10 fontaines incontournables à Rome, et leur histoire

Par Lepetitjournal Rome | Publié le 18/08/2022 à 23:55 | Mis à jour le 18/08/2022 à 23:55
fontaine rome

Sélection de dix fontaines qui donne raison au poète romantique anglais Shelley, pour qui les fontaines à elles seules suffisaient à justifier un voyage à Rome.
 

Que serait Rome sans ses fontaines, présentes sur chaque place, apportant de la fraîcheur pendant l’été romain, dans une accumulation baroque d’animaux marins, de personnages allégoriques, d’obélisques, d’éléments décoratifs, sublimée par les jets d’eau et les bassins d’eau translucide ? De la majestueuse fontaine de Trévi aux nasoni qui parsèment la ville, chacun aura sa fontaine préférée, mais voici une sélection de dix grandes fontaines à ne pas manquer lors de ses promenades à Rome.

 

fontaine trévi rome

La fontaine de Trévi

Serait-ce possible de dresser une liste des fontaines romaines sans commencer par ce symbole incontesté de la capitale ? Ce monument de pierre et d’eau a été construit par Nicola Salvi entre 1732 et 1762 sur une commande du pape Clément XII pour célébrer l’aqueduc antique de l’Aqua Virgo. Adossée au palazzo Poli, elle reproduit en travertin une falaise rocheuse, ornée de plantes, d’animaux, et surmontée de quatre colonnes et de nombreuses figures sculptées, parmi lesquelles le dieu de l’Océan, Neptune, se dressant sur un char conduit par deux chevaux marins ailés.
Incontournable destination touristique, la fontaine est aussi rentrée dans l’histoire du cinéma avec la fameuse scène de La dolce vita de Fellini, où Anita Eckberg s’y baigne, rejointe par un Marcello Mastroianni fasciné.
La tradition veut qu’on y jette une pièce, garantissant ainsi son retour à Rome, un geste qui a été repris par les dirigeants du G20 lors de l’édition romaine 2021. Les pièces s’accumulent, elles doivent donc être ramassées tous les matins pour éviter d’endommager la fontaine : la récolte s’élève à environ un million d’euro par an.

 

fontaine quatre fleuves

Fontaine des Quatre-Fleuves

La place Navone, qui se trouve sur le tracé de l’antique stade de Domitien, est sublimée par trois fontaines baroques, dont, au centre, la fontaine des Quatre-Fleuves, signée Le Bernin, qui fait face à l’église Sant’Agnese in Agone. Elle a été commandée par le Pape Innocent X, comme le montre la présence des emblèmes de la famille Pamphili, la colombe et le rameau d’olivier posés au sommet de la fontaine. Un obélisque se dresse en son centre, entouré de quatre colosses figurant quatre des plus grands fleuves pour chacun des quatre continents connus à l’époque de sa conception : le Rio de Plata, avec des sacs d’or figurant la richesse du nouveau continent, le Danube accompagné d’un cheval faisait référence à l’Europe, le Gange avec notamment une rame et un dragon, et le Nil dont la figure est cachée par un voile – ses sources étaient alors inconnues.
Les deux autres fontaines de la place, la fontaine du Maure et celle de Neptune, plus modestes en dimensions mais tout aussi riches en ornements baroques, méritent amplement d’être mentionnées dans cette liste.

 

fontaine panthéon rome

Fontaine du Panthéon

Le Panthéon attire tant les regards qu’on en oublierait presque d’admirer la fontaine qui lui fait face, pourtant, entre son obélisque et sa riche décoration baroque, elle rivalise avec les plus belles fontaines de la capitale.
Son ancêtre, placée au même endroit, au centre de la piazza della Rotonda, était une version plus simple, constituée de deux bassins et de deux lions en basalte, déplacés plus tard sur la fontaine de Moïse. Mais le Pape Grégoire XIII souhaite une œuvre plus remarquable, qu’il commande à Giacomo della Porta, qui décore notamment la fontaine d’éléments baroques comme des masques crachant de l’eau. Clément XI demande d’ajouter l’obélisque au-dessus de la fontaine. Celui-ci, mesurant plus de six mètres, faisait partie d’une série de « petits » obélisques ornant le temple d’Isis de Domitien, qui les avait fait rapporter du temple d’Héliopolis construit sous Ramsès II. D’autres obélisques de taille similaire se retrouvent donc dans Rome, par exemple celui dans le parc de la villa Celimontana, ou encore celui porté par l’éléphant du Bernin situé piazza della Minerva.

 

fontaine triton rome

Fontaine du Triton

Au centre de la piazza Barberini se dresse une créature marine, un triton, soufflant dans une conque, semblant appeler les passants, mais seul se distingue le crépitement discret de l’eau, fondu dans les bruits de la circulation.
Cette fontaine a été commandée par le pape Urbain VIII au célèbre sculpteur Le Bernin, qui l’a réalisée entre 1642 et 1643. Alimentée par l’aqueduc de l’Acqua Felice, réalisée en travertin, la fontaine est un exemple parfait du baroque, sa composition comportant tous les éléments marins célébrant l’eau : triton, coquille, dauphins, conque. Les armoiries pontificales, ainsi que des abeilles, symbole héraldique des Barberini, rappellent l’identité du commanditaire.
La même place comporte une autre fontaine du Bernin, commandée par le même pape, plus discrète mais qui mérite le détour : la fontaine des abeilles, qui servait autrefois d’abreuvoir, et qui reste dans le même thème marin puisqu’elle figure un coquillage ouvert, sur lequel trois abeilles sont posées.

 

fontaine acqua paola rome

Fontaine de l’Acqua Paola

Pour admirer cette fontaine, il faut prendre de la hauteur et s’aventurer sur la colline du Janicule. La fontaine en portique, qui rappelle fortement celle de Trévi et qu’elle aurait inspiré, bénéficie d’une vue magnifique sur Rome. Financée par une taxe impopulaire sur le vin, elle a été construite en 1612 par l’architecte Giovanni Fontana, qui a utilisé des matériaux de récupération – c’est à dire du marbre du temple de Minerve du Forum de Nerva ainsi que des colonnes de l’antique basilique constantine de San Pietro.
Dès sa réalisation, les Romains se sont approprié la fontaine. Des décrets ont à plusieurs reprises tenté d’empêcher des pratiques courantes mais considérées comme dégradantes, comme celle de s’y baigner ou de laver les légumes dans les eaux de la fontaine, tandis que des poteaux ont été installés pour éviter que les Romains y fassent abreuver les animaux.
La fontaine a été magnifiée par la caméra de Paolo Sorrentino, qui l’a choisie pour la scène d’ouverture de son film La grande bellezza.

 

fontaines tortues romes

Fontaine des tortues

Au détour des ruelles du quartier juif de Rome, au centre de la charmante place Mattei, se trouve une fontaine qui tire son nom des tortues qui l’ornent. Quatre sculptures d’éphèbes en bronze soutiennent une vasque, chacun s’appuyant sur un dauphin. La diversité des marbres utilisés est particulièrement remarquable, malgré l’aspect uniforme donné par les dépôts tenaces de calcaire.
Selon la légende, le duc Mattei l’aurait fait construire en un temps record – une nuit – pour impressionner son futur beau-père habitant la place, le convaincant ainsi de lui céder la main de sa fille. Commandée à l’architecte et sculpteur Giacomo della Porta en 1582, la fontaine ne comportait pas initialement les quatre tortues, ajoutées un siècle plus tard au cours d’une restauration, selon certains par le Bernin. Elles ont été volées à plusieurs reprises, notamment en 1944, jusqu’à être remplacées par des copies en 1979, les originales étant conservées aux musées du Capitole.

 

fontaine grenouilles rome

Fontaine des grenouilles

La fontaine des grenouilles mérite un détour hors du centre historique pour se rendre dans l’étonnant quartier Coppedè, au nord de la Villa Borghese, et dont la fontaine, située Piazza Mincio, marque le centre. Inspirée par son ancêtre, la fontaine des tortues, elle a été réalisée dans un similaire style baroque, avec une même forme générale : quatre coquillages se déversant dans un bassin, surmontés d’une vasque circulaire. Édifiée en1924 – plus récente que les autres de cette liste – la fontaine porte bien son nom, puisqu’elle est ornée de douze grenouilles crachant un jet d’eau. Ce ne sont pas les seuls animaux de la fontaine : un œil averti repère également des abeilles, clin d’œil au récurrent symbole héraldique des Barberini.
Elle aurait accueilli des baigneurs non moins fameux que les acteurs de La dolce vita dans la fontaine de Trévi. En effet, après un concert donné à Rome en juin 1965, les Beatles se seraient jetés habillés dans la fontaine des grenouilles.

