaminations, » a-t-il conclu.

En ces temps troubles, où le secteur culturel italien tente tant bien que mal de garder la tête hors de l’eau, la longue expérience de Stéphane Verger ne pourra être que bénéfique au Musée National Romain.

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Rome !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Marie Astrid Roy

Rédactrice en chef de l'édition Rome.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale