Le Chant de la Sauterelle de Maelle Audric

Par Le Petit Journal de Rome | Publié le 28/12/2020 à 08:00 | Mis à jour le 28/12/2020 à 16:13
Maelle Audric

C’est chose connue que de dire que l’adolescence est un âge ingrat. Vivant comme si l’on était éternel, on aime, on rejette, on est rejeté, tandis que nos cœurs blessés tentent tant bien que mal de se faire à cet âge où la sensibilité est à fleur de peau et les sentiments exacerbés. Dans son premier roman intitulé Le Chant de la Sauterelle, Maelle Audric nous offre un portrait saisissant et poétique de cet âge où la jeune fille oscille entre enfance et âge adulte. Un âge où l’on découvre et explore sa féminité avec l’ardeur naïve et frivole de l’adolescence.

 

Fond et forme, l’analyse d’Anaïs N’Déko 

C’est avec des mots simples, authentiques et sans artifices que Maëlle Audric nous fait entrer dans la tête d’une adolescente du nouveau millénium, afin de nous faire découvrir les méandres d’une existence en pleine métamorphose. Nouvellement initiée aux jeux de l’amour et du hasard par ses premières rencontres, Marianne O’Connor, une jeune expatriée française d’origine écossaise vivant à Rome découvre avec étonnement les frissons exaltants de l'adolescence. Histoire d’une jeune femme en devenir, elle nous invite dans l’intimité de son esprit adolescent naïf, passionné et somme toute, attachante. S’étant longtemps senti marginalisée, avant de tout à coup devenir grâce à Eros, l’objet de tous les regards masculins. Marianne explore sa féminité avec une curiosité habitée de doutes : elle tâtonne, tombe, s’égratigne et même se fait mal. Mais n’est-ce pas le prix à payer pour les jeunes filles jouant aux femmes tout ignorant les règles de la vie ?

 

Les points forts relevés par Roxane Garoscio 

L’une des richesses de ce roman est l’écriture et la représentation des différentes cultures dans lesquelles est baignée la protagoniste Marianne. C’est au travers de son point de vue de lycéenne expatriée française vivant dans différents pays européens que le lecteur suit son parcours et sa quête identitaire. Concernant le style et la syntaxe, les dialogues et le récit à la première personne permettent de confronter les divers aspects culturels de chaque langue, un livre qui traverse la culture italienne et la confronte à celle des francophones. Outre le fait que l’œuvre donne l’occasion de voyager dans le temps notamment à travers la redécouverte des premières expériences et du sentiment amoureux, Le Chant de la Sauterelle traite également de thématiques proprement liées à l’être adolescent. Le récit introspectif du personnage met en lumière ses difficultés à grandir, à entrer dans le monde adulte et à trouver sa place. Tantôt rejetée, tantôt acceptée par les autres, Marianne jongle entre ses amitiés et ses amours. Une jeunesse pleine de rebondissements où elle tente sans cesse de vivre en harmonie avec ses principes et où elle tend vers une quête du bonheur.

 

En somme Le Chant de la Sauterelle est une œuvre légère et divertissante s’adressant à un public adolescent. Si vous souhaitez vous procurer son roman, il suffit d’aller faire un tour sur le site de l’autrice.

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Rome !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Marie Astrid Roy

Rédactrice en chef de l'édition Rome.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale