TEST: 2275

Cinq expositions à voir absolument en mars à Milan

Par Lepetitjournal Milan | Publié le 09/03/2022 à 19:46 | Mis à jour le 10/03/2022 à 12:12
Photo : ©Martina Bonetti
Exposition de designe ZANUSO MENDINI

Design, art contemporain, photographie, tableaux, sculptures et installations… Sélection de cinq nouvelles expositions à voir en mars (et jusqu’à la fin du printemps) à Milan.

 

designers mendini et zanuso
Alessandro Mendini (gauche) et Marco Zanuso (droite)

Marco Zanuso et Alessandro Mendini, Design et architecture | ADI Design Museum

Deux géants du design réunis dans une même exposition, à l’Adi Museum de Milan. Installée au sein de la galerie principale du musée qui a ouvert ses portes en mai 2021, la rétrospective permet de parcourir un pan de l’histoire de notre société de consommation, à partir des années 1970, à travers des produits (certains très connus) et le travail de deux protagonistes du design et de l’architecture : Marco Zanuso et Alessandro Mendini, morts respectivement en 2001 et 2019.
L’exposition fait dialoguer les réalisations des deux designers et architectes, elle confronte la méthode de conception moderne de Zanuso, qui a commencé à travailler à la fin des années 1950 quand tout était à inventer, avec celle post-moderne de Mendini qui se retrouve dès ses débuts, immergé dans une société de consommation, et qui doit donc chercher à donner du sens à ce qui a déjà été fait.
L’exposition se développe au sein du long couloir central du musée, et recueille les créations et les écrits des deux protagonistes : la célèbre chaise pour enfant empilable créée pour Kartell en 1964, la télévision et la radio TS 502, le téléphone Grillo de Siemens, le fauteuil Lady de Zanuso pour Cassina, ou le Proust signé Mendini, jusqu’aux tire-bouchons conçus pour Alessi.
A la fin du parcours, une installation spéciale dédiée aux prix Compasso d’Oro : Zanuso en remporta sept, Mendini en gagna deux. Il s’agit de l’un des prix internationaux de design de produit les plus influents et anciens, créé en 1954 par Gio Ponti.
Jusqu’au 12 juin – piazza Compasso d’oro 1, entrée via Ceresio 7

 

tableau Sorolla

Joaquin Sorolla, peintre de la lumière | Palazzo Reale

La première grande exposition en Italie du peintre impressionniste espagnol, qui aime décrire les atmosphères, les scènes de vie au bord de mer, en plein air et le sentiment émanent de la nature. La rétrospective est constituée de 60 tableaux parcourant l’évolution artistique de Sorolla, à partir de ses œuvres exprimant des dénonciations de la société jusqu’aux portraits de famille et d’amis au bord de la mer qui ont fait de l’artiste espagnol l’un des plus appréciés de son époque. Parmi elles, Cousant la voile, qui représente les femmes des pêcheurs réparant les voiles sous un soleil éclatant.
Jusqu’au 26 juin – piazza del Duomo 12

 

mosaïque de photos en noir et blanc

Maurizio Galimberti, un regard sur notre histoire | Musée Diocesano

Le célèbre photographe Maurizio Galimberti réinterprète nos icônes, des personnages et des faits en une série de mosaïques de photos parcourant l’histoire de 1945 à aujourd’hui. Pour la première fois, la musée Diocesano expose le travail le plus récent de l’artiste (2020/21) : 30 créations de grand format qui ne sont ni des clichés de paysages, ni d’architecture, ni des portraits, mais une enquête historique basée sur des photographies de reporters du 20ème siècle. Ces clichés ont été re-photographiés avec un Fuji Instax (l’artiste est réputé pour utiliser l’instantané pour s’exprimer), coupés, ré-élaborés et assemblés, pour donner naissance à une mosaïque de détails.  Les images de ses confrères photographes n’ont bien sûr pas été « volés », les clichés du passé ont été retransposés dans une réalité contemporaine.
Historiquement, l’exposition débute en 1945, à partir de la bataille de Iwo Hima pour arriver jusqu’à nos jours avec l’évacuation de l’aéroport de Kaboul en août dernier. Et tout au long de ce parcours, des personnages tels que le Pape Wojtyla, Mère Teresa, Nelson Mandela, les juges Falcone et Borsellino, et des faits historiques tels que la fusillade milanaise de via De Amicis en 1977, la guerre du Vietnam, les tours jumelles ou encore la pandémie de Covid-19.
Jusqu’au 1er juin – piazza Sant’Eustorgio 3

 

exposition Anicka Yi
Vue de l'exposition Anicka Yi au Pirelli hangarBicocca | ph: Agostino Osio

Metaspore de Anicka Yi | Pirelli Hangar Bicocca

“Metaspore” est la première exposition italienne de Anicka Yi, artiste coréenne vivant et travaillant à New York, l’une des figures les plus innovantes du panorama contemporain.
L’artiste combine les langages et les thématiques, de la philosophie à la biologie, de la politique à la science-fiction. L’immense espace du Hangar Bicocca accueille plus de 20 installations de plusieurs disciplines, enquêtant sur les concepts de la métamorphose et de l’interdépendance. A la fois d'exposition et immersif, le parcours entend stimuler l’expérience sensorielle des visiteurs, avec des œuvres présentant une dimension olfactive, mais aussi des travaux qui reflètent  sur les processus de transformation de la matière.
Jusqu’au 24 juillet - Entrée gratuite avec réservation obligatoire, du jeudi au dimanche – via Chiese 2

 

tableaupassion du christ

La passion | Musée Diocesano

Un parcours dans l’art italien du 20ème siècle à travers 40 œuvres sélectionnées parmi les collections des Musées du Vatican et réalisées entre la fin de la Première guerre mondiale aux années 1970. Des peintures et des sculptures choisis pour leurs thèmes sacrés. L’exposition présente en effet des artistes qui élaborent des épisodes évangéliques avec une grande variété de styles et de langages, entre tradition et recherche expressive, de Casorati à Carrà, de Pirandello à Messina.
Du 11 mars au 5 juin – Piazza sant’Eustorgio 3

 

 

lepetitjournal.com Milan

Lepetitjournal Milan

LePetitJournal.com de Milan, c'est le média de référence en français sur Milan et l'Italie.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Milan !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Marie Astrid Roy

Rédactrice en chef de l'édition Milan.

À lire sur votre édition locale