Vendredi 17 septembre 2021

La crise des cimetières à Rome

Par Juliette Haudidier | Publié le 29/04/2021 à 06:54 | Mis à jour le 29/04/2021 à 06:54
Un cimetière à Rome

Dépôts pleins, crémations en nombre limité, pompes funèbres débordées, voilà les quelques difficultés auxquelles les cimetières romains sont désormais confrontés.

 

La pandémie de la Covid a provoqué une augmentation du nombre de morts et a donc accentué la crise des cimetières. En effet, ils souffrent depuis plusieurs années d’un manque d’investissement tant dans les installations que pour le personnel. De plus, l’engagement pris en août 2017 qui prévoyait la construction de quatre nouveaux crématoriums n’a jamais été tenu.

 

De nouvelles infrastructures demandées

Les difficultés sont telles qu’un virage est nécessaire afin d’éviter l’explosion du système. Le personnel réclame notamment de nouvelles infrastructures, des recrutements, une organisation ou encore une rationalisation des procédures. Néanmoins, aucune de ces mesures ne semble être envisagée. Le représentant du syndicat des cimetières romains a tenu à rappeler que « les cimetières sont des lieux sacrés pour tous et que nous devons respecter ce caractère ». Il ajoute que : « nous devons rouvrir les bureaux administratifs, qui font partie du désastre de la gestion et de la détérioration progressive des conditions de service. Il est vrai que ces dernières souffrent d'années de déficiences structurelles, mais elles peuvent être surmontées grâce à des investissements ».

De plus, il tient à défendre son travail en ajoutant que malgré la pandémie les services des cimetières ont été maintenus. En effet, les chiffres témoignent une augmentation de près de 30% du nombre de décès pendant le mois d’octobre 2020 par rapport à celui de l’année précédente.

 

Des effectifs supplémentaires

L’entreprise de gestion a tenu à rassurer son personnel en annonçant l’embauche de 20 nouveaux employés. De plus, elle espère miser sur la rationalisation du processus bureaucratique et notamment la réduction des délais de traitement des pratiques par la numérisation et la dématérialisation des services aux usagers.

En attendant les murs de la ville éternelle sont couverts de posters et de message de familles désespérées de ne pas avoir encore pu offrir une sépulture à leurs proches disparus.

Juliette Haudidier

Juliette Haudidier

Juliette est étudiante en 3ème année à Sciences Po Paris et effectue un stage de 4 mois au Petit Journal de Rome.
0 Commentaire (s) Réagir