TEST: inter

Faire éclore le futur avec le documentaire Graines d’espoir

Par Capucine Taconet | Publié le 24/01/2022 à 18:00 | Mis à jour le 25/01/2022 à 16:12
Photo : Crédits : Graines d'espoir
Graines d'espoir_clap_

L’image tremble un peu parfois, les visages débordent du cadre, mais à voir les sourires ravis des enfants et leur fierté de porter les caméras « même pas lourdes » - qui leur imposent malgré tout une mine concentrée -, on se dit que le pari de Pierre Beccu est réussi. Le réalisateur a confié ses caméras à 332 enfants et jeunes de 10 à 25 ans pour qu’ils racontent la façon dont ils veulent construire l’avenir aux côtés des adultes.

 

Les graines de cinéastes nous invitent à les suivre dans huit lieux et quatre pays : France, Espagne, Madagascar et Burkina Faso. De la ferme des enfants en Ardèche, en passant par le village de la Joie à Antanetibe ou encore le colegio siglo XXI, Graines d’espoir nous fait rencontrer les acteurs du changement, petits et grands, pour un monde de demain plus naturel, sobre, et relié. Rendez-vous le 26 janvier dans les salles pour voir germer ces graines !

 

À l’école de demain : voyage dans des lieux atypiques autour du monde

Travail, éducation, liens sociaux, et écologie, sont quelques-uns des sujets abordés par Graines d’espoir. Le film donne à voir des solutions pour envisager activement le futur et de manière sereine, à travers les échanges des enfants, entre eux, et avec des personnes qui portent des projets hors des standards de la société.

 

Les diverses séquences nous immergent dans des lieux innovants tels que La ferme des enfants en Ardèche, une école inspirée de la pédagogie Montessori. Les enfants y sont libres de choisir leur programme à partir d’ateliers variés tels que cuisine, jardinage, théâtre ou encore menuiserie, ou bien de se former eux-mêmes. Ils sont considérés comme des citoyens à part entière, et invités à participer et s’exprimer au même titre que les adultes.

 

L’école du village de la joie à Madagascar s’inspire elle aussi des pratiques Montessori, et elle forme en plus tous les élèves à la permaculture. Le film permet de décentrer notre regard de la France, et surtout de la capitale et des grandes métropoles, pour s’intéresser à d’autres espaces qui s’attaquent aux problématiques majeures actuelles. Il met en lumière beaucoup d’initiatives inspirantes qui visent davantage de justice sociale et un développement plus durable.

 

graines d'espoir enfants qui apprennent à filmer Madrid
Les cinéastes en herbe sont formés par Pierre Beccu, le réalisateur. Ici, à Madrid.

Graines d’espoir : des initiatives avant-gardistes

Énervement, fatigue, frustration, joie, excitation… il n’est pas toujours facile pour un enfant de savoir accueillir ses émotions et de pouvoir les verbaliser sans entrer en confrontation avec d’autres élèves ou ses enseignants. Le colegio siglo XXI à Madrid a décidé, lui, d’aider ses élèves à gérer leurs émotions par l’empathie. Les enfants du primaire au lycée se réunissent régulièrement pour un temps de partage, « l’assemblée ». Ils expriment tour à tour leur ressenti sur les activités, apprennent à dialoguer et à s’écouter. Cette méthode permet d’apaiser les tensions, d’améliorer la connaissance de soi et développe une meilleure compréhension des autres.

 

Dans les huit écoles participantes, les élèves sont amenés à se former sur des sujets aussi divers que l’alimentation, le travail, le numérique, ou encore la démocratie, au contact de professionnels de ces secteurs. Une manière de faire qui favorise la compréhension et l’esprit critique des enfants et des jeunes en leur permettant de prendre pleinement leur place au sein de la société.

 

Graines d'espoir qui tournent au Burkina Faso
Silence, ça tourne au Burkina ! 

La confiance retrouvée entre les générations

Loin d’opposer la jeunesse aux adultes comme c’est parfois le risque de ce type de film, Graines d’espoir se veut plutôt une ode à l’intergénérationnalité. Les écoles présentées donnent confiance aux enfants en les responsabilisant, et elles restaurent également le lien de confiance avec les éducateurs et les parents, en leur permettant d’exprimer librement leurs avis et émotions, et d’être écoutés. L’équipe de caméras en charge du making-of qui suit les coulisses du documentaire témoigne de l’implication des enfants dans le projet, de leur soif de réponses et d’action. La comédienne et autrice burkinabé Roukiata Ouedraogo recueille également les questions des enfants

 

Le documentaire met en scène la transmission entre les générations, qui n’a plus seulement lieu de l’adulte à l’enfant, mais s’effectue dans les deux sens. En témoigne l’émouvante scène de fin dans laquelle les enfants apprennent au penseur Pierre Rabhi à mettre la caméra sur son épaule pour filmer. En confiant à chacun des outils, un futur est possible pour tous, c’est ce que les graines de réalisateurs nous promettent.

Capucine Taconet

Capucine Taconet

Étudiante nantaise expatriée à Paris pour ses études de journalisme. Elle a connu lepetitjournal.com lors d’un échange universitaire à Bogota et rejoint la rédaction internationale en septembre 2021.
0 Commentaire (s) Réagir
Dans la même rubrique