Dimanche 15 décembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

L’Italie, un pays d’entrepreneuses

Par Emmanuelle Révillion | Publié le 22/11/2017 à 00:13 | Mis à jour le 31/05/2018 à 10:40
Photo : 1.661.000 femmes ont choisi de lancer leur propre activité en Italie / Pixabay
femmes entrepreneuses

L’Italie présente un nombre record en Europe de femmes développant leur propre activité indépendante. Mais il reste difficile pour les mères de famille de s’épanouir dans leur vie professionnelle.

 

Les Italiennes sont championnes d’Europe pour ce qui est de la création d’entreprise. C’est ce que révèle l’Observatoire sur l’entreprenariat féminin, réalisé par Confartigianato, organisation italienne fondée en 1946 pour soutenir l’artisanat et les petites entreprises du Belpaese. Aussi, 1.661.000 femmes ont choisi de lancer leur propre activité en Italie et sont donc des travailleuses indépendantes. Un chiffre record en Europe : 1.641.300 femmes seulement ont suivi cette voie au Royaume-Uni et 1.469.000 en Allemagne.

La majeure partie de ces femmes entrepreneures s’est tournée vers la création d’entreprises artisanales. En effet, 181.482 femmes italiennes sont propriétaires d’une telle activité. Un chiffre qui représente une augmentation de 2,5% au cours de ces 10 dernières années. Si l’on prend également en compte leurs associées et employées, le nombre de femmes travaillant dans ce secteur s’élève à 354.822. Elles sont notamment plus présentes en Lombardie.


Difficultés à concilier la vie professionnelle et familiale

Ce tableau présente toutefois sa part d’ombre : les Italiennes avec enfants arrivent difficilement à concilier leur vie professionnelle et familiale. Bien plus que leurs homologues européennes. Aussi, le taux d’activité des femmes sans enfants est de 56,9% contre 53,2% pour celles avec enfants. Des chiffres qui placent l’Italie à la dernière place au niveau européen où le taux d’emploi moyen des mères de famille s’élève à 71,3%. La Suède arrive en tête avec un taux record de 87,4%.

Une situation préoccupante qui selon Daniela Rader, présidente de la branche de Confartigianato dédiée à la situation des femmes entrepreneures, est lié au système social italien qui « n’aide pas les femmes à conjuguer le travail et la famille », explique-t-elle dans les conclusions du rapport. En cause : un budget national qui se consacre majoritairement au financement des retraites et de la santé des personnes âgées et très peu aux sujets touchant les familles et les jeunes. L’organisation note ainsi un écart considérable : 25,2 milliards seulement sont consacrés à ces derniers contre 270,3 milliards d’euros pour l’intérêt des premiers.

Confartigianato a également porté un regard particulier sur les services offerts aux familles au niveau local. Là encore, c’est un résultat alarmant qui est annoncé : uniquement 57,3% des communes italiennes proposent un service de crèche ou garderie. Des aides chères notamment dans les grandes villes : elles coûtent en moyenne 1.649euros par an pour les parents. Il s’agit de la dépense la plus élevée pour les italiens. Ces services représentent en effet 35,6% des dépenses globales des familles pour les taxes et autres services locaux.

Daniela Rader a alors annoncé le lancement d’un nouveau projet par Congartigianato qui souhaite mettre en place une « plateforme où se rencontre l’offre et la demande de services pouvant simplifier la vie des mères avec emploi ».

 

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet