Jeudi 24 juin 2021

Les Lemuria : une fête pour les morts au mois de mai

Par Le Petit Journal de Rome | Publié le 10/05/2021 à 18:39 | Mis à jour le 10/05/2021 à 18:45
fêtes religieuses dans la Rome antique

Les Lemuria sont une fête antique que l’on célébrait au début du mois de mai en l’honneur des morts, plus précisément les 9, 11 et 13 mai).

 

Le terme “lemures” désigne les revenants d’une manière générale. Durant trois nuits entières, l’on mettait à l’honneur les âmes des défunts, qui venaient visiter les lieux dans lesquelles elles avaient vécu de leur vivant. Pour les accueillir comme il se doit, le pater familias, le père de famille, devait effectuer un rituel bien précis pour écarter de sa maison les ombres des morts.

 

Le rituel des Lemuria

Dans les Fastes, Ovide nous décrit ce rituel (Traduction de M. Nisard) : “Ensuite, lorsque trois fois Hespérus aura levé sa tête radieuse, et que les astres vaincus auront trois fois cédé la place à Phébus, on célébrera l'antique cérémonie des nocturnes Lémures, on apaisera par des offrandes les mânes silencieux. Au temps où l'année était plus courte, où l'on ne connaissait pas les pieux sacrifices de Février, où Janus aux deux visages n'était pas encore le chef des mois, on portait déjà des offrandes à la cendre des morts, et le petit-fils faisait des expiations au tombeau où reposait l'aïeul. Ces cérémonies avaient lieu au mois de Mai, ainsi appelé du nom des ancêtres (maiores), et il a conservé jusqu'à nos jours une partie de ces anciens usages. Vers le milieu de la nuit, quand le silence favorise le sommeil, que l'on n'entend plus ni l'aboiement des chiens, ni les divers chants des oiseaux, l'homme qui est resté fidèle aux rites antiques et qui redoute les dieux se lève; aucune chaussure n'enveloppe ses pieds. De ses doigts réunis avec le pouce il fait entendre le signal qui chasse les ombres légères, de peur qu'elles ne se lèvent devant lui s'il marche sans bruit. Trois fois il lave ses mains dans l'eau d'une fontaine; il se tourne et prend dans sa bouche des fèves noires; il les jette ensuite derrière lui en disant: "Je jette ces fèves, et avec elles je rachète moi et les miens." Neuf fois il prononce ces paroles sans regarder derrière lui; selon sa croyance, l'ombre les ramasse et suit ses pas sans être aperçue. De nouveau il plonge ses mains dans l'eau, et fait retentir l'airain de Témésa; il conjure l'ombre de quitter son toit; et après avoir dit neuf fois: "Mânes paternels, sortez," il regarde derrière lui, et il pense avoir accompli tous les rites de la cérémonie.”

Nous vous recommandons
0 Commentaire (s)Réagir