Mercredi 28 octobre 2020
Édition Internationale
Édition Internationale

Des allocations pendant 4 mois pour les expatriés en difficulté

Par Aurélie Billecard | Publié le 17/09/2020 à 17:30 | Mis à jour le 22/09/2020 à 02:26
allocations expatriés

Début septembre, des allocations exceptionnelles ont été mises en place par le gouvernement. Elles permettront de subvenir pendant 4 mois aux besoins économiques des expatriés, dont les revenus ont diminué pendant la crise.

Le gouvernement avait mis en place un plan global de 240 millions d’euros d’aides d’urgence aux expatriés, dont 50 millions destinés directement aux particuliers impactés par la pandémie.  Jugées trop restrictives, les conditions d’attribution des allocations ont été assouplies mi-juillet.

 

D’un versement ponctuel à mensuel

Après présentation d’un justificatif de perte de revenus, les expatriés ne recevaient l’allocation qu’une seule fois, avec un montant de 45 à 500 euros par personne, en fonction de leurs difficultés financières.  Depuis le mois de septembre, cette aide (du même montant) sera versée jusqu’à la fin de l’année 2020. Les expatriés peuvent donc bénéficier de quatre mois d’allocations, sous présentation d’un justificatif des pertes. 

Si vous souhaitez demander une allocation mensuelle, faites une démarche auprès de la cellule sociale de votre consulat. 

118706627_104533904718606_7858939562566256367_o

Aurélie Billecard

Étudiante en management culturel et journalisme, fille d’expatriés en Asie et en Europe pendant une dizaine d’années, elle a rejoint l’équipe de la rédaction internationale.
1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

BenBen mer 23/09/2020 - 18:26

Sympa de voir que les conditions s’assouplissent pour certains. Dommage par contre de voir que toujours rien n’a été mis en place pour les français de Macao... impossible de quitter le territoire, ni de reprendre le travail sur place, mais les aides ne sont disponibles que pour ceux qui peuvent se déplacer jusqu’au consulat. En espérant que les aides se débloquent rapidement pour les quelques uns d’entre nous en galère de l’autre côté du delta.

Répondre