Édition internationale
Radio les français dans le monde
--:--
--:--
  • 1
  • 0

Isabelle Andrieu (Translated) : L’intelligence artificielle au service de l’humain

Isabelle Andrieu, entrepreneure, investisseuse et mère de trois enfants, a cofondé Translated avec son mari en 1999 à Rome, avec un investissement initial d’environ 100 euros. L’entreprise est aujourd’hui leader dans la traduction en ligne grâce à l'application de l'intelligence artificielle, alliée à une forte dose de créativité humaine. Créatrice de bien-être, l’entreprise offre en outre un cadre de travail de rêve aux collaborateurs. Une success story franco-italienne, et un exemple de leadership au féminin.

Isabelle Andrieu - TranslatedIsabelle Andrieu - Translated
Isabelle Andrieu, cofondatrice de Translated
Écrit par Marie-Astrid Roy
Publié le 28 novembre 2023, mis à jour le 29 novembre 2023

Comment est né Translated ?

J’ai débarqué à Rome en 1999 avec mes deux valises pour rejoindre mon futur mari, rencontré plus tôt lors de son Erasmus à Grenoble. Marco était un véritable geek informaticien, moi linguistique. Nous avons décidé de créer un projet commun qui corresponde à nos caractéristiques et compétences. La communication entre nous était un point très important, d’où l’idée d’aider les gens à mieux communiquer grâce à une entreprise de traduction. Depuis notre salon sur le littoral romain, nous nous sommes lancés à deux, avec 100 euros d’investissement pour l’achat du nom de domaine et la première campagne de marketing web.
Aujourd’hui, Translated compte une équipe de 180 personnes, fait travailler 300.000 traducteurs dans le monde pour plus de 290.000 clients, des grands groupes comme Microsoft et Airbnb aux startups et particuliers.

Translated a la particularité d’utiliser l’intelligence artificielle (IA) au service de l’humain. Comment ça fonctionne ?

Nous avons recours à plusieurs outils d’IA, et notamment la ”traduction automatique adaptive”. Cette technologie apprend des nuances et des styles de chaque traducteur. En quelques lignes, la machine apprend à suggérer la traduction la plus humaine et correspondant le plus au style propre du traducteur. En interne, l’IA vient aider nos chefs de projets à être plus compétents et qualitatifs. Cette technologie a été reconnue comme la meilleure au monde l’année dernière.
A l’heure de l’avènement de Chat GPT, qui fascine autant qu’il effraie, faut-il se méfier de l’IA, selon vous ?
Je ne pense pas qu’il faille se méfier de l’IA mais de nous-même, qui l’utilisons. Il ne faut pas oublier de remettre l’homme au centre, comme nous le faisons chez Translated. Il y a 20 ans, nous avons introduit de la technologie dans un monde obsolète. Nous n’avons pas cherché à remplacer nos traducteurs ou chefs de projets, l’IA leur vient en soutien. Ce sont toujours nos chefs de projets qui ont la décision finale. Et le traducteur qui a recours à l’instrument de traduction automatique devra toujours valider les choix.

Vous investissez aussi sur le capital humain pour créer du bien-être. Expliquez-nous.

Nous avons toujours eu cette graine de cultiver le bien-être au travail pour que l’être humain exprime au mieux son potentiel. Je me sens responsable des gens qui viennent faire un parcours de vie professionnelle avec nous, aujourd’hui 180 personnes, soit 180 familles. Nous avons ainsi converti six villas de luxe en bureaux, sur la colline de l’EUR à Rome. A la clé, un véritable campus avec piscine, salle de sport, jardins luxuriants et séances de shiatsu pour tous pour se libérer du stress. Le sport est à disposition avec des cours de Kickboxing, Pilate ou encore aquagym.
Nous avons également une septième villa à l’Argentario, en Toscane. Elle est à disposition de l’entreprise pour des réunions de groupes, mais aussi des employés, qui peuvent venir y passer quelques jours par an avec leurs familles. La richesse que l’on crée comme entreprise, on la met à disposition de la communauté.
 

des jeunes travaillent en réunion


Le système se veut vertueux… Vous avez aussi créé une autre réalité, Pi Campus. De quoi s’agit-il ?

En 2007, nous avons en effet créé Pi Campus, un incubateur et un fonds d'investissement qui réinvestit les bénéfices de Translated dans des startups prometteuses qui utilisent l’IA appliquée à différents domaines (médecine, transports…). Aujourd’hui, nous avons 58 investissements dans le monde entier.

Femme entrepreneure, à l’étranger, mère de trois enfants… Quels conseils donneriez-vous à une femme pour combiner au mieux vies professionnelle et familiale ?

Peu de personnes comprennent la charge mentale que l’on a lorsqu’on est entrepreneur. J’ai eu un burn-out il y a quelques années. Je suis repartie de moi-même. Il est essentiel de trouver l’équilibre en partant de soi. Pour cela, il faut savoir parfois être égoïste, comprendre ce qui nous nourrit et nous fait sentir bien, pour pouvoir bien performer et s’exprimer pleinement.
Pour moi, c’était le sport. Et pas le soir car je devais être là pour ma famille, mais à 12h, trois fois par semaine. Au début, je me sentais presque coupable de m’offrir ce temps en pleine semaine, mais hors de question d’y renoncer. J’ai compris que c’est cela qui me permet de bien faire le reste !

 

MAR
Publié le 28 novembre 2023, mis à jour le 29 novembre 2023

Flash infos

    Pensez aussi à découvrir nos autres éditions

    © lepetitjournal.com 2024