Vatican girl: La nouvelle série Netflix sur le fait divers le plus mystérieux de Rome

Par Lola Descamps | Publié le 01/11/2022 à 15:21 | Mis à jour le 26/01/2023 à 18:19
vatican girl de nuit

Le 20 octobre dernier, Netflix a mis en ligne la nouvelle mini-série documentaire Emanuela Orlandi, la disparue du Vatican, une affaire qui hante l’Italie et le Vatican depuis 39 ans.


La disparue du Vatican est disponible sur Netflix. Près de 39ans après la disparition d’Emanuela Orlandi, cette mini-série documentaire en quatre épidodes fait le point sur cette enquête toujours non-résolue. Sa disparition est l’une des affaires les plus obscures et troublantes de l’histoire criminelle italienne. A cette occasion, la capitale italienne est recouverte d’affiches portant le visage de la jeune fille disparue.

Qu’est-il arrivé à Emanuela Orlandi, disparue le 22 juin 1983 à Rome ?

Emanuela Orlandi est une adolescente de 15 ans, fille d’un employé laïc du Vatican, ce qui fait d’elle une citoyenne de la Cité pontificale. Le mercredi 22 juin 1983, elle se rend comme d’habitude en bus à l’école de musique Tommaso Ludovico da Victoria, qui dépend de l’Institut pontifical de musique sacrée, pour prendre des leçons de flûte traversière. Elle arrivera à sa leçon avec un retard inhabituel de quinze minutes, se montre anormalement distraite et informe une camarade qu’elle compte partir du cours avec dix minutes d’avance, sans justification. Vers 18h45, elle quitte son cours et appelle sa sœur Federica, pour l’informer avoir obtenu une offre d’emploi d’un représentant de la marque de cosmétiques Avon, sur le chemin du conservatoire. Cet homme lui aurait proposé la somme de 375.000 lires pour cet emploi, ce qui équivaut au salaire mensuel des fonctionnaires de l’époque. L’homme lui aurait dit qu’il souhaitait une réponse dans la soirée et qu’il attendrait la jeune fille après son cours. Sa sœur, méfiante, conseille à Emanuela d’en parler avec leurs parents avant de prendre une décision.

Raffaella Monzi, son amie et camarade de l’école de musique, l’accompagne pour prendre l’autobus. A 19h30, Emanuela laisse son amie monter dans le bus, sans elle. Raffaella sera la dernière personne à avoir vu la jeune adolescente, dont la trace a disparu depuis cet instant.

Le 30 juin, une semaine après sa disparition, 3000 affiches en noir et blanc recouvrent les rues de Rome, avec « Scomparsa » (disparue) écrit en lettres capitales sous sa photo. Encore aujourd’hui, 39 ans après, son portrait continue d’être placardé aux abords de la place Saint-Pierre. Depuis sa disparition, un grand nombre de pistes et de théories ont alimenté l’affaire, mais aucune d’entre elles n’est fiable. A découvrir dans la série-documentaire Netflix…

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Rome !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Marie Astrid Roy

Rédactrice en chef de l'édition Rome.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale