Édition internationale
  • 0
  • 0

La Russie suspend la livraison de gaz à ENI : Quel impact pour l’Italie cet hiver ?

Gazoduc qui traverse l'Europe pour arriver en ItalieGazoduc qui traverse l'Europe pour arriver en Italie
Écrit par Lepetitjournal Milan
Publié le 2 octobre 2022, mis à jour le 3 octobre 2022

La multinationale italienne ENI, a annoncé samedi que Gazprom avait suspendu ses livraisons de gaz naturel à l’Italie. En la pleine crise énergétique, l’arrêt des livraisons impactera toutefois peu la Péninsule.

 

Pour la première fois depuis le début de la guerre en Ukraine, la Russie a coupé les robinets de gaz à destination de l’Italie. C’est donc la première fois que la Péninsule ne reçoit aucun approvisionnement en gaz russe, même infime. La nouvelle a été annoncé samedi par la multinationale italienne ENI, principal importateur de gaz russe en Italie. Le colosse russe Gazprom s’est justifié en invoquant des problèmes administratifs avec l’Autriche, empêchant l’approvisionnement via le gazoduc Tag qui transite par le pays. Alors que Vienne a nié toute responsabilité sur la question, Gazprom a affirmé travailler pour remédier à cette coupure vers l’Italie. Et Rome de suspecter, qu’il s’agit d’un acte de vengeance du Kremlin contre les sanctions européennes au lendemain de l’annexion de la part de la Russie des régions ukrainiennes de Donetsk, Lougansk, Kherson et Zaporizhzhia.

 

Arrêt du gaz russe : un impact pourtant limité sur l’Italie

Il y a quelques mois, une telle coupure aurait sans doute eu des conséquences sans précédent sur l’Italie. Et pour cause, il y a un an, la Péninsule était dépendante du gaz russe pour 40% de sa consommation. Aujourd’hui, elle n’achète qu’à peine 10% de son gaz en Russie. Depuis le début de la guerre en Ukraine, le gouvernement italien a en effet varié les fournisseurs. Ces opérations devraient permettre de remplacer progressivement les plus de 20 milliards de mètres cube de gaz importé chaque année de Russie jusqu’à fin 2021.

L’Italie a notamment développé l’importation avec l’Algérie, dont elle reçoit plus de 80 millions de mètres cube par jour. Et le volume devrait progressivement s’accroître passant de 9 milliards de mètres cube livrés cette année, à 18 milliards en 2024.
Cet hiver, l’Italie pourra aussi compter sur le renforcement de ses achats aux pays nordiques (environ quatre milliards de mètres cube en plus). A cela s’ajouteront les premières livraisons de gaz naturel liquéfié, importé principalement d’Egypte, et à partir du printemps prochain également du Qatar, du Congo, d’Angola et du Nigeria.

 

L’Italie convoque l’ambassadeur russe

En attendant, l’ambassadeur de Russie en Italie Sergey Razov, est convoqué au ministère des Affaires étrangères ce lundi. La Farnesina entend signifier que l’Italie ne reconnaît pas le résultat des référendums organisés la semaine dernière en Ukraine, et les annexions des territoires en découlant.
L’initiative de Rome n’est pas isolée mais s’inscrit dans une démarche de l’Union européenne, Berlin ayant également convoqué l’ambassadeur de Russie en Allemagne.

 

Flash infos

    Pensez aussi à découvrir nos autres éditions