Le Covid-19 en nette progression, surtout parmi les jeunes

Par Noé MALAPRIS | Publié le 23/11/2021 à 08:00 | Mis à jour le 23/11/2021 à 08:00
Le Covid-19 en nette progression, surtout parmi les jeunes

Malgré la vaccination massive, de nombreux cas de Covid sont déclarés chaque jour, et l’épidémie est de nouveau en progression.

 

L’Italie est parvenue à vacciner massivement sa population. 83,3% de la population a reçu deux doses de vaccin, et le gouvernement est en train de préparer l’administration de la troisième dose. Cela n’est pas suffisant, pour l’instant, pour enrayer la nouvelle vague impactant actuellement toute l’Europe. Les indicateurs augmentent chaque jour, et les régions se préparent à potentiellement devoir repasser en zone jaune.

 

Des chiffres inquiétants… dans une certaine mesure

Ce vendredi 19 novembre, presque six cents cas de Covid ont été signalés à Rome, un chiffre en large augmentation par rapport aux précédents. 10 544 cas supplémentaires furent recensés dans tout le pays, et 48 personnes sont décédées du Covid. Les hospitalisations continuent d’augmenter. L’Italie est, toutefois, plutôt épargnée comparément aux autres pays d’Europe. Les autorités continuent d’ailleurs d’affirmer que la situation est sous contrôle.

 

La jeunesse ciblée pour juguler la vague

Plus d’un quart des contaminations recensées touchent des jeunes de moins de vingt ans. Si ces derniers sont bien-sûr moins sujets à des formes graves du virus, ils peuvent en être des vecteurs touchant, ensuite, des personnes plus âgées et donc plus vulnérables. De ce fait, le Gouvernement réfléchit de plus en plus à imposer la vaccination pour les enfants âgés de 6 à 11 ans. Une mesure qui soulèverait, on peut s’y attendre, une grande levée de boucliers et pourrait occasionner de nombreuses manifestations contre le green pass. Si, toutefois, elles sont autorisées. En effet, le Gouvernement a récemment interdit les manifestations urbaines contre le passe sanitaire, qui ne peuvent plus se faire dans les centres-villes. Justifiant sa décision par un motif de sécurité publique, la ministre de l’Intérieur Luciana Lamorgese a déclaré vouloir conserver des « espaces de vie sûrs ».

 

Noé MALAPRIS

Noé MALAPRIS

Étudiant à Sciences Po, j'ai la chance de passer ma 3e année à Rome, où j'effectue un stage d'un semestre au Petit journal.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Rome !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Marie Astrid Roy

Rédactrice en chef de l'édition Rome.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale