Samedi 18 septembre 2021

“TRIO” le nouveau roman de Dacia Maraini

Par Michela Micheli | Publié le 27/02/2021 à 07:00 | Mis à jour le 27/02/2021 à 07:00
Dacia Maraini

Née à Fiesole d’une mère peintre et d’un père ethnologue, Dacia Maraini appartient à une ancienne famille sicilienne, les Alliata di Salaparuta. En 1938, la famille s’installe au Japon et en 1943, le gouvernement demande aux époux Maraini de signer l’adhésion à la République de Salò. Fosco et Topatia (noms du père et de la mère de Dacia) rejettent cette demande et sont emmenés dans un camp de concentration. Les Américains les libèreront deux ans plus tard.  En Sicile, Dacia commence sa formation littéraire et à dix-huit ans, elle s’installe à Rome avec son père.

 

Dans la Capitale, elle poursuit ses études au lycée et devient journaliste, archiviste et secrétaire. En 1962, elle publie son premier roman “La Vacance” et dans les mêmes années, elle écrit des pièces de théâtre et fonde avec d’autres écrivains “Le théâtre du Porc-épic”. En 1990 elle remporte le Prix Campiello avec “La Longue vie de Marianna Ucrìa” et avec “Buio”, recueil de récits sur la violence sur l’enfance. En 1999, elle remporte le Prix Strega. 

“TRIO”, édité par Rizzoli, est son dernier chef-d’oeuvre littéraire. Captivant et délicat, le roman épistolaire raconte l’histoire de deux femmes, Agatha et Annuzza,  liées par un profond sentiment d’amitié. Tout commence le 5 mai 1743. La peste s’abat sur Messine et la peur de la contagion sépare deux grandes amies.  Annuzza et Agatha se connaissent depuis qu’elles sont petites : ensemble, elles ont appris l’art de la  broderie sous le regard  attentif, mais sévère, de soeur Mendola. Maintenant, Annuzza vit à Palerme et Agata à Messine, avec son mari Girolamo et sa fille Mariannina. À travers d’intenses lettres, les deux jeunes femmes racontent leurs journées, parlent de livres, d’amour, en particulier de Jérôme, l’homme qui fait battre le coeur des deux jeunes femmes et parfois, se rappellent leur enfance.

 

Le Petit Journal de Rome : Pourquoi avez–vous choisi de raconter l’histoire de deux amies et de la peste à Messine à travers  des lettres?

Dacia Maraini : J’ai souvent utilisé  dans mes romans la forme épistolaire.  C’est une modalité qui me tient à coeur. Je me suis également arrangé avec les coutumes du XVIII siècle : les philosophes exprimaient leurs idées à travers les lettres, comme le fait merveilleusement Montesquieu avec ‘Les lettres persanes’

 

Le Petit Journal de Rome : “J’espère pouvoir communiquer  aux lecteurs les  émotions que j’ai  éprouvées en écrivant ces pages”.  Quelle est l’émotion que vous avez ressenti le plus souvent?

Dacia Maraini : Les émotions d’un voyage dans le temps d’abord et puis l’émotion d’une amitié qui parvient à surmonter la jalousie et la rivalité à travers les mots et la sincérité.

 

Le Petit Journal de Rome : Agata et Annuzza  sont liées par une  profonde amitié, parfois mise en doute par l’amour qu’elles éprouvent toutes deux pour Jerome. Nous pouvons le considérer comme le protagoniste du roman ?

Dacia Maraini : Je ne sais pas si on peut le considérer comme le protagoniste, mais il est certainement central dans le récit. Pour le personnage de Jérôme, je me suis  inspirée du grand Ulysse, voyageur charmeur, homme agité et aimable. Mais à qui on ne peut demander une stabilité affective ou familiale parce qu’il la fuit toujours.

 

Le Petit Journal de Rome : Quelle est la lettre la plus significative ?

Dacia Maraini : Je ne crois pas qu’il y ait une lettre plus significative quel es autres. Elles sont toutes comme les maillons d’une chaîne et se tiennent les unes aux autres.

 

Le Petit Journal de Rome : Vous  identifiez-vous à Agata ou à Annuzza ?

Dacia Maraini : Je ne m’identifie à aucune des deux. Je pense que l’auteur met un peu de lui dans chaque personnage.

 

Le Petit Journal de Rome : A la lumière de ce que nous vivons actuellement, avec quels mots pourriez-vous définir ce roman?

Dacia Maraini : TRIO est le mot que j’ai choisi, car  il me rappelle la musique. Je voulais que ce trio ait un rythme musical qui donne un air à l’histoire.

Michela Micheli

Michela Micheli

Michela Micheli est une journaliste passionnée par l'historie de l'art, la littérature française, la culture et les voyages.
0 Commentaire (s) Réagir

Expat Mag

Alger Appercu

Algérie: l'ex-président Abdelaziz Bouteflika est mort

L'ancien président algérien Abdelaziz Bouteflika, chassé du pouvoir en 2019 après des manifestations massives contre sa volonté de briguer un nouveau mandat, est décédé vendredi à l'âge de 84 ans.