 

fontaine piazza farnèse rome

Fontaines de la piazza Farnese

Le Palazzo Farnese, abritant l’ambassade française, domine la piazza Farnese, où se font face deux fontaines symétriques. Leur aspect – une baignoire ornée de têtes de lion et d’anneaux, posée sur un bassin - semble presque simple par rapport au foisonnement baroque de certaines des fontaines romaines.
Les deux bassins ont été transférés depuis les thermes de Caracalla par le pape Paul II en 1466, qui les destinait à la piazza Venezia, devant son palais. Paul III Farnese déplace l’une des deux un siècle plus tard à son actuel emplacement. Mais la place n’étant pas desservie en eau courante, la baignoire constituait un simple ornement. Quand les restaurations de l’Aqua Virgo ont permis l’arrivée d’eau sur la place, le cardinal Odardo Farnese fait déplacer la deuxième baignoire, restée jusque-là piazza Venezia.
Elles ont été modifiées symétriquement en 1626, avec notamment l’ajout d’éléments décoratifs au sommet, dont une fleur de lys – symbole de la famille Farnese – d’où jaillit l’eau.

 

fontaine barcaccia

Fontaine Barcaccia

Sublimée par sa localisation en bas des marches espagnoles, la fontaine a été réalisée entre 1626 et 1629 alors que le célèbre escalier n’existait pas encore, sur commande du pape Urbain VIII Barberini. Son auteur est Pietro Bernini, père du célèbre Bernin, qui l’a probablement aidé.
La fontaine en travertin figure une barque semblant s’enfoncer dans l’eau. Des jets d’eau sortent du centre, de deux soleils et de trous dans la coque, renforçant cette illusion de submersion. Cette représentation serait inspirée d’un fait réel, où pendant l’inondation historique du Tibre de 1598, une embarcation fut transportée jusqu’à la place où se trouve la fontaine. Le niveau en contrebas de la fontaine permet, tout en renforçant l’idée de naufrage, d’obtenir plus de pression dans les conduits d’eau et donc de permettre les jeux d’eau.
Les symboles héraldiques du pape à l’origine de la fontaine – notamment des abeilles – font évidemment partie des éléments décoratifs de la fontaine.

 

quatre fontaines rome

Les quatre fontaines

En un seul carrefour, quatre fontaines se font face, chacune comportant un bassin surmonté d’une niche dans laquelle une statue est couchée. Construites sur demande du pape Sixte V entre 1588 et 1593, les fontaines ornent le croisement qui marque la rencontre de trois quartiers : Monti, Castro Pretorio et Trevi. Ce croisement est d’autant plus remarquable que l’on aperçoit l’obélisque de la Trinité des Monts d’un côté et la basilique de Sainte-Marie Majeure de l’autre.
Le côté oriental est marqué par deux divinités fluviales barbues, inspirées des colosses du Nil et du Tibre de la place du Capitole : l’Arno est représenté par un homme accompagné d’un lion, tandis qu’un deuxième homme, portant une corne d’abondance et accompagné de la louve capitoline, représente le Tibre.
Deux statues de femmes leur font face. L’une s’appuie sur les trois monts, un des symboles héraldiques du pape Sixte V : il s’agit peut être de Diane, ou, selon une autre interprétation, d’une allégorie de la Fidélité, comme le suggère la présence d’un chien. L’autre statue dominant la dernière fontaine représente une femme couronnée, qui serait Junon ou bien une allégorie de la Force, symbolisée par le lion qui l’accompagne.

Eléné Pluvinage

lepetitjournal.com rome

Lepetitjournal Rome

LePetitJournal.com de Rome, c'est le média de référence en français sur Rome et l'Italie.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Rome !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Marie Astrid Roy

Rédactrice en chef de l'édition Rome.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